www :: CONTEXTE
www :: REGLEMENT
www :: LE PAS A PAS
www :: AVATARS/POUVOIRS PRIS
www :: METIERS
RPs/demandes libres
Rien pour le moment


NOMS

POUVOIRS
Nakunaru Academy

Partagez | 
 

 Makkura Kurenai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Makkura Kurenai   Dim 29 Avr - 11:30


DOSSIER DE Kurenai Makkura



Feat;Touhou Project – Sakuya Izayoi
« Surnom(s) : Elle n’en a pas
« Age : 15 ans
« Métier : Elève
« Type : Pique
« Pouvoir{s} : Midnight Blades ~ Le pouvoir de Makkura ne se déclenche que la nuit, lorsque les rayons argentés de l’astre lunaire effleurent son visage nacré. Ses yeux gris changent peu à peu de couleur, prenant quelques reflets dorés, puis virant à l’orangé, avant de devenir aussi rouges que le sang. A ce moment-là, si Makkura a envie de tuer, il lui suivit de lever un bras et de tracer une horloge imaginaire autour d’elle. 12 couteaux aiguisés apparaissent alors, couteaux qu’elle peut manipuler à sa guise. Un pouvoir puissant, mais plein de failles. Déjà, elle ne peut l’utiliser que si c’est la nuit. De plus, il faut absolument que la lune apparaisse et si elle est dissimulée par, en exemple, un épais feuillage, les couteaux n’apparaissent pas. Enfin, un laps de temps est requis avant l’apparition des couteaux – laps de temps durant lequel ses yeux changent de couleur.
« Adjectifs : Loyale & Calme mais Solitaire & Pragmatique
« Secret:
Spoiler:
 






&.Caractère

-Dis-moi, Makkura… Imagine que tu es une super-héroïne, d’accord ? Tu dois attraper un super-méchant. Mais il y a un problème : le méchant a pris en otage un bus scolaire rempli d’enfants de ton âge. Seulement, c’est ta seule chance d’attraper ce méchant… Que fais-tu ?
-Je balance une grenade par une des fenêtres du bus.
-Attends, tu n’as pas compris… Il y a des enfants dans le bus…
-Oui. Et alors ?
Makkura chez le psy, 8 ans.


Cette gamine est très étrange. C’est ma patiente depuis ses huit ans, et je la connais bien. Cependant, elle est difficile à cerner et même moi, je ne suis pas encore sûr de bien la comprendre. Il me semble qu’elle a toujours été comme ça : imprévisible et trop mature pour son âge. Bien trop mature. Elle n’a pas eu d’enfance, et ça se répercute horriblement sur son caractère. Ses parents n’en peuvent plus et commencent à la confier à de tierces personnes de plus en plus souvent. Ce dont je suis certain, c’est que Makkura n’a pas d’amis. Elle reste toujours seule, mais ce n’est pas à cause d’un traumatisme ou autre : elle trouve les autres enfants terriblement bêtes. Elle me l’a dit elle-même. Elle dit qu’ils n’ont aucune logique et que, par conséquent, elle ne souhaite pas se mêler à eux. Aujourd’hui, Makkura a treize ans, mais ses problèmes n’ont pas changé. Ce n’est pas bon pour elle, de rester seule tout le temps. Elle commence à me faire des remarques de plus en plus cinglantes… Au début, elle paraît douce comme un agneau mais je crois qu’elle voulait juste m’analyser en me mettant en confiance. Maintenant, elle n’a plus peur de moi et me parle franchement. Un bon début, me direz-vous ? Eh bien non, pas après cinq années de dur labeur.
J’ai aussi remarqué autre chose : Makkura analyse chaque situation et chaque personne méthodiquement. Elle prend le temps de tout comprendre et de faire le tri parmi les solutions avant de choisir celle qui lui paraîtra la meilleure, même si d’autres la jugeront mauvaise – comme pour le test du super-héros. Ensuite, elle ne parle pas beaucoup. Elle ne dit que des choses intelligentes et à des moments propices.
Fuir les gens. Voilà ce qu’elle fait le mieux. On dirait qu’elle n’a jamais connu le bonheur et n’a pas d’espoir. Aucun but dans la vie, aucun rêve, aucune espérance… C’est comme si elle ne se donnait pas le droit d’être heureuse. Elle ne s’autorise pas les amis, ni la belle vie. Je ne sais toujours pas pourquoi, mais je sens qu’on progresse…

Dernières notes du psy' de Makkura, avant son arrivée à Nakunaru


&.Physique

Makkura est plutôt grande pour son âge. Elle est fine et élancée, et ses membres semblent avoir été trop étirés. Cependant, ce n’est pas si moche que ça et certains la trouveront gracieuse. Mais la première chose que l’on remarque chez Makkura, ce sont ses cheveux et ses yeux. D’un gris clair, presque blancs… Voilà la réelle particularité de la jeune fille. Cette drôle de couleur grise lui donne un air effrayant, mais d’autres diront que ça renforce son côté innocent. En vérité, Makkura est albinos. Vous savez, comme les petits lapins blancs ? Eh bien, c’est la même chose pour elle. Lorsque le soleil est à son plus fort, les cheveux de l’adolescente – qu’elle coupe courts et dans lesquels elle fait des tresses et noue des rubans verts - paraissent blancs, tandis qu’au cœur de la nuit, ils ont des reflets bleutés. Mais la particularité de Makkura ne s’arrête pas là. Evidemment, sa peau aussi a hérité de la pâleur due à l’albinisme. Du coup, elle est obligée de bien se couvrir avant de sortir et se promène constamment avec une ombrelle. Pour renforcer le côté ancien que lui donne l’ombrelle, la jeune fille n’a rien trouvé d’autre que de toujours s’habiller en robe. Dès son plus jeune âge, c’était LA règle d’or à respecter. Mais ne lui parlez pas de robes moulantes ou à volants, non ! Elle, elle ne jure que par les robes plus anciennes, plus nobles selon elle. Ces robes évoquent celles que portaient les serveuses d’autrefois, avec leurs tabliers blancs et leurs gros nœuds dans le dos. Et pour continuer à assortir le tout, des ballerines sombres feront très bien l’affaire. Makkura recherche l’uniformité et la discrétion, c’est pourquoi elle ne mettra jamais de couleurs flashy. Du noir, du blanc, du vert, du violet et du bleu, point barre. Elle porte aussi un bandeau blanc en tissu dans les cheveux, et un nœud papillon vert assorti aux rubans de ses tresses. Mais l’accessoire qu’elle préfère le plus, c’est son gousset porte-bonheur. Une fois dans une poche, l’autre fois enroulé à son poignet : elle ne le quitte jamais.

&.Histoire

Makkura est née au milieu des neiges éternelles, dans un petit village d’un pays nordique. Avec son teint blanchâtre et ses yeux froids, on aurait pu la prendre pour une réelle petite déesse des glaces… Mais la rêverie des parents prit bien vite fin quand ils découvrirent la vérité qui se cachait derrière la petite déesse, à savoir sa maladie. Dès qu’ils apprirent que Makkura était atteinte de l’albinisme, ils n’eurent plus qu’une idée en tête : quitter le village pour la grande ville, là où leur fille serait, selon eux, plus en sécurité. Mais avant de pouvoir déménager, il restait encore beaucoup de choses à régler : les papiers, le problème du travail, du logement, et toutes ces histoires d’adultes qui n’en finissent pas… Et ces histoires prirent du temps, beaucoup de temps… Makkura avait six ans, et sa famille était toujours dans le petit village perdu au cœur de la neige. La petite fille s’était habituée sans mal à la vie dans le froid, et même si les rayons du soleil se réfléchissaient sur la blancheur de la neige pour mieux la blesser, Makkura considérait cet endroit comme « chez elle ». Et, au fil des années, ses parents finirent par comprendre que même si la vie n’était pas facile pour Makkura, elle était heureuse. En effet, en ces années insouciantes, Makkura souriait tout le temps. Le matin, elle se levait joyeusement et allait déjà jouer avec ses deux seuls amis, les deux seuls enfants de son âge, deux frères que tout opposait. L’un était doux et adorable, l’autre était joueur et diablotin. Mais ces deux-là, en plus de ses parents, constituaient tout ce que possédait Makkura, et tout ce à quoi elle tenait. Les trois garnements étaient connus comme un trio inséparable, et chaque habitant qui les voyait dévaler les rues sur leurs petites luges en bois ne pouvait s’empêcher de sourire. Tous souhaitaient que ces temps d’insouciance durent toujours… Mais c’était impossible. Un jour, tout bascula. Makkura était chez elle, occupée à jouer avec ses poupées comme toute petite fille de son âge le ferait. Elle portait sa plus belle robe – une robe toute blanche, avec des rubans bleu clair un peu partout. Elle attendait le retour de ses deux amis. En effet, ces derniers étaient partis pour un village voisin afin d’y disputer une compétition sportive. A l’heure qu’il était, ils devaient être sur le chemin du retour… Makkura attendait patiemment, certaine que ses amis remporteraient la compétition en question. Mais le temps passa, et les deux garnements, ainsi que leurs parents, se faisaient attendre… Makkura, angoissée, était allée voir ses parents. Elle se doutait de quelque chose. Et puis, comme une traînée de poudre, une rumeur s’était élevée dans tout le village : il y avait eu une chute de neige sur la route principale qui reliait les deux villages… Et, comme vous pouvez vous en douter, les amis de Makkura furent pris dans l’avalanche. L’un des deux, le diablotin, y laissa la vie. L’autre fut, par miracle, éjecté de la voiture familiale et fut retrouvé quelques heures plus tard, mais le pauvre enfant était à jamais changé. Depuis ce funeste jour, plus rien ne fut comme avant pour Makkura. Elle cessa de sourire et sortit de moins en moins. De ce fait, sa santé se fit plus fragile et le départ pour la grande ville, déjà retardé de six années, devint obligatoire pour la survie de la petite fille. Elle et ses parents déménagèrent donc, et Makkura fêta ses sept ans dans un endroit inconnu, bruyant, et qui la terrifiait plus qu’autre chose… Makkura, la campagnarde des neiges, vécut stressée dans cette ville bien trop grande pour elle, et elle se renferma sur elle-même de plus en plus. Inquiets, ses parents l’emmenèrent chez un psychiatre, mais rien n’y fit : Makkura était déjà changée.
La suite de sa vie fut une routine continuelle, quotidienne et lassante. L’école, la maison, le psy, l’école, la maison, le psy, l’école, la maison, le psy… Et cette routine ne changea que quelques années plus tard, quelques mois après que Makkura eut fêté ses 14 ans…
En effet, un nouvel incident se produisit dans la vie de la jeune fille. Tout avait commencé une nuit, par le bruit d’une vitre cassée. De par la proximité de sa chambre avec le hall d’entrée, ce fut Makkura qui se réveilla la première. Apeurée, elle était restée cachée sous sa couverture, espérant que le bruit qu’elle avait entendu n’ait été qu’une illusion. Mais ça aurait été trop beau… Bientôt, elle put entendre le bruit des clés qui tournaient dans la serrure et de la porte d’entrée qu’on ouvrait. Makkura comprit instantanément ce qu’il se passait : un cambrioleur s’introduisait dans la maison. Il avait sûrement cassé un des carreaux de la porte-fenêtre et n’avait eu qu’à ouvrir la porte avec les clés restées dans la serrure… L’adolescente sentit un frisson la parcourir mais elle ne bougea pas, se retenant même de respirer. Après des minutes qui lui parurent interminables, elle entendit des chuchotements – les malfrats étaient plusieurs. Elle entendit alors le bruit d’objets qu’on déplace – non, qu’on dérobe. Les cambrioleurs faisaient juste leur boulot. En fait, tout se serait bien passé s’ils n’avaient pas fait tomber par inadvertance un vase qui se brisa sur le carrelage de la cuisine. Les parents de Makkura se réveillèrent, et elle-même crut avoir une crise cardiaque. Ce fut à ce moment que tout dégénéra. Des bruits se succédèrent rapidement, et Makkura réussit à presque tous les identifier… Les pas de Papa et Maman dans l’escalier, l’interrupteur qu’on enclenche, et puis, beaucoup de cris. En vérité, la bande de cambrioleurs n’était composée que de trois gamins de 18-19 ans qui n’avaient effectué que quelques casses auparavant. La panique les avait immédiatement saisis quand ils s’étaient fait repérer. Et c’était cette panique qui les avait poussés à commettre l’irréparable… Juste au moment où Makkura, croyant que ses parents avaient fait fuir les voleurs, ouvrait la porte de sa chambre, un coup de feu retentit et une giclée de sang vint éclabousser le visage de la jeune fille. Le temps s’arrêta et, en l’espace d’une fraction de seconde, elle put voir la balle fichée dans le front de son père miroiter faiblement sous l’éclat de la lune. Ensuite, le corps que la vie avait déjà quitté s’effondra sur le sol, sous les cris affolés d’une jeune veuve… Veuve qui ne tarda pas à rejoindre son aimé, un second coup de feu retentissant déjà. Cette fois, la balle ne toucha pas un endroit vital mais atteignit la mère de Makkura à la jambe, ce qui la fit perdre l’équilibre. Elle s’écroula près du corps inanimé de son mari, hurlant sa douleur. Les voyous voulurent l’achever au moyen de coups de pied en pleine tête et la battirent à mort, sans se rendre compte de la présence de l’enfant qui les observait sur le seuil de sa chambre. Des larmes coulaient en silence sur les joues blanches de l’orpheline et, comme pour la réconforter, les rayons de l’astre lunaire caressèrent son visage. Peu à peu, ses yeux changèrent de couleur, comme s’ils s’imprégnaient du sang versé cette nuit-là. Et puis, guidée par je-ne-sais-quoi, Makkura traça l’horloge, l’horloge qui annonçait la dernière heure de ces meurtries. Brillant sous la lumière blafarde de la lune, douze couteaux aiguisés apparurent tout autour de la jeune fille. Ce fut à ce moment que les criminels la remarquèrent, mais c’était déjà trop tard… Chacun d’eux reçut quatre couteaux dans le ventre, à une vitesse inouïe. Elle aurait pu viser le cœur, le cerveau ou un organe vital. Mais non, Makkura voulait qu’ils souffrent, qu’ils paient pour ce qu’ils avaient fait… Cette scène, ce fut la dernière chose que Makkura vit avant de s’évanouir, épuisée par l’effort qu’elle venait de faire, et de se réveiller bien plus tard, à Nakunaru Academy…

&.Celui qui se cache derrière l'écran

« Age : 14 ans
« Surnom : On me connaît surtout sous le surnom peu glorieux de « Jujube »
« Comment as-tu découvert le forum? C’est Yume qui m’a tirée jusqu’ici…
« As-tu tout lu?
« Comment trouves-tu le forum? Il est super beau, et l’histoire est originale. J’aime bien.
« Un dernier mot? Je suis nulle pour les fiches, d'ailleurs vous l'avez sûrement déjà remarqué... Mais bon, je me rattraperai aux Rp's, promis (a)


Revenir en haut Aller en bas

So... PP! { Powerfull & Purfect }


avatar

So... PP! { Powerfull & Purfect }

■ Fiche : (www.)
■ Statut : Elève
■ Messages : 617
■ MPV : 284
■ Type : Pique
■ Pouvoir : Annulation
■ Avatar : Izaya Orihara - Durarara!!

&.More
■ Age du personnage: 16 ans
■ Rang : ★
■ Relations :

Message Sujet: Re: Makkura Kurenai   Mer 8 Aoû - 8:54


Bienvenue, et bonjour. o/
Et bien, moi, je n'ai rien à redire sur ta fiche. Pour le caractère, c'est assez originale l'emploie de la psy'.
Je te valide donc, bienvenue chez les piques. Amuse -toi bien et bon RP sur Naku'.



Merci pour cet avatar, ma divine épouse. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nakunaru-academy.chocoforum.net
 

Makkura Kurenai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nakunaru Academy :: 
Archives
Archives
 ::  Bye Bye...
-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit