www :: CONTEXTE
www :: REGLEMENT
www :: LE PAS A PAS
www :: AVATARS/POUVOIRS PRIS
www :: METIERS
RPs/demandes libres
Rien pour le moment


NOMS

POUVOIRS
Nakunaru Academy

Partagez | 
 

 A peine arrivé que... [Obake Yuurei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

Invité


Message Sujet: A peine arrivé que... [Obake Yuurei]   Mer 4 Mai - 15:03


Pauvre Kenny ! Il venait d’arriver dans cette graaande ville où il ne connaissait personne ! Non mais vous imaginez un peu ? Lui qui était si sociable d’ordinaire… Il y avait peu de choses plus angoissantes… Heureusement pour lui il restait son refuge : les bandes dessinées. Se plonger dans les comics lui permettait de ne pas trop cogiter à cette histoire de pouvoir… En effet il ne pouvait pas mourir… Il grandissait et vieillissait normalement, mais rien n’était en mesure de le tuer… Il pourrait bien se faire découper en rondelle ou dévorer par des rats que ça ne ferait rien. Il était obligé d’attendre que la vieillesse l’emporte. Tout ceci avait tendance à lui faire des nœuds dans le ventre…
Ce qu’il essayer surtout de rayer de son esprit était le jour ou il avait bêtement tenté de passer sous le métro : il avait vu le wagon arriver et le percuter, puis ce fut le trou noir. Le lendemain il s’était réveillé comme si de rien n’était mais toujours imprégné d’une sorte de sentiment horrible avec un arrière goût de mort. Pour sur il ne recommencerait pas de si tôt ! D’ailleurs il était fermement décidé à ne plus jamais mourir, sauf quand ce serait vraiment l’heure.

Bref… Nous disions donc que Kenny était seul dans une graaande ville.
Juste après son arrivée il avait rapidement déposé ses affaires à sa chambre et était reparti aussitôt explorer les lieux. Afin de marquer le coup il avait décidé de s’habiller en kilt écossais traditionnel (je vous rassure il n’a pas poussé la tradition au point de faire impasse sur les sous vêtements), dans son sac il avait jeté à la va vite quelques exemplaires de Batman et X-men pour lire plus tard, « au cas ou ». Ensuite il avait prit son skateboard et avait tracé sa route.

Le hasard l’emmena dans le parc ou il s’abandonna à la lecture pendant un moment… Et puis finalement, lassé, il décida de continuer son tour. Autour de lui les gens faisaient leurs vies dans une sorte d’insouciance étrange… Ah quel poids que celui de porter le fardeau d’un pouvoir sur le dos… Kenny senti son égo se regonfler un peu… Huhuhu… Un pouvoir… Un super Héros… Un type devant… Un type devant ?
Trop tard pour freiner… Kenny se prit un passant de plein fouet. Il eu à peine le temps de dévier sa trajectoire pour limiter la casse… Son skateboard buta contre une pierre sur le bas coté et il fit un superbe vol plané digne de superman lui-même. Ensuite son visage alla se planter dans la terre plutôt pitoyablement et râpa le sol sur la distance d’un mètre.
Il se redressa avec une grimace affreuse et des brins d’herbe partout, dans la bouche, sur le visage… son visage sur lequel une vaste trace rouge avait prit son aise…

-Bwaaah…


Gémit il piteusement.



Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: A peine arrivé que... [Obake Yuurei]   Jeu 5 Mai - 5:35


Yuurei avait eu un peu de mal à s’habituer à sa nouvelle condition. Pendant quelques jours, il avait cessé de sourire, ce qui n’arrivait presque jamais, habituellement. Ce nouvel environnement, ces nouveaux professeurs et camarades, cette nouvelle ville, cette nouvelle vie... Tout cela aurait pu être franchement excitant, si le jeune homme n’avait pas su, de manière inaltérable, qu’il ne pourrait jamais en sortir, qu’il ne pourrait jamais revoir sa famille, ses amis, ni rien de ce qu’il avait pu connaître avant. Qu’il était prisonnier de cette cité de rêve, pour protéger l’autre monde de son pouvoir. Son pouvoir. Un don, comme on aurait coutume de dire, mais qui relevait plus pour lui de la malédiction que d’un véritable présent. Une caractéristique avec laquelle il semblait être né, même si elle ne s’était pas manifestée avant ses quatre ans, et dont il se serait volontiers passé. Peut-on enfermer quelqu’un et le couper du monde parce qu’il est différent ? Même lorsque cette différence n’a pas été choisie ? Apparemment... La seule raison pour laquelle Yuu acceptait tout cela, c’était pour expier ses fautes. Se faire pardonner les incidents causés par son pouvoir, et avancer vers le chemin de la rédemption. Et puis... Peut-être aussi parce qu’il était lui-même convaincu que c’était la seule façon de protéger les autres. De faire en sorte que ça ne se reproduise pas.

Lui qui, d’ordinaire était si sociable, s’était accordé quelque jours d’enfermement presque total. Le temps de s’y faire. Le temps d’accepter. Il n’allait donc pas encore en cours. De toutes manières, on ne pouvait pas le virer, puisqu’il n’avait plus le droit de sortir. Il en avait profité pour ranger le peu d’affaires qu’il possédait dans sa chambre d’internat. Trois choses finirent par le pousser dehors. La relativisation, car il était vrai que l’établissement, et la ville qui l’entourait, n’avaient rien d’un cauchemar, et que c’était même un cadre de vie idéal, voire idyllique. La résignation, car il apparaissait comme de plus en plus évident qu’il n’avait pas le choix, et que se morfondre ne changerait en rien la situation. Alors autant sortir et rencontrer du monde, non ? Et l’ennui, car il n’y a pas plus déprimant que de s’enfermer dans une chambre d’internat lorsque le soleil brille au dehors. Il avait besoin d’exercice... Il prit une douche, s’habilla, et se retrouva dehors en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, résolu à changer d’état d’esprit et à redevenir positif.

Sur le chemin, il repensa à sa mère. Elle qui s’était battue toute sa vie pour ne pas mourir, elle n’avait pas supporté d’avoir un fils qui vive avec la mort en permanence. Et Yuu, qui l’aimait profondément, s’efforçait de la comprendre. Cependant, son inscription à Nakunaru était pour lui un choc, une blessure, dont il aurait probablement du mal à se remettre. L’intégration à son nouvel univers, à cette nouvelle vie qu’il n’avait pas plus choisie que son don, risquait de s’avérer plus difficile que prévu. La ville était spacieuse, calme, et étrangement vide. Comme si elle manquait encore d’habitants. Comme si le projet Nakunaru ne rassemblait pas encore assez de phénomènes. C’était si désert que Yuu avait l’impression de vivre un film post-appocalyptique. Il avait toujours été un amateur du genre... Les mains dans les poches, il s’arrêta devant une grille, portant l’écriteau «Parc Municipal». Il y avait donc un parc ? La grille était ouverte. Yuu s’y engagea sans réfléchir davantage.

Perdu dans ses pensées, il remarqua à peine que quelques personnes se baladaient dans le parc, qu’il n’était plus seul. S’il avait été dans son état normal, il se serait probablement précipité pour engager la conversation, heureux de ne plus avoir à ruminer seul. Mais il semblait beaucoup plus perturbé par ce qui lui arrivait qu’il l’aurait cru. Ce qu’il lui fallait, c’était un truc qui le secoue un bon coup ! Qu’il se prenne un machin dans la gueule par accident, au détour d’un chemin, par exemple. Ben oui, voilà, tiens, un garçon en kilt sur un skate, pourquoi pas ? ... Attendez, un garçon en kilt sur un skate ? Oo L’eyepatch de Yuu l’empêchait d’avoir un angle de vue semblable à toute personne normale, et l’OVCU (Objet Volant Curieusement Identifié) arriva à toute berzingue, en dehors de son champ de vision. Il s’en rendit compte à un dizième de seconde de l’impact, tourna la tête, surpris, trop tard... BAAAAAAAAAAAAAAH ! Le choc fut rude, d’une violence sans égale.

Yuu s’écroula lourdement sur le dos, pendant que l’autre partie faisait un vol plané digne de provoquer une éclipse, avant d’aller s’aplatir lamentablement quelques mètres plus loin, façon carpette. Yuu ne bougea pas, pas encore capable de se relever, et fixa le ciel de son oeil unique, poussant un râle d’agonie à peine surjoué.

«AaAaAAaAaAaAaAah... On a voulu me tuer... @_@»

Après un bon moment à rester les quatre membres étalés en étoile sur l’herbe verte, il finit par se relever, péniblement. Son dos était en miettes, et il y porta immédiatement la main, vers le bas, comme le font les papis qui ont une sciatique. Il se fit d’ailleurs l’effet d’un papi, et cela le fit sourire. Mais la douleur lui retira bien vite toute envie de se marrer.

«Ow... ><»

Une fois sur ses jambes, et même si elles avaient un peu de peine à ne pas se mettre à trembler, il tituba jusqu’au garçon en kilt étalé façon carpette au milieu des pâquerettes, et lui tendit une main pour l’aider à se relever.

«Est-ce que ça va ? Pas trop de bobos ?»

Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: A peine arrivé que... [Obake Yuurei]   Jeu 5 Mai - 9:34


Kenny était tout étourdi par sa chute dans la terre. Il tenta de s’épousseter le visage afin d’ôter tous les cailloux et les brins d’herbes qui s’étaient incrusté dans sa peau sans demander la permission et se mit à cracher deux ou trois marguerites qui avaient établi leurs quartiers dans sa bouche. Ensuite il secoua sa tête un peu à la manière des chiens qui s’ébouent, les extraits de végétaux s’échappèrent de la en voletant ainsi que quelques fourmis.

Mais alors qu’il s’apprêtait à regarder autour de lui afin d’identifier la personne qu’il avait malencontreusement percuté, et éventuellement filer à l’anglaise avant qu’on ne lui tire les oreilles, celle-ci vint lui proposer sa main. Il releva les yeux.

La personne en face était un jeune homme… Il avait l’air plus vieux que lui, même si ce n’était pas difficile vu que Kenny avait vraiment l’air d’un gamin, m’enfin disons qu’il faisait majeur. Le plus frappant était sans doute sa taille : on aurait dit un géant comparé à Kenny qui était plutôt du genre minus. Tout en haut de ce grand dadais se trouvait un genre de crinière d’un roux vif… Un roux… Il ne manquait plus que ça… Il avait percuté un roux, maintenant c’était sur : c’était pas son jour de chance. Mais le truc le plus flagrant était sans doute son cache œil… Misère on aurait dit la description d’un pirate pas commode…

Le teint de Kenny vira au vert-jaunâtre en un instant… Ce grand type lui flanquait la frousse… Il craignait que celui-ci ne l’emmène dans un coin sombre afin de lui voler son âme ou un truc du genre… Un scénario bien glauque autant qu’improbable.
Mais en fait le jeune homme n’avait pas l’air de lui en vouloir du tout, la preuve : il lui proposait de l’aider à se relever, comme quoi il n’était pas rancunier. Il lui demanda même si ça allait. Kenny fit un genre de grimace qui était censée être un sourire et fit, tout en s’aidant de la main du garçon pour se relever :

-C’est bon, y’a pas mort d’homme.


Haha… Pas mort d’homme ! Elle est bien bonne celle la… Dommage qu’il ne puisse pas la raconter à la planète entière. Il acheva d’épousseter son haut et continua avec un air penaud.

-Merci euh… Désolé pour t’à l’heure… J’ai pas fait gaffe.


C’est bon Kenny, relax ! Il a pas l’air méchant le grand rouquin ! Le jeune garçon fit un sourire plein de dents, il ne lui fallu pas longtemps pour retrouver sa bonne humeur ! Et puisqu’il venait d’engager la conversation avec quelqu’un pourquoi ne pas en profiter ? C’était l’occasion ou jamais de faire ces fameuses rencontres qui lui manquaient.

-Moi c’est Kenny ! Je suis nouveau ici, c’pour ça je visitais un peu. Je connais personne encore.


Voila c’était lancé : je m’appelle Kenny et je suis sans amis, adoptez moi s.v.p, je suis gentil et je sers très bien le café. Tout en causant il se mit à ramasser ses comics : son sac était mal fermé et du coup tout s’était éparpillé lors de sa chute.


Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: A peine arrivé que... [Obake Yuurei]   Ven 6 Mai - 5:12


-C’est bon, y’a pas mort d’homme.

Une chance ! Yuurei ne sait pas ce qu’il aurait fait, si il y avait effectivement eu mort d’homme ! Cela dit, avec un bête accident de skate au milieu d’un parc, il y avait vraiment peu de chances pour que ça se produise. Ou alors, il aurait fallu qu’il soit le plus malchanceux des mecs de cette terre, ce dont il doutait de moins en moins, en fait. Oui, à la réflexion, c’était possible, et ils venaient d’éviter le pire ! Le rouquin prit le temps, une fois Kenny sur ses quilles, de l’observer avec attention. Il était vraiment pitoyable, avec ses brins d’herbe plein les cheveux, ses pâquerettes et ses fourmis plein la bouche, la terre qui parsemait ses vêtements, et la longue trace rougeatre qu’il venait de s’offrir à la joue...

En plus de ça, il était tout petit. Yuu ne pouvait pas se vanter d’être lui-même un géant, mais l’autre semblait vraiment minuscule, à côté. En fait, on aurait dit un collégien. Mince, ils recrutaient si jeune que ça, à Nakunaru ? Il lui lança lui aussi un regard curieux, un peu effrayé. ... Effrayé ? Il faisait si peur que ça ? Bon, okay, il avait mis son grand manteau à long col, celui qui fait classe, et il portait un eyepatch, et.... Et à la réflexion, il était une réplique parfaite du jeune Barbe Rousse, tout droit sorti d’un vieux film de pirate des années soixante, la poisse... Ou, si on actualisait un peu, à un méchant de manga ou de comic américain idéal. D’ailleurs, le garçon au skate semblait se faire tout un film dans sa tête: son teint avait viré au vert. Le pire, c’est que dans un tel contexte, c’était presque plausible... La seule solution dans ces cas là: se montrer tel qu’on est, affin de dissiper tout malentendu.

-Merci euh… Désolé pour t’à l’heure… J’ai pas fait gaffe.

Ah ça, on avait bien vu, qu’il avait pas fait gaffe ! S’il faisait gaffe comme ça quand il devait manipuler un cutter ou un lance-flammes - si si, ça arrive tous les jours - ça devait pas être triste ! Mais ça restait un accident, et donc, par définition, ce n’était pas vraiment de sa faute. En tous les cas Yuu ne lui en voulait pas. Il s’était pris un bon coup dans la tronche qui l’avait ramené à la réalité, et il s’était écroulé sur le bas du dos, le réduisant en miette, mais il ne lui en voulait pas le moins du monde. Ce sont des choses qui arrivent.

-Moi c’est Kenny ! Je suis nouveau ici, c’pour ça je visitais un peu. Je connais personne encore.

Nouveaux, ne l’étaient-ils pas tous ? En tous cas ils l’étaient tous les deux. Et Yuu n’avait encore eu l’occasion de croiser personne à proprement parler à part ce garçon. Kenny, hein ? Le sourire qui naquit sur ses lèvres en tira un autre au rouquin. Un semblable. Après tout, ça faisait toujours du bien de rencontrer quelqu’un avec qui parler, et c’était vrai des deux côtés. Le sac de Kenny était tombé sur le sol en même temps que lui, s’était ouvert, et avait éparpillé dans l’herbe folle tout un tas de bouquins, qu’il entreprenait à présent de ramasser. Yuu se pencha, et lui fila un coup de main.

«T’en fais pas, ce sont des choses qui arrivent. Moi c’est Obake Yuurei, et je suis dans la même situation que toi.»

Les japonais se présentent toujours en donnant d’abord leur nom de famille, suivi de leur prénom, c’est comme ça. ça fait partie des usages. Etant donné que Kenny n’en avait pas fait autant, il ne devait pas être du pays. D’ailleurs, à bien y réfléchir, «Kenny», ça ne sonnait pas très japonais. ça alors, ils prennaient des gens de toute la planète, à Nakunaru ? Dans la tête de Yuu, c’était à la fois évident, et impossible. Evident, parce que tant de pouvoirs étranges ne pouvaient être concentrés qu’au Japon, impossible, parce que ça lui semblait trop énorme. Cette histoire avait décidément une ampleur qui lui échappait presque totalement.

Yuu prit le temps d’observer ce qu’il avait dans les mains, deux minutes. Des comics américains, la plupart des Marvels. Il en lisait beaucoup quand il était petit. C’était un produit importé d’Amérique. Kenny était-il Américain ? Tout portait à le croire. Comment avait-il appris si bien le Japonais, alors ? Que faisait-il ici ? Des tas de questions nouvelles se bousculaient dans sa tête, mais il décida de les juguler pour le moment. Il tomba sur un récapitulatif des aventures de Spider Man, de l’année mille neuf-cent soixante, à l’année mille neuf-cent soixante-cinq. Un sourire illumina son visage: il possédait exactement le même quand il était petit. Son ton se fit plus enjoué et enthousiaste.

«Tu es un amateur de comics ? Moi aussi, et j’ai toujours été un fan de Spider Man ! Cette édition n’a pas de prix !»


Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: A peine arrivé que... [Obake Yuurei]   Ven 6 Mai - 15:04


L’inconnu se mit à aider Kenny à rassembler tous ses comics. Il n’avait pas l’air si méchant finalement…Quoique justement, cet excès de gentillesse aurait pu lui mettre le doute : genre un gentil monsieur qui vous propose des bonbons dans un premier temps, puis de monter dans sa voiture dans un second, mais non, Kenny n’était pas assez malin pour y penser. Heureusement d’ailleurs me direz vous… Parfois il ne faut pas trop réfléchir.

Bref, il se présenta sous un nom bien japonais. C’était cool, parce qu’un nom c’est toujours mieux que « l’inconnu » ou « le type que j’ai renversé en skate » ou « le roux ». D’ailleurs… Un japonais roux ? Vous trouvez ça normal vous ? Non sérieux, c’est une blague ? Mmh… Encore un complot de la C.I.A à tous les coups ! Fait attention Kenny. Quoi ? Comment ça rien à voir la C.I.A ? Je vous rappelle que Kenny est américain, donc tout est forcément lié à la C.I.A à un moment ou un autre. C’est logique.
Le jeune garçon regarda donc le dénommé Obake Yuurei et répondit simplement avec son entrain habituel.

-Enchanté.


Alors si il ne se trompait pas les jap’ donnent d’abord leur nom de famille, donc son prénom c’est Yuurei. Ok, pigé. Sauf qu’ils ne s’appellent pas tous par leurs prénoms au début… Et puis aussi ils mettent des « san » ou des « chan » ou je ne sais quoi à la fin… Mais quelle langue atroce ! Comment allait il se retrouver la dedans ? Les anglais ils savent pas faire un tas de trucs c’est sur, comme rouler dans le bon sens de la route ou manger des trucs bons, mais au moins pour parler c’est efficace : tous le monde c’est « you » et puis point barre !
Bref, il remuait ces pensées dans sa tête tout en ramassant ses affaires lorsque son interlocuteur fit une remarque sur une de ses B.D. Haha oui, il avait des pièces de valeur dans sa petite collec’, fallait pas croire.
Il mit ses mains sur ses hanches en bombant le torse d’un air fier.

-Ouais clair. C’est un de mes numéros les plus rares.


Fit il en brandissant l’objet.
C’est alors qu’un chien passa par la et se mit à tourner autour de Kenny. Il n’arrêtait pas de le renifler un peu partout… Dommage le kilt…
Le jeune garçon sursauta en regardant l’animal et grommela un genre de « kestuveux ? ». Celui-ci se mit à aboyer et sautiller autour de lui en agitant sa queue. Il promena ses yeux un peu partout histoire d’identifier le propriétaire de la bestiole mais il ne vit personne à priori. Kenny fronça les yeux, l’air de s’énerver tout seul.

-Allé ouste ! Ouste ! File ! Psscht !


Trop tard ! A force de gesticuler comme Paul le poulpe dans son aquarium il avait réussi à exciter le chien. Celui-ci croyait sans doute qu’il avait envi de jouer, alors il sauta et choppa le comics dans sa gueule avant de s’enfuir en courant.
Le visage de Kenny passa instantanément du rosé au blanc-mauve, comme si il avait été foudroyé sur place.

-…NoooOOon !!


Horreur ! Il se mit à courir derrière comme un dératé.


Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: A peine arrivé que... [Obake Yuurei]   Lun 9 Mai - 8:34


-Enchanté.

Enchanté, Yuurei l’était lui aussi. On ne rencontre pas tous les jours un fan de comics américains ! Non, non, pas tous les jours, vous pouvez dire ce que vous voulez. Votre petit cousin ne compte pas, c’est toujours le même. Enfin, surtout au Japon, quoi. Il fallait être un sacré otaku, et très porté sur l’étranger, pour aimer ça. Sauf si on était soi-même étranger, comme Kenny. Yuurei était assez habitué à faire peur, au premier abord. Son aspect physique n’avait rien d’engageant, et on se méfiait souvent de lui à cause de sa couleur de cheveux, qu’on ne pensait même pas naturelle. Beaucoup de jeunes japonais se teignent les cheveux pour faire rebelle, mais non, il ne faisait pas partie de ses gens là, même si sa dégaine et son eyepatch tendaient à prouver le contraire. Oui, il avait l’air d’être le chef d’un gang de gens pas très recommendables, mais en fait, il était très gentil. Et il n’avait jamais eu assez de potes pour être le chef d’un gang de quoi que ce soit.

-Ouais, clair. C’est un de mes numéros les plus rares.

Yuurei n’avait jamais vraiment eu de collection bien à lui. Il n’était pas assez otaku pour ça, et il n’avait jamais vraiment eu les moyens de se procurer des comics à tout va. Du coup, il les lisait chez ses potes, ou à la bibliothèque. Parce que oui, la bibliothèque municipale avait une section BD, Manga, Comics, ce qui n’était pas donné à toutes les villes. Le rouquin ne possédait que quelques volumes bien à lui, et lorsque sa maman les avait trouvés, elle l’avait traumatisé avec les dangers que représentent l’addiction, l’enfermement, et le rejet de la vie sociale, et lui avait passé toute envie de devenir un otaku confirmé.Ces comics représentaient donc pour lui, avant tout, le bon vieux temps.

-Allez ouste ! Ouste ! File ! Psscht !

Yuu baissa les yeux. Il n’avait pas remarqué le chien, jusque là. C’était une sorte de batard typé. Voire de corniaud. Enfin il ne ressemblait à rien de connu. Pas de propriétaire dans les environs, et il ne portait même pas de collier. Il n’avait pas le poil luisant de ces chiens qui ont un maître pour prendre soin d’eux. Et il était aussi maigre que s’il avait fait son dernier repas six ans auparavant. Bref, il y avait des chances pour que ce soit un chien errant, de ceux qu’il est plutôt difficile à mener à la baguette. Ce qui suivit dépassa les idées de Yuu les plus farfelues... Le chien choppa le comic que Kenny agitait devant sa truffe pour le faire partir, et se mit à courir, entrainant le jeune américain à ses trousses.

-…NoooOOon !!

On aurait presque pu filmer la scène au ralenti, où le «NoooOOon» de Kenny aurait pris tout son sens. Yuu les regarda partir sans bouger, baigné d’une profonde perplexité. S’il avait été dans un manga, on aurait presque pu voir l’immense sweatdrop sur un coin de sa tête. Il aurait pu rire, car la situation avait quelque chose de fondamentalement drôle, mais il ne savait pas exactement pourquoi, il n’en avait pas envie. Et il en eut encore moins envie l’instant d’après. Le chien, suivi de Kenny, traversèrent une barrière après qu’elle se soit abaissée. De l’autre côté, il y avait un chemin de fer, qui traversait le parc, avant de s’arrêter à la gare, un peu plus loin. Yuu pâlit. Le train passa avec un sifflement une ou deux secondes seulement après que Kenny et son nouvel ami n’aient quitté les rails. Ouf... Purée, la peur qu’il venait de lui faire ! Bon, ça n’aurait pas changé grand chose, parce que Yuu l’aurait probablement revu après ça, mais quand même... Quelle frousse !

Et c’est là qu’un pouvoir permettant de faire léviter les objets jusqu’à tes mains où que tu te trouves, ou celui de parler aux animaux, ça te parait cool. Yuu réfléchit. Parler aux animaux... Tout à coup, une idée lui vint à l’esprit. Il y avait une petite baraque à roues qui vendait des hots dogs, dans un coin du parc. Calmement, et pendant que Kenny était en train de galérer, Yuu alla tranquillement acheter un hot dog. Il en retira la saucisse, s’éloigna un peu du vendeur pour qu’il ne le regarde pas trop comme s’il avait oublié de prendre ses pillules ce matin, et l’agita en l’air comme on agite un drapeau le jour de la fête nationnale. Les doigts de son autre main vinrent se placer entre ses lèvres, et un sifflement strident se fit entendre à travers le parc. Le chien, alerté, s’arrêta de courir, et leva la tête. Puis il prit la direction du rouquin en remuant la queue. Celui-ci mit la saucisse à sa hauteur. Alléché par la bonne odeur, la bestiole affamée ne mit pas très longtemps à faire un choix. Il lâcha prise sur le comic pour saisir la saucisse, et gambada un peu plus loin pour aller la manger tranquille, tout content.

Quand même... Kenny avait pris de sacrés risques pour un simple comic. Yuu ramassa la BD fautive, et jeta un oeil dessus. Ah ouais, quand même. C’était une édition hyper rare. Il n’aurait pas hésité à se faire renverser par un train, pour la récupérer, s’il avait été à la place du jeune américain. Cela dit, en parlant de saucisse, faire tout ça en kilt, ça devait pas être des plus évident. Kenny était petit, mince, et androgyne. Son kilt ajoutait une touche loufoque à l’ensemble, et il aurait facilement pu passer pour une fille en jupe... Yuu lui tendit son précieux bien. Le chien revint un instant plus tard, lécher la main du rouquin, qui sentait encore la mergez.

«Eh ben... il a l’air d’avoir aussi faim de viande que d’aventures, ce toutou. Et il l’air de n’appartenir à personne...»

Le jeune homme s’accroupit devant la bête, et la caressa dans le sens du poil, provoquant chez elle une réaction enthousiaste. Puis il tourna la tête pour inspecter son compagnon, et vérifier qu’il était indemne.

«Rien de cassé ?»

Décidément, il était casse-cou, ce Kenny. Entre l’épisode du skate, et celui du chien... On ne s’ennuyait pas, en sa compagnie !

| Désolé pour ce post merdique... Je suis explosé X_X |


Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: A peine arrivé que... [Obake Yuurei]   Mar 10 Mai - 12:19


Bon sang de bon sang ! Quelle horrible situation ! Courir comme un imbécile après un chien, tout ça pour récupérer un comics…. Il fallait vraiment que Kenny soit un gros no-life pour en arriver la… D’autant que courir en kilt c’est quelque chose ! Quand on n’est pas habitué on peut facilement être incommodé… Vous savez, cette petite brise qui vous chatouille le « secret » ? Non vous ne voyez pas ? Si vous êtes un homme alors c’est que tout est normal, sinon, si vous êtes une fille, alors c’est tout aussi rassurant car cela témoigne que vous avez bien été livrée sans le « package ».

Bref, le jeune homme cru bien défaillir, il n’était pas dans une forme olympique…Cent mètres à peine et c’était la crise d’asthme à coup sur. Heureusement qu’il était boosté par l’adrénaline le coco ! C’était comme des ailes ! Génial, ça valait bien le red bull.
Il était tellement focalisé sur le quadrupède poilu et baveux qu’il ne se rendit même pas compte de la ou il avait mit les pieds, à savoir une voie ferrée. Si, si, une voie ferrée, tout à fait. Et comme de par hasard il avait fallu qu’un train passe à ce moment la ! Non mais sérieusement, quelles étaient les probabilités pour qu’un train passe pile à ce moment la ? De toute manière il ne fallait pas s’étonner à ce stade : d’abord la collision, ensuite le chien…Le train c’était bien le moins pire qui ait pu arriver au final… c’était dans la continuité quoi. C’est bien connu que Kenny n’a pas de chance ! En toute logique dans moins d’une heure on pourra parier entre l’explosion de la centrale nucléaire d’à coté et l’apparition de Cthulhu pour clore la série.

Mais pour l’heure il fallait bien admettre que le gamin eu la peur de sa vie avec cette histoire. Il vit le train arriver devant ses yeux à toute vitesse et le manquer de peu… C’est alors qu’une terrible sensation de frayeur l’envahi… Il revit le métro devant lequel il s’était jeté…Il le revit arriver à toute vitesse et le percuter de plein fouet…et enfin il revit le noir absolu, le néant qui avait suivit ce choc terrible.

Il s’en retourna machinalement vers Yuurei, celui-ci avait réussi à reprendre le comics au chien grâce à un astucieux détournement de saucisse. Il s’était même fait un nouveau copain : le chien n’arrêtait pas de lui lécher la main.
Le jeune rouquin lui demanda si tout allait bien…A vrai dire non : les jambes de Kenny tremblaient au rythme d’un air de salsa et il était livide… Difficile de faire plus pâle mais pour le coup c’était flagrant. Il s’effondra dans l’herbe et porta ses mains au visage.

-Mais quel con…


Fit il pour lui-même. Oui, Kenny n’avait pas fait exprès de se jeter sur la voie, il n’avait pas fait attention dans l’action, et c’était bien pour ça que ça faisait de lui le mec le plus stupide de la terre.
Il avait également l’habitude de prendre des risques, surtout qu’il savait qu’il ne risquait rien… Mais c’était le train ! Il n’aurait jamais imaginé que ça allait autant le traumatiser ! La seule fois ou il était mort, enfin disons la seule fois dont il se souvient, c’était en passant sous un train et franchement ça l’avait marqué… Ce n’était pas tellement le train en lui-même, mais surtout cette sensation, cette espèce de noirceur morbide… Elle avait quelque chose de terrifiant.
Il laissa tomber son bras dans l’herbe tandis que l’autre alla se poser sur sa poitrine, le battement de son cœur tambourinait contre elle… Lentement il reprit son souffle.
Ses yeux se posèrent alors sur Yuurei : il avait presque oublié qu’il était la tient… Sans perdre un instant il se mit à sourire, un sourire forcé mais obligatoire. Il fit semblant de paraître tout à fait remit de ses émotions.

-Même pas mal ! …


[ Pas de souci c'est impec'. T'as eu du flair pour le coup du train =D ]


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé



Message Sujet: Re: A peine arrivé que... [Obake Yuurei]   




Revenir en haut Aller en bas
 

A peine arrivé que... [Obake Yuurei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nakunaru Academy :: 
Archives
Archives
 ::  Bye Bye... :: RPs
-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit