www :: CONTEXTE
www :: REGLEMENT
www :: LE PAS A PAS
www :: AVATARS/POUVOIRS PRIS
www :: METIERS
RPs/demandes libres
Rien pour le moment


NOMS

POUVOIRS
Nakunaru Academy

Partagez | 
 

 Ce dossier s'auto-déchirera après lecture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Ce dossier s'auto-déchirera après lecture   Sam 29 Sep - 15:14


DOSSIER DE Miora Adani





Feat :My friend Google
» Surnom(s) : Jamais personne n'a pris la peine de lui en donner un. De toute manière, elle ne parle à personne.
» Âge : 15 ? 16 ? 17 ans ? Peut-être un peu plus. Elle ne fête plus ses anniversaires depuis longtemps.
» Métier : Étudiante effacée et méconnue figurant rarement sur les listes.
» Type : Pique, pique...
» Pouvoir{s} : Miora possède un pouvoir assez... original. Elle peut voir ce que, à défaut d'autre appellation, elle nomme les « anges gardiens » qui se trouvent auprès de chaque être humain. Bien sûr, la mot « ange » est assez inexact car, certaines personnes, foncièrement mauvaises sont accompagnées par ce qui s'apparente à des démons maléfiques et rares sont ceux qui sont assez purs pour avoir droit à avoir un véritable ange à leur côtés. La plupart des humains a donc droit à un « ange bleu ». Ces créatures qui gravitent autour des gens tout au long de leur vie, se manifestent généralement par des intuitions et des pressentiments et sont censés les guider sur la bonne voie - ou pas, s'ils ont envie de faire des farces, ça arrive. Ils déterminent la personnalité de tout un chacun et, en règle générale, les amitiés se forment si les anges s'entendent bien - et idem pour les relations moins amicales. Dans la quasi-totalité des cas, les « anges gardiens » changent de propriétaires au fil des années - ils mûrissent, quoi. Cependant, il arrive que certains d'entre eux ne veuillent pas lâcher leur poste et que, du coup... ils soient deux à « surveiller » la même personne, c'est pour ça qu'on a des schizos.
Miora peut donc voir toutes ces petites choses et, si elle y arrive et si les anges en ont envie, il lui est possible de converser avec eux - ce qui est extrêmement rare. Mais ce pouvoir - qu'elle n'a d'ailleurs pas demandé - à un prix : être dépourvue d'ange gardien, cette demoiselle n'y a pas droit. Je vous laisse imaginer ce que ça peut avoir comme conséquences sur son mental...
» Adjectifs : Perspicace & Intelligente, Solitaire & Transparente
» Secret : [spoil]Non mais, t'as réellement cru que j'allais te les dire ?[/spoil]





&. Ce qui se passe dans ma tête.

« Ton regard glissera sur moi comme si j'étais un fantôme... »

Qui peut réellement savoir ce que c'est que de n'avoir aucun but dans la vie ? Pire, aucune aspiration, pas de rêves, pas d'espérance. Rien. Le néant. Les autres sont-ils seulement capables d'imaginer ce que ça peut-être de ne pas avoir de sentiments ? Ce n'est ni douloureux ni incroyablement triste ni aucune de ces choses, c'est juste un peu ennuyeux de ne jamais ressentir une réelle affection ou une haine farouche pour quelqu'un. On n'a pas beaucoup d'opinion non plus, et pas de volonté pour la défendre quand on n'a littéralement pas de caractère. Il est vrai que, de temps en temps, cela peut s'avérer problématique, voire handicapant lors d'une discussion avec quelqu'un, par exemple, mais ce n'est pas très important parce que, au final, on évite toujours de t'adresser la parole. Ce n'est pas qu'on ait pas envie de te parler ou de t'approcher, c'est juste qu'on ne te remarque pas, tu es comme translucide. Personne ne se rend compte de ta présence, jusqu'à tes maîtres d'école qui omettent fréquemment de citer ton nom ou de te cocher sur leur liste, tu n'existes pas. Cela énerverait quiconque serait dans la même situation mais, toi, cela ne t'atteint pas, il est exceptionnel que quelque chose te touche.
Et, si jamais un fin observateur te voit et se met en tête de te parler, il te trouvera invariablement fade et sans intérêt, presque froide. Toutefois, qui sait, il existe peut-être des gens qui arriveront à creuser plus profondément dans ton cœur. Pour y découvrir quoi ? Mystère.

&. À quoi je ressemble.

« Et si, par un fortuit hasard, tu t'approches de ma personne... »

Pas atroce, pas moche, pas belle, pas magnifique, tu n'es rien de tout ça. Tes cheveux blancs et lisses ainsi que tes grands yeux verts, pourtant de couleurs assez inhabituelles, ne suffisent pas à pallier ta personnalité inexistante et ton manque de présence. Autrement dit, même ça, ça n'attire pas l'attention chez toi. Il faut bien dire aussi que, tes cheveux, ils ont la même coupe depuis des années - toujours - et que tu n'en prends pas particulièrement soin, et, tes beaux yeux couleur émeraude sont la plupart du temps dénués d'émotion ou inexpressifs, parfois quelqu'un à la chance d'y apercevoir une lueur froide et calculatrice, mais seulement parfois. Quant à ta silhouette androgyne et presque trop fine, elle favorise ta discrétion. Enfin, il ne faut pas se faire d'illusions, même si tu étais plus forte, on ne te remarquerait pas plus pour autant. Mais il faut bien lui attribuer le fait qu'elle est diablement pratique lorsqu'il s'agit de grimper dans un arbre ou de faire le mur le soir, bien qu'il soit inutile d'essayer sortir par une fenêtre en risquant de te rompre le cou vu que les surveillantes te laissent passer sans même réaliser ne serait-ce qu'une seconde qu'une élève vient de quitter le dortoir.
Et ce style vestimentaire n'arrange pas les choses. Tu es constamment vêtue de noir pour te confondre avec les ombres, pour qu'on te remarque encore moins, en somme - comme si c'était vraiment nécessaire. Et, bien évidemment, tes tenues sont tout sauf originales. La seule chose qu'on pourrait noter, c'est que tu ne mets jamais de jupe, peut-être pour cacher ces jambes que tu trouves un peu trop maigres.
Tu es la personne anonyme au milieu de la foule pendant un concert, la figurante d'arrière-plan dans les films, la manifestante noyée par ses congénères lors d'un rassemblement, celle dont on ne se souviendra pas, qui ne laissera pas de trace en ce monde, dont le visage disparaîtra des mémoires de tous, parce que, de toute manière, ton existence n'a pas d'importance. Il y a fort à parier que, le jour de ton enterrement, on oublie de graver ton nom sur ta tombe et ainsi tu tomberas définitivement dans l'oubli.

&. Ce qui s'est déroulé dans ma courte vie.

« ... Tu te rendras bien vite compte que cela n'en valait pas la peine. »

~Naissance
C'est bête à dire mais, au moins pour le jour de ma naissance, j'aurais aimé être la vedette. Mais voilà, mon ange gardien ne s'est pas présenté à moi ce jour-là alors j'ai dû m'habituer dès mes premiers instants à ce qu'on m'oublie. Et oui, aussi incroyable que cela puisse paraître, les médecins laissèrent une nouvelle-née seule pour aller s'occuper de sa mère qui hurlait à la mort - d'ailleurs, sur ce coup là, je te retiens, maman. Le pire, c'est que je me souviens de tout, je n'ai apparemment pas eu droit à cette insouciante petite enfance jusqu'à mes trois ans comme les humains normaux. Et les souvenirs que je garde de cette période ne sont pas tous des plus agréables, par exemple...

~Deuxième année de vie~
Ce fut la première fois que mes parents m'oublièrent réellement. Jusque là, ils n'avaient simplement pas pensé à me faire sortir de mon lit le matin ou omis de mettre le couvert pour moi le soir de temps en temps mais, cette fois-là, ce fut vraiment un très, très gros oubli. Nous étions sortis au restaurant et, excepté le fait que j'avais dû réclamer plusieurs fois que l'on me servit, moi aussi, de la nourriture, le repas s'était déroulé à peu près normalement. Mes parents se levèrent de table aussitôt qu'ils eurent fini de manger et se rendirent à la voiture. Je les suivis, emportant quelques pâtes dans mes poches en guise de provisions mais, quand je voulus ouvrir la portière pour aller m'installer à ma place, je constatai que j'étais trop petite pour atteindre la poignée. Dommage... Le véhicule démarra donc sans moi. Ce ne fut qu'au coin de notre rue que mes parents réalisèrent qu'ils avaient abandonné une petite fille seule sur un parking désert en pleine nuit. Ils s'exusèrent mille et une fois de leur maladresse impardonnable après m'avoir retrouvée.

~Sixième année de vie~
L'incident de mes deux ans se reproduisit néanmoins de plus en plus régulièrement, si bien que, à six ans à peine, je possédais déjà ma propre clé de la maison, le code de l'alarme et le numéro de téléphone de mes parents en permanence sur moi, au cas où ils me perdraient encore. Un jour, alors que - chose extraordinaire - ma mère m'écoutait, je lui posai une question qui, pour moi, semblait tout à fait normale :
- Dis, maman...
- Oui, choupette ?
- Comment il s'appelle ton petit bonhomme ?
Elle fronça les sourcils, comme si elle ne comprenait pas où je voulais en venir. Était-elle distraite au point de ne pas avoir remarqué le petit être qui se tenait constamment sur ses épaules ? Tout d'un coup, son visage s'illumina. Ouf, elle a compris.
- Il s'appelle Philippe, me répondit-elle avec un grand sourire.
- Oh ! Comme papa ?
- Mais... C'est bien de lui qu'on parle, non ?
En fait, elle ne le voyait vraiment pas. Incroyable. Et en plus, elle ne semblait pas être la seule. Je recommençai à poser les mêmes questions à mon pères, mes camarades de classe, les personnes que je rencontrais dans la rue. Tous étaient comme maman. Petit à petit, je réalisai que j'étais différente, même si, au fond de moi, je le savais déjà depuis longtemps.[/justify]

~Dixième année de vie~
À ce moment-là, j'aurais bien aimé que quelqu'un vienne m'enlever pour m'emmener dans une école magique. Disparaître de la surface du globe pour de bon, en somme, et vivre une vie un tant soit peu normale. Enfin, je ne pouvais pas savoir que, une fois arrivée à Nakunaru, ce serait pareil...
Parce que, oui, j'étais venue par mes propres moyens à l'académie, même les gens d'ici m'avaient oubliée, aucun d'entre eux ne s'était aperçu de mon existence ou n'avait pris la peine de me kidnapper. Je sais que c'est un peu monotone comme vie mais c'est comme ça, on ne peut rien y faire, je n'ai pas de présence. Bon, bref, du coup, il avait bien fallu que je me débrouille pour venir toute seule. Évidemment, mes parents ne se rendirent pas compte que j'avais quitté la maison, j'en étais à me demander si ils se souvenaient qu'ils avaient une fille. Ils durent probablement me chercher un peu, placarder quelques affiches, omettre de faire une déclaration à la police qui, de toute manière, aurait à coup sûr égaré mon dossier, pour, au final, ne pas me retrouver, faire un enfant ordinaire et se dire que c'était pas plus mal. Sachant cela, je n'avais pas eu trop de remords à quitter définitivement le cocon familial - à 10 ans à peine. Trouver Nakunaru ne fut pas une mince affaire, l'endroit était bien caché mais, j'y arrivai au bout de quelques semaines de recherches. L'image des yeux ronds de l'employée qui m'avait accueillie, à moitié morte de faim, sale et une lueur suppliante dans le regard, fut de celle que l'on n'oublie pas, qui reste gravée dans l'esprit telle une marque au fer rouge. Ce fut la première et la dernière fois que quelqu'un s'intéressa à mon sort. Mon arrivée demeura le seul événement remarquable depuis lors. Lorsque je fus rétablie et qu'une classe me fut attribuée, la vie repris son cours normal, je continuai à être invisible. J'arrêtai de compter les jours que je passais ici, ils se transformèrent en semaines, en mois, en années,... Cela doit bien faire plus de cinq ans, maintenant. J'observe les gens et leurs démons ou leurs anges, je ne peux pas me targuer de tout savoir sur eux mais je les connais déjà mieux que certains qui se prétendent leurs amis. Quoi qu'il en soit, je suis toujours les cours, au fond de la salle, là ou même le professeur ne me voit pas. Quand il ou elle pose une question et que la bonne réponse fuse dans le brouhaha général sans que personne ne sache de qui elle provient, c'est moi. Je vis, je n'essaie pas de me lier, je reste dans mon coin et j'apprends.

&. Celle qui s'amuse avec son perso bizarre.

» Âge : Mouahaha, vous ne saurez jamais ! En fait, j'aurais 15 ans mercredi
» Surnom : Vous pouvez m'appeler par mon pseudo ^^ Et si vous êtes sur Lunacy Avenue vous me connaissez sûrement sous le nom de Resli
» Comment as-tu découvert le forum? Partenariat
» As-tu tout lu?
» Comment trouves-tu le forum? Ben, bien, pourquoi ? M'fin, c'vrai que ça manque un peu de pandas...
» Un dernier mot? Gomene ! Gomenasai ! J'ai pris trois plombes pour finaliser ma fiche ^^''


Revenir en haut Aller en bas

So... PP! { Powerfull & Purfect }


avatar

So... PP! { Powerfull & Purfect }

■ Fiche : (www.)
■ Statut : Elève
■ Messages : 616
■ MPV : 284
■ Type : Pique
■ Pouvoir : Annulation
■ Avatar : Izaya Orihara - Durarara!!

&.More
■ Age du personnage: 16 ans
■ Rang : ★
■ Relations :

Message Sujet: Re: Ce dossier s'auto-déchirera après lecture   Dim 7 Oct - 7:24




♠♠♠♠

Bienvenue !
Tout d'abord, j'ai trouvé ta fiche, mais... Super intéressante. En fait, le fait qu'on l'oublie souvent, bah, ça m'a énormément plu.
Enfin, le tout est bien, je n'ai rien à redire.Je te valide, et te souhaite donc la bienvenue chez les piques. ♥
Have fun, and enjoy your life at Nakunaru. o/




Merci pour cet avatar, ma divine épouse. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nakunaru-academy.chocoforum.net
 

Ce dossier s'auto-déchirera après lecture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nakunaru Academy :: 
Archives
Archives
 ::  Bye Bye...
-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit