www :: CONTEXTE
www :: REGLEMENT
www :: LE PAS A PAS
www :: AVATARS/POUVOIRS PRIS
www :: METIERS
RPs/demandes libres
Rien pour le moment


NOMS

POUVOIRS
Nakunaru Academy

Partagez | 
 

 I. The Lost Boy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

Invité


Message Sujet: I. The Lost Boy   Ven 21 Sep - 15:58


Spoiler:
 

Je vole. Les nuages défilent et je virevolte entre eux. Je suis vêtu d'une longue tunique blanche, j'ai de grandes ailes de colombe dans le dos et mes cheveux flamboyants flottent dans l'air doux et apaisant comme un matin de printemps.
Le vent me fait du bien, je suis vraiment très bien ici, j'aimerais pouvoir y rester tout le temps. Planer au dessus des nuages cotonneux, moelleux et légèrement humides.

Le soleil me fait briller comme une lumière du jour. Est-ce un rêve ? ou suis-je au paradis ? Je ne le sais pas hélas. Si seulement je savais. Mais tout ce qui m'importait pour le moment c'était de continuer à me faufiler agilement en volant à travers le ciel bleu azur qui s'étirait devant mes yeux, les vents frais et accueillants, frôlant ma peau et mon visage. Puis, je vis quelque chose au loin. Cela ressemblait vaguement à une barrière. Non. Plutôt une grille, oui c'est ça, une grille. Ses barreaux étaient d'un blanc nacré qui faisait refléter la lumière et la chaleur de l'atmosphère, elle avait deux poignées en cristal qui servaient à l'ouvrir, et on pouvait voir dessus, des lettres ciselés et cette fois d'un blanc neige. Des vignes à feuilles d'or grimpaient le long des barreaux et les barres de nacre semblaient s'étirer à l'infini vers le haut.

Le paradis...

Une silhouette se dessine alors derrière le portail menant au Nirvana et je vois... mon père. Il apparaît. Il est de l'autre côté. D'un seul coups, toutes choses négatives en mois se supprimèrent peu à peu. La peur, la solitude, les responsabilités, la culpabilité et même ce don dont je n'avais jamais voulu. Mes épaules s’allégèrent et je m'apaisait. Si j'étais ici c'est que je devais rejoindre mon père, à travers la grille. Je prend les poignées et les tirent.
Rien.. Je réessaie une fois de plus, et cette fois-ci, la poignée de cristal me brûla la main. Je la retire et regarde mon père, sans comprendre.


- Tu n'es pas encore prêt mon fils.
- Quoi ?! mais, je suis mort, papa la mort elle est venue me chercher, je devrait être avec toi au paradis, alors pourquoi ça ne marche pas, Pourquoi ?!
- Tout simplement parce que ta mort n'est pas envisageable. Ta vie n'est pas encore terminée sur terre. Mon enfant, tu dois te réveiller...

Ses dernières paroles résonnèrent, et tout s’effaça au fur et à mesure. D'abord la silhouette de mon paternel, puis la grille, les nuages, le ciel bleu, mes ailes, et ma tunique. Ne restait plus que moi, nu au milieu du néant, et un soleil pâle, jaune qui brillait faiblement dans les hauteurs infinies de l'univers où brillaient milles astres magnifiques.
Et alors, une lumière blanche et brillante était né, et grandissait, m'éblouissant les yeux pour finir par m'aveugler et par...
Me faire ouvrir les yeux.





Revenir en haut Aller en bas

Pique

■ Fiche : (www)
■ Statut : Journaliste et photographe à temps perdus.
■ Messages : 53
■ MPV : 113
■ Type : Pique
■ Pouvoir : Le contrôle capillaire & Arc of time.

&.More
■ Age du personnage: 21 ans.
■ Rang : ★
■ Relations :

Message Sujet: Re: I. The Lost Boy   Sam 29 Sep - 11:14


Ah, ce mal de tête était insupportable. Mais tant pis, j'allais devoir faire avec. Puis, il n'y avait pas que ce mal de tête qui était insupportable : me voir perdre 5 bons centimètres l'était aussi. Ah, ce que je pouvais haïr ce pouvoir. Aujourd'hui, j'avais 15 ans, et j'allais devoir faire avec. Je me dirigea vers mon placard pour m'habiller; faire la grasse matinée, c'était bien, mais maintenant il fallait que je me mettes au travail. Avec mes 5 centimètres en moins, et mon poids plume, j'allais encore devoir trouver de quoi m'habiller de manière à ce qu'on ne croit pas que mes vêtements sont légèrement trop grands pour moi. Une jupe - car les pantalons sont trop longs -, une chemise, le tour est joué. Ah, le mal de tête est encore là.

Je pense qu'avant d'avoir pu quitter mon appartement pour de bon, j'ai dû y retourner plus d'une dizaine de fois, voir plus. Il fallait que j'aille faire un petit rapportage, mais avec ma petite bouille de gamine, est-ce que quelqu'un allait me prendre au sérieux? Et en plus, je n'avais vraiment pas de forces à écouter quelqu'un parler pendant une demi-heure. Il fallait que j'aille chercher de quoi calmer ce foutu mal de crâne. Mais j'avais avalé le dernier medoc' pour hier. Et puis, je n'ai pas le courage d'aller à la pharmacie. Bon, il ne me restait plus qu'à aller en demander à l'infirmier de l'académie. Après tout, il me connait bien depuis le temps, et avec l'apparence que j'ai aujourd'hui, je n'aurais aucun mal à me faufiler dans l'académie.

D'ailleurs beaucoup me disent que puisque j'ai le pouvoir de changer d'âge quand je veux, je n'ai qu'à le reprendre dès que je m'apperçois que mon pouvoir a marché sans que j'en ai envie. Ah, si c'était aussi simple, et si les gens me prenaient un peu moins pour une conne : si je pouvais le faire, je l'aurais fait depuis longtemps déjà ! Mais malheureusement, ce n'est pas dans mes moyens. Lorsque je me réveille avec un âge autre que le mien, je ne peux rien faire. C'est idiot, mais c'est comme ça.

Sans aucune difficulté, j'ai pu me faufiler dans l'académie. Et, bien évidemment, sans aucune difficulté, j'ai pu trouver l'infirmerie. Depuis le temps, je connaissais cette académie sur le bout des doigts. Après tout, c'est la seule chose que je connais. Et elle a été ma maison toute ma vie. C'est presque comme si j'y étais née. Vous me direz, j'y suis arrivée lorsque j'avais moins d'un an.

Malheureusement, l'infirmerie était vide. Enfin, par là, je veux dire qu'il n'y avait pas d'infirmière. Car bon, l'infirmerie n'était pas vide en elle même. Il y avait un garçon aux cheveux flamboyants allongé sur l'un des lits. Vu que c'était le plus proche de l'entrée, je m'y assis, tout en essayant de ne pas le réveiller. Dans son sommeil, je l'observais, il m'intriguait. Une tignasse comme la sienne, on n'en croise pas tous les jours, et je ne me souvenais pas de l'avoir déjà vu. Du coup, il doit sûrement être nouveau.

Ah, j'espère que l'infirmier va arriver vite, car ce mal de crâne est insupportable...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité

Invité


Message Sujet: Re: I. The Lost Boy   Sam 20 Oct - 3:21


Spoiler:
 

Pendant un instant, je me demandais si ça avait été véritablement un rêve. Il paraissait si réel. Et puis quand j'avais ouvert les yeux, je croyais que j'étais au paradis encore une fois car mine de rien, l'endroit où je me trouvait était vraiment étrange et beau. Je me trouvais sur un lit aux draps d'un blanc neige, qui était pour du moins, aveuglant avec les rayons du soleil qui tapait dessus et renvoyant de la lumière déconcertante, comme dans un rêve. Une table de chevet en bois poli était posé à côté du lit douillet, et à ma gauche, assise sur le rebord du drap, une jeune femme d'à peu près le même âge que le mien, se tenait, là, ses cheveux noirs qui lui tombait dans le dos, et ses vêtements d'écolière qui je trouvais étaient un brun plus grands qu'ils n'auraient du l'être.

Je me demandais où est ce que j'étais. A l’hôpital du Paradis, ou alors peut être dans... Oui ça ressemblait vaguement à une infirmerie. Cette odeur de médicament et de fleur qui flottait dans l'air. Ça me rappelait les fois où grand-mère nous faisaient du thé au jasmin dans sa maison avec papa qui me disait toujours "Bois, fils tu te sentiras mieux une fois avoir bu le nectar de la famille". Aouch, pincement au coeur. Une déception et un peu de chagrin s'emparèrent de moi. Grand-mère... Papa... Ils sont morts à présent. Je n'ai plu de famille. Je suis orphelin.

Je lève les yeux vers cette jeune fille, et la regarde. Puis j'inspire et essaie de parler, autant faire connaissance, après tout ça ne me ferait pas de mal de parler avec quelqu'un et surtout de savoir où j'avais atterris.


- Euh... salut, disais-je en essayant de me redresser sur le lit. Franchement, le Euh... salut, j'avais rien de plus nul à dire moi... pfff.

Revenir en haut Aller en bas

Pique

■ Fiche : (www)
■ Statut : Journaliste et photographe à temps perdus.
■ Messages : 53
■ MPV : 113
■ Type : Pique
■ Pouvoir : Le contrôle capillaire & Arc of time.

&.More
■ Age du personnage: 21 ans.
■ Rang : ★
■ Relations :

Message Sujet: Re: I. The Lost Boy   Mer 20 Fév - 10:12


Je vois le gamin ouvrir grand les yeux. Ah, il se réveille enfin. L'infirmier lui, n'est toujours pas là. Mais qu'est ce qu'il fout? Réellement, j'en ai marre d'attendre. Avec ce mal au crâne qui ne part pas... Avec ce pouvoir qui me transforme en rien... Ah, ça y est, tout m'agace maintenant. Tout est insupportable. Invivable. Et puis, il y a ce gosse, qui me dit salut. Il n'avait pas trouvé quelque chose de plus original? Il n'avait pas eu l'idée de se présenter avant? Ah, ça y est, je suis sur les nerfs. Si ça se trouve, je vais gueuler sur ce pauvre gosse qui n'aura rien fait. Je reprend mon calme. Je respire. Je lui fait un grand, un énorme sourire. Forcé.

- Salut ! Tu ne saurais pas où est parti l'monsieur en blanc?

J'avais peut-être l'air idiote à demander ça, mais c'était de cette manière là que j'appelais l'infirmier quand j'étais toute petite, jusqu'à l'âge de 10 ans. Et 10 ans après, je n'ai pas perdu cette habitude. Ce n'est pas non plus comme si nous avions des tonnes d'infirmiers ici non plus, du coup on pouvait utiliser des expressions plus familières. Du moins, on pouvait - je m'en donnais le droit. Surtout qu'au final, je n'avais que 15 ans aujourd'hui. Seulement 15 ans.

Je tournais la tête vers le bonhomme, et j'essayais de rester le plus calme possible, et de ne pas penser à mon terrible mal de crâne. Ah, pourquoi, pourquoi aujourd'hui, pourquoi maintenant? Pourquoi il ne passait pas? Ah, et pourquoi l'infirmier n'était toujours pas là? J'avais tellement mal au crâne, que j'ai fini par poser mes mains sur mes genoux, et ma tête sur mes mains, avec l'espoir que la fraîcheur de mes mains, et cette position fasse partir la douleur.

Mais en fait, je n'avais encore jamais vu ce gosse. Et sincèrement, ce n'était pas un genre de tête qu'on puisse oublier. Il m'intriguait. Alors, autant lui poser des questions le temps que l'infirmier arrive. On n'avait rien d'autre à faire en attendant. Ca allait nous, me faire passer le temps. Et apaiser la curiosité.

- Mais en fait, t'es nouveau ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



Message Sujet: Re: I. The Lost Boy   Aujourd'hui à 1:30




Revenir en haut Aller en bas
 

I. The Lost Boy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nakunaru Academy :: 
Archives
Archives
 ::  Bye Bye... :: RPs
-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit