www :: CONTEXTE
www :: REGLEMENT
www :: LE PAS A PAS
www :: AVATARS/POUVOIRS PRIS
www :: METIERS
RPs/demandes libres
Rien pour le moment


NOMS

POUVOIRS
Nakunaru Academy

Partagez | 
 

 Ne t'approches pas de moi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Ne t'approches pas de moi.   Dim 13 Mai - 15:10


DOSSIER DE TOONO REO





Feat;Touhou Project ; Mizuhashi Parsee
« Surnom(s) : la Voyante, l'Associable, le Cas.
« Age : 14 ans.
« Métier : Etudiante.
« Type : Carreau, sans doute.
« Pouvoir{s} : Lecture des pensées. Reo est capable de voir les pensées des autres, et cela, automatiquement. Ainsi, à cause de cela, elle est souvent prise de maux de têtes ou dépressions, et fuit le reste du monde.
« Adjectifs : Intelligente, Perspicace. Mais très renfermée et susceptible.
« Secret:
Spoiler:
 






&.Caractère

Reo Toono. Quand vous entendez ce nom, vous pensez peut-être à un homme noble, surtout les étrangers – principalement français – qui font référence au prénom Léo. Son nom de famille ne fait aussi qu'accentuer cette imagination, car à un kanji, vous entendez plutôt Tono, qui signifie Seigneur. Vous avez donc une belle image de ce Reo, et lorsque vous entendez en vérité une voix féminine, vous vous dites que finalement, tout ça n'était peut-être qu'une grosse erreur.

Car Reo est probablement bien le contraire de vos croyances.
A première vue, vous comprendrez très rapidement que cette demoiselle a très peu d'amis, voire aucun, et que tout le monde la fuit. « Elle porte malheur », est la réponse que la plupart des gens qui la connaissent donnent au pourquoi. De plus, il n'y a pas que son pouvoir qui l'éloigne du reste du peuple et la rend associable, mais aussi le fait qu'un simple regard tourné vers elle la fait grogner, et qu'elle s'exprime principalement par des bruits que par ses cordes vocales, qui pourtant, produisent une voix agréable aux oreilles. Vous l'aurez donc très vite compris ; elle est une solitaire, ne vivant que pour elle-même. Le monde la dégoûte, exceptés la nature et les animaux, qui, selon elle, sont de très bons compagnons comparés aux êtres humains ( NDJ : Rassurez-vous, il n'y a aucune zoophilie derrière tout ça. ).

Ainsi donc, le bel homme Reo, modeste et généreux, devient l'irritable et farouche jeune fille Reo. Face à ce grand nombre de défauts provocants, vous avez envie de lui coller de nombreuses baffes. Heureusement, il se trouve qu'en plus de ce côté affectif pour la flore et la faune, elle est très intelligente. Un bon point que la fait monter dans votre estime, car de ce côté-là, au moins, elle vous semble moins décevante, étant modeste sur son Q.I.

Mis à part ça, en plus de la nature, elle aime énormément la lecture. Vous pourrez principalement la voir bouquiner dans la bibliothèque où dans un tout autre lieu – seule, évidemment -, ou alors porter une pile de livres pour les traîner chez elle, afin de se cultiver. Elle apprécie beaucoup aller dans les endroits élevés, comme les arbres, ou les toits ; car oui, elle est très agile, et n'a en aucun cas le vertige. Cependant, elle déteste la société, surtout les hommes qu'elle trouve désespérants.

&.Physique

Bien que l'apparence qu'elle arbore vous paraît très adulte, et que vous lui donnez environ la majorité, son petit mètre cinquante-neuf et son poids plume ne fait pas vraiment le poids, et c'est là que vous donnez en fait environ seize ans. Manque de chance, vous vous êtes encore trompé, car elle n'a tout bonnement que quatorze ans : sûrement l'air sérieux qu'elle dégage qui vous fait faire une telle erreur.

Evidemment, difficile de ne pas tomber dans le piège. Déjà, ces yeux vert émeraude aux traits fins vous hypnotisent, surtout lorsqu'elle vous lance un regard perçant. Montrant toujours un étrange sentiment neutre, parfois irrité, vous savez que rester près d'elle est identique que essayer d'apprivoiser le gros chien des voisins.

Et ce ne sont pas ses cheveux qui arrangent l'affaire. D'un blond presque doré, ceux-ci retombent sur ses épaules avec douceur, et se laissent très facilement emporter par le vent. Attachés en queue de cheval, ils ondulent légèrement, sauf les quelques mèches retombant justement devant sa paire d'yeux verts, pourtant toujours visibles derrière ces rideaux dorés. Mais là n'est pas la seule raison de votre envie de l'éviter.

Ses vêtements.

Personne d'autre qu'elles ne portent des vêtements aussi peu communs ; tout d'abord, elle porte un débardeur noir collant à sa peau, montrant combien ses formes sont modestes, avec par dessus un haut marron retombant jusqu'aux milieux de ses cuisses, dont les bords sont violets avec des bandes blanches. Son cou, lui, est couvert par une écharpe rose, et ses avant-bras par des guêtres de même couleur. Sa jupe, elle, est noire, et un tissu bleu à bouts blancs recouvre le reste du haut marron … Rien que cela vous met assez mal à l'aise, mais les fils rouges qui retombent de sa jupe vous met encore plus une certaine peur. Heureusement, ses chaussettes blanches et ses chaussures noires rattrapent un peu le coup, mais ce n'est pas suffisant.

Finalement, vous ne vous approchez pas d'elle, celle-ci étant bien trop étrange à votre goût ...

&.Histoire


C'était une belle nuit d'hiver, le sol était recouvert d'une neige blanche et pure. Dans un petit village paisible où l'on pouvait voir la lumière allumée rendre le paysage magnifique vu de loin, se trouvait une maison qui, bien qu'elle était plutôt grande, hébergeait seulement trois personnes, deux enfants et une femme. Parmi l'une des nombreuses salles, ces trois êtres étaient rassemblé entre deux petits lits, l'un étant vert et l'autre rouge.
Sur le petit lit vert se trouvait une petite fille blonde, aux yeux vert émeraude comme ses draps, et à côté se trouvait une autre au physique presque identique, sauf que ses yeux étaient rouge sanglant. Au milieu, une dame dans la trentaine, ressemblant fortement à ces petites qui étaient probablement ses enfants.
Les petites tenaient un coussin, et celles aux yeux verts, de sa petite voix d'enfant, demandait à la femme :

« Maman, s'il te plaît, lis nous encore l'histoire de la pierre avec des pouvoirs …
- Heiiin ? Tu veux encore qu'elle nous raconte celle-là ? T'es malaaade … ! Ca doit être la cinquième fois qu'elle nous la lit en moins d'une semaine … riposta l'autre.

Et les deux fillettes, à peine âgées de six ans chacune, commencèrent à se chamailler, tandis que leur mère soupirait. Tous les soirs se produisaient la même chose ; avant d'aller dormir, elles se disputaient pour quelle histoire leur mère leur raconterait. Tandis que Reo tirait la joue de sa sœur, Rea, cette dernière lui tirait les cheveux. Chacune d'elles ne s'entendait pas à merveille avec l'autre, même si elles se trouvaient être des fausses jumelles.

« Allons, allons … Calmez-vous. Si vous voulez, je vous raconterai deux histoires. D'abord l'histoire de la pierre pour Reo, puis un au choix pour Rea, vous êtes d'accord ? »

En entendant cela, les deux jumelles eurent des étoiles dans les yeux, et, très rapidement, reprirent place en face de la femme, devenues sages comme des images. Chacune d'elles firent un sourire, et c'est ainsi que commença le récit. Reo fut attentive aux moindres des détails, comme toujours, tandis que sa sœur croisait les bras et écoutait à moitié, l'histoire du moment ne l'intéressant pas vraiment.

Deux secondes après la phrase de fin, Reo s'allongeait sur le lit et devint hystérique, visiblement bien plus excitée qu'elle ne le devait, tandis que Rea pestait sur elle pour qu'elles puissent par la suite écouter Alice au Pays des Merveilles. Ainsi donc, elle se releva – après s'être prise une baffe par sa sœur aînée de seulement deux heures – et suivit le deuxième récit …

A la fin, les deux Toono partirent se coucher. Allongées au chaud dans leurs lits, elles souhaitèrent la bonne nuit à leur mère, qui embrassait chacune d'elle au front avant de partir dans sa propre chambre, à quelques pas de là. A l'intérieur se trouvait un lit double, un lit qui, autrefois, ne servait pas à faire dormir qu'une femme, mais aussi un homme.
La mère s'avançait près d'une table de nuit, et prit en main un cadre photo, sur laquelle était représenté l'homme qui avait fait battre son cœur et qui continue, un homme brun qui a disparu pendant une mission pour la police. Elle fixait la photographie, et pendant que les larmes montaient, elle prit le cadre dans ses bras. Il lui manquait tant ...

~ ~ ~ ~ ~

« Reo, rends moi tout de suite la console ou tu vas voir du pays !
- Tu le dis plusieurs fois. Changes de disque de temps en temps, ça fait pas de mal. »

La petite blonde aux yeux rouges grogna et pesta sur sa sœur, qui pendant ce temps-là, jouait tranquillement sur une PSP à un jeu où l'on pouvait incarner un prince démon du sous-monde qui affrontait des obstacles pour récupérer le trône de son père, mort en s'étouffant avec un bretzel.

Toutes les deux se trouvaient dans la voiture familiale, un matin frais de printemps. Elles étaient entrées dans leur avant-dernière année de primaire depuis quelques semaines déjà, et allaient atteindre leurs onze ans en Septembre. Le temps passait très vite, et elles étaient déjà d'adorables petites filles … Tout du moins, en apparence, car même si elles grandissaient à vue d'oeil, leurs caractères ne changeaient en rien ; elles se battaient toujours pour des broutilles.

« On avait dit qu'à chaque fois qu'on finissait une carte du jeu, on passait à l'autre pour qu'elle continue sa partie ! Tu te souviens pas !?
- Si.
- Alors pourquoi tu vas à l'Assemblée noire !?
- J'ai besoin de réincarner mon pingouin ...
- Fais le après ! Moi faut que je fasse le château doré, avec le gros cochon ! »

Et Reo secoua la tête de droite à gauche, ce qui provoqua la montée de colère de sa moitié qui lui sauta dessus, engageant une nouvelle bataille, accompagnés de petits cris de douleur et d'insultes plus variées les unes que les autres, jusqu'à ce que leur mère se retourne et hurle d'une voix forte :

« C'EST PAS BIENTÔT FINI VOS ENFANTILLAGES !? »

Les deux sœurs restèrent muettes quelques instants, reprenant rapidement leurs places et arrangeant leur apparence, tandis que la femme continuait de les gronder, leur reprochant de ne jamais être d'accord même si elles sont jumelles, et qu'elles devraient grandir un peu plus. Toutes deux restaient têtes baissées, et au bout d'un moment, seul le bruit du moteur ainsi que la voix imposante de la mère cassait le silence.

Reo leva la tête, l'air coupable, avant de subitement prendre un air effaré …

« Maman … Maman, MAMAN, DEVANT !! »

Cette dernière eut à peine le temps de se retourner de ses enfants choqués et de voir l'image d'un immeuble qu'elle finit par ne voir que du noir après un bruyant crash, la chaleur monter et sa conscience partir petit à petit …
A la fin de sa perte de conscience, des cris se faisaient entendre de toutes parts, appelant à l'aide, demandant une ambulance, et non seulement elle se laissait emporter par la mort, mais aussi quelque chose se développait chez les demoiselles derrière, inconscientes elles aussi, mais seulement pour un temps, et non l'éternité. Peut-être était-ce cette petite chose qui grandissait en elles qui leur permettait de survivre à cette obstacle. Mais une chose était sûre : elle n'allait peut-être pas leur fournir le bonheur que beaucoup d'autres ont pu avoir avec ce même développement.

~ ~ ~ ~ ~

Quelques mois s'étaient écoulés depuis l'accident de voiture. Des mois qui s'étaient écoulés très rapidement pour le pays, mais étrangement long pour les jumelles. L'hiver approchait à nouveau, et toutes deux pensaient longuement à ce que pourrait être cette saison sans leur tendre et chère mère, à présent enterrée dans le cimetière, non loin de leur ancienne maison.

Oui, ancienne maison était le bon mot. Après avoir été extirpées de la voiture, les médecins ont non seulement remarqué des blessures assez graves chez les fillettes, mais aussi que leur seule et dernière parente avait rendu l'âme, faisant d'elles des orphelines. Elles ont donc passé des semaines à l'hôpital, avant d'entrer dans un orphelinat à la sortie.

Un orphelinat qui les logeait, blanchissait, nourrissait bien mieux qu'avant, mais qui les rendait malades ; car les deux Toono n'aimaient que leur mère, et pas des faux parents, frères et sœurs. C'est pourquoi elles vivaient toutes les deux dans un coin, tandis que les autres orphelins jouaient ensemble. Une période qui les rendait plus intimes qu'autrefois, alors qu'elles se battaient pour tout.

Un jour, alors que la neige tombait lentement sur la pelouse et qu'elles jouaient toutes les deux aux dames dans leur chambre respective, Reo fut tout à coup prise de maux de tête ignobles. Des maux de tête qui la faisait gémir, souffrir. Il était évident qu'en voyant sa sœur subir une affreuse torture soudaine, Rea courut chercher des adultes au rez-de-chaussée l'installer dans son lit et essayer de calmer ses douleurs. La panique s'était installée dans l'orphelinat, et ne s'était calmée que lorsque la jeune blondinette s'évanouit sur son lit.

Le lendemain, alors qu'elle se réveillait, elle fut respectueusement diagnostiquée par un médecin, appelé par le directeur de l'orphelinat après avoir eu vent de cette étrange prise de douleur. Bien heureusement, le médecin ne remarquait rien de très grave chez la demoiselle, et tout le monde fut soulagé.

Sauf elle.

A chaque fois qu'elle regardait quelqu'un dans les yeux, n'importe qui, elle entendait une voix résonner dans sa tête ; une voix qui, en fait, ne provenait que de la personne en face d'elle. C'est pourquoi, après avoir possédé cette faculté, elle se mit à éviter le regard des gens, toute la journée. Même sa sœur dût arrêter d'insister pour que sa moitié tournait le regard vers elle.

Alors qu'elle allaient se coucher, Reo racontait tout à Rea. Cette dernière ne la crut pas, et elles partirent dormir … Bien sûr, la surprise s'était installé le matin suivant, du côté de Rea qui ne trouvait pas sa sœur, mais aussi celui de Reo qui se demandait bien où elle avait atterri et comment.

Voilà le début de la vie de Reo à Nakunaru … Qui avait commencé à ses dix ans.
Au départ, elle essayait de s'y faire, cachant son pouvoir en disant qu'elle avait le pouvoir de vivre sans dormir, idée idiote de sa part, mais tout de même suffisante pour cacher le vrai. Cependant, au fil du temps, après avoir eu des amis, les perdre, elle perdait confiance en tout le monde, avant de se retrouver dans une coquille. C'est pourquoi son mensonge en devint un autre : le pouvoir d'attirer le malheur à tout ceux qu'elle approche. Evidemment, le fait de dire ça rendait les autres fuyants face à elle. Ainsi donc, la Toono se retrouva seule, rejetée, et extrêmement asociale.

&.Celui Celle qui se cache derrière l'écran

« Age : 13, 14 en septembre.
« Surnom : Wanko o/
« Comment as-tu découvert le forum? Un certain bouffe-tout rose !
« As-tu tout lu? FAKE !
« Comment trouves-tu le forum? Pas mal, pas mal ! :3
« Un dernier mot? J'aime les pommes.~




Dernière édition par Reo Toono le Jeu 24 Mai - 14:48, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Ne t'approches pas de moi.   Dim 13 Mai - 15:12


Ma discipleuhhhh!!!

Revenir en haut Aller en bas



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Ne t'approches pas de moi.   Jeu 24 Mai - 14:49


Après trois longues décennies, j'ai enfin terminé ma fiche. ~

Revenir en haut Aller en bas

So... PP! { Powerfull & Purfect }


avatar

So... PP! { Powerfull & Purfect }

■ Fiche : (www.)
■ Statut : Elève
■ Messages : 617
■ MPV : 284
■ Type : Pique
■ Pouvoir : Annulation
■ Avatar : Izaya Orihara - Durarara!!

&.More
■ Age du personnage: 16 ans
■ Rang : ★
■ Relations :

Message Sujet: Re: Ne t'approches pas de moi.   Dim 27 Mai - 13:55


Bienvenue une seconde fois. O/
eh bien, je n'ai rien à dire sur ta fiche, tout est bon. Je te valide donc..
Bienvenue chez les carreaux, et amuse-toi bien ici.



Merci pour cet avatar, ma divine épouse. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nakunaru-academy.chocoforum.net



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Ne t'approches pas de moi.   Dim 27 Mai - 14:00


Merci beaucoup o/
( Au fait, il se peut que prochainement je fasse un prédéfini, ça ne dérange pas ... ? o: )

Revenir en haut Aller en bas



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Ne t'approches pas de moi.   Lun 4 Juin - 17:14


Bienvenue ! nwn Nous partageons le même pouvoir ! :p


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé



Message Sujet: Re: Ne t'approches pas de moi.   




Revenir en haut Aller en bas
 

Ne t'approches pas de moi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nakunaru Academy :: 
Archives
Archives
 ::  Bye Bye...
-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit