www :: CONTEXTE
www :: REGLEMENT
www :: LE PAS A PAS
www :: AVATARS/POUVOIRS PRIS
www :: METIERS
RPs/demandes libres
Rien pour le moment


NOMS

POUVOIRS
Nakunaru Academy

Partagez | 
 

 Le monde en noir et blanc de Koby Trevelyan. ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Le monde en noir et blanc de Koby Trevelyan. ~    Sam 24 Mar - 4:18


Dossier de KOBY TREVELYAN





Feat; GOTH (Os by OTSUICHI) ~ Itsuki Kamiyama
Surnom(s) : Kob'.
Age : 17 ans et 2 mois.
Métier : Etudiant.
Type : Coeur.
Pouvoir{s} : HDV, ou Highly Developed Vision. Koby a donc une vue très développée. Il perçoit les vibrations et les mouvements situés à plus de 50 mètres de lui et les images avec une grande précision. Il lui arrive parfois même de voir à travers la matière si elle ne dépasse pas 2 mm d'épaisseur. (une feuille de papier, ou une vitre teintée par exemple). Cependant, une lumière trop vive le rendra inoffensif pendant plusieurs jours. Eh oui, ses pupilles ont beau être puissantes, elles n'en sont pas moins fragiles...
NB : Il est achromate, il ne distingue pas les couleurs.
Adjectifs : Agressif et vulgaire, mais également très courageux et extrêmement soigneux.
Secret:
Spoiler:
 






&.Caractère

« Tes conseils tu peux te les foutre au cul, bordel ! »
~ Koby est quelqu'un de très irritable. Il déteste qu'on lui donne des directives ou des conseils, il ne fait que ce qui lui chante ! Il peut d'ailleurs se montrer très agressif envers quiconque tente de lui faire faire quelque chose pour laquelle l'envie lui manque, le rembarrant à coup d'insultes peu élégantes. Toutefois, s'il s'agit d'une personne du sexe féminin, il ne restera pas longtemps fâché contre elle, et ne tardera pas à l'inviter à dîner. Dîner pendant lequel il saura se montrer le plus charmant possible, surtout si elle est gothique et/ou si elle aime le macabre. Par ailleurs, si elle se retrouve en facheuse posture, il n'hésitera pas à la protéger au péril de sa vie. En effet, c'est un bourreau des coeurs, et ne vous avisez pas de le croire homosexuel sous peine de vous faire traiter de progéniture de péripatéticienne. Cela vous arrivera aussi si vous le dérangez pendant qu'il fait sa sieste. C'est le meilleur moment de sa journée, celui où il rêve d'une planète colorée, et si vous le laissez en profiter vous aurez peut-être une chance de décrocher un sourire par la suite. Mais à quoi bon sourire, lorsque l'on vit dans un univers tout sauf coloré et chatoyant ? C'est la question qu'il se pose chaque jour, se demandant de quelle couleur est ceci, de quelle couleur est cela. Il ne fait confiance à personne, si ça se trouve untel ne lui dit que les fraises sont rouges que pour se moquer de lui par la suite. Alors pour lui, les fraises restent grises foncées.
~ Koby est passionné d'écriture, mais par le fait de son achromatopsie il ne peut rendre justement l'apparence du monde réel et doit donc faire évoluer ses personnages dans un monde en noir et blanc, un monde centré autour de la mort et du macabre. Des histoires d'horreur et des romans d'épouvantes, avec des cadavres à la peau blême.
~ Il paraît qu'il chante bien, mais personne n'a jamais osé lui demander le faire.
Pour résumer, ne lui donnez pas d'ordres, ne lui donnez aucune recommandation même si vous croyez qu'il va droit dans le mur, et si vous êtes une femme mettez vos seins en valeur. Il devrait supporter votre compagnie.
Cela dit, on est jamais sûr de rien.

&.Physique
« L'apparence c'est le plus important à mes yeux ! »
~ Koby a les cheveux bruns et plutôt longs pour un garçon, qui s'emmêlent très facilement et contre lesquels il peste tout les matins. Il a les yeux d'un bleu très clair qui semble presque irréel, et ceci est dû à son pouvoir et à sa pathologie achromate. Il mesure 1m83 et sa taille de chaussure ne dépasse pas le 39, ce qui le complexe légèrement. Il est toujours habillé de façon très soignée et très propre, si bien qu'on ne devinerait pas au premier abord la grossièreté qu'ont souvent ses propos. Une chemise d'un blanc immaculé, un pantalon serré aux jambes d'un noir profond, une veste assortie à ce pantalon, et il est fin prêt pour une nouvelle journée. Toujours ce type de tenue en noir et blanc, si propre à sa vision des choses. Comprenez, il ne distingue pas les couleurs, alors si sa garde-robe était colorée, ce serait un vrai carnage dans l'assortiment des vêtements... Et Koby fait très attention à son apparence.
~ Koby oublie parfois de mettre son pendentif. Pourtant, il y tient énormément, puisque c'est la seule chose qu'il avait sur lui en arrivant à Nakunaru. Un petit pendentif en forme de crâne, avec une petite pierre brillante dans chaque oeil, sur une fine chaîne d'argent. Si on retourne le crâne, on peut y lire "Luka". Un prénom très court qui ne rappelle rien à Koby. Lorsqu'il porte ce collier, il le dissimule sous sa chemise pour éviter les questions auxquelles il ne pourrait pas répondre.
Tout cela pourrait vous donner l'impression que Koby a un physique assez féminin, mais en disant cela vous vous tromperiez. (En plus de vous faire insulter). En effet le torse de ce jeune homme, malgré sa physionomie plutôt frêle, présente des "tablettes de chocolat", même si elles ne sont pas nettement dessinées. Pourtant, jamais il n'a fait quoi que ce soit pour cela.
En somme, un garçon très séduisant.
Avec de petits pieds.

&.Histoire

Koby est né un vendredi 13, mais à l'époque Koby n'était pas encore son prénom. Sa mère l'aimait profondément depuis le tout début de sa grossesse, elle était heureuse de porter en elle la vie, et avait décidé depuis qu'elle savait que ce serait un garçon de le nommer Seth. Le père, quant à lui, ne se souciait guère de l'enfant jusqu'à ce fameux vendredi, et encore moins du futur prénom. Aucun enthousiasme n'avait transparu sur son visage lorsque sa femme était sortie de la salle de bain, le sourire aux lèvres, pour lui annoncer la nouvelle. Un enfant, c'était synonyme de problèmes, de dépenses, de fatigue, et surtout de moins de parties de jambes en l'air avec sa divine épouse, dont le corps s'était transformé au cours des neuf mois de gestation pour devenir semblable à celui d'une espèce de phoque. Ah ça oui, quelle plaie... Mais bon, Katy s'en occuperait, puisqu'elle avait voulu le garder. Dans le cas contraire, on se débarrasserait du fardeau d'une façon ou d'une autre.
Ce fameux vendredi donc, il resta dans le couloir de l'hôpital à faire les cent pas en attendant que tout cela soit terminé. Il ne prit même pas la peine de couper le cordon ombilical comme les pères se doivent de le faire, non. Il préféra rester tranquillement pester contre ce gamin qui déjà braillait comme un goret et lui accaparait sa femme, et ce pendant plus de vingt-deux heures, jusqu'à ce que son épouse soit en état de rentrer.
Cela faisait déjà deux mois que l'enfant était né. Dans la Ford Mustang rouge qu'il conduisait jusqu'à leur luxueuse maison en bordure de la ville, le silence régnait, comme d'habitude. On ne dérange pas Gregory quand il conduit sa Mustang, c'est une règle fondamentale. Pourtant, Katia osa murmurer, plus pour ne pas énerver son mari que pour préserver le sommeil de l'enfant :
« Greg, je dois te parler de quelque chose...
- Eh bien, parle, répondit-il sur un ton passablement agacé.
- Je suis allée chez le médecin pour Seth, parce qu'il ne supportait plus la lumière et qu'il clignait beaucoup des yeux... Le petit est atteint d'une pathologie assez ra...
- QUOI ?! s'exclama-t'il, tandis que la voiture faisait une embardée et grimpait sur le trottoir, ce qui l'obligea à couper le contact.
- Mais ce n'est pas grave, il ne voit pas les couleurs, c'est tout ! s'affola Katia, ayant peur pour le nourrisson. Ce n'est pas dangereux ni pour lui ni pour nous !
- Kate, soupira-t'il en ne prétant pas attention aux braillements de son rejeton.
- C'est lié à une absence de pigments visuels dans la rétine et... »
Mais Gregory n'écoutait plus. Il réfléchissait seulement à un moyen de dire à Katia qu'ils ne le garderaient pas. Ce gamin allait devenir encore plus gueulard, encore plus coûteux, impossible pour lui de supporter ça. Un gamin malade est pire qu'un gamin en bonne santé, pas de ça chez lui.
« Kate ! répéta-t'il d'une voix plus dure qui fit taire sa moitié instantanément. On peut pas le garder.
- Pardon ?! s'indigna-t'elle. Mais c'est notre enfant ! Notre petit Seth !
- Voyons ma chérie, nous ne sommes pas prêt à avoir un fils atteint d'une déficience, quelle qu'elle soit ! Comment vas-tu supporter de le voir comme ça ?! »
Bien évidemment, le jeune Seth était tout à fait capable de vivre sa vie en nuance de gris sans que cela affecte son train de vie, mais Gregory en rajoutait. Il avait envie de retrouver sa tranquillité perdue, et c'était une excuse tellement plausible qu'il ne pouvait la laisser passer.
« Mais... Mais notre petit...
- Il ira dans un orphelinat, point ! » trancha Gregory en voyant les larmes qui commençaient à rouler sur les joues de sa compagne.
Katia se tût, bouleversée et accablée. Elle se reprocha de n'avoir pas gardé cela pour elle.
Gregory, quand à lui, redémarra la Mustang et esquissa un sourire. Maintenant, il ne restait plus qu'à convaincre sa femme de faire un peu de fitness, et tout redeviendrait comme avant.



Trois ans avaient passé depuis que l'enfant avait été déposé à l'orphelinat Karl Austen. En y entrant, il y avait perdu son patronyme, devenant le numéro 756 dans les fichiers de la direction, plus communément appelé "Petit", comme dans les phrases "Bouge de là, petit !" et "Va au lit, petit !".
Il ne se rendait pas compte de la misère dans laquelle il vivait. Les draps crasseux qu'il devait partager avec deux camarades plus âgés. Les bleus sur ses tibias à cause des coups de pieds nocturnes de ses mêmes camarades. Les vêtements rapiécés qui devaient durer une semaine, voire deux. La nourriture maigre et peu goûteuse, comme si son assiette était à moitié remplie de pâte à dentifrice. Tout cela lui permettait de survivre, mais pas d'être heureux. Mais il ne savait pas ce que c'était, il ne réalisait même pas. Il ne se plaignait pas. D'ailleurs, personne ici ne se plaignait à part les grands. Les seuls à avoir un jour connu la joie d'avoir une famille et un toit décent au dessus de la tête.
La seule pièce présentable au public était une grande salle très peu meublée, dont le sol était parsemé de jouets d'enfant. Ils étaient placés là les jours de visite, dans des habits spécialement lavés pour l'occasion. Et chacun jouait dans son coin, en attendant que les adultes présents fassent leur choix, qu'ils adoptent un des leurs. Et chacun pensait que ça n'arrivait qu'aux autres. Toujours quelqu'un d'autre, jamais moi. Je ne sortirais jamais d'ici.
Le 14 mars était un jour de visite. Les enfants furent poussés dans la pièce avec leurs beaux habits, et s'assirent un par un, dans une monotonie effrayante. Un vieil homme bien vêtu entra à son tour, guidé par une Nanny. Ses chaussures cirés claquaient sur le dallage, un son qui sonna étrangement aux oreilles des chérubins. Il les parcourut du regard. Tous le regardaient, les yeux écarquillés. Jamais encore un homme de cet âge et de son rang social n'avait pénétré dans cet endroit, ses habits de riche et ses cheveux gris intriguaient. Seul celui qui deviendrait Koby par la suite garda la tête baissée, concentré sur l'éléphant en peluche qu'il tenait en main.
La vision de l'homme fut attirée par ce petit, qui semblait différent des autres. Il fit un signe de tête à la Nanny et s'approcha doucement du bambin.
Il s'accroupit doucement pour se mettre à sa hauteur, dans un craquement de vertèbres sinistre qui fit lever les yeux au jeune garçon.
« Comment t'appelles-tu, mon garçon ? demanda le vieux.
- Numéro 756, répondit le petit sans hésitation.
- Je vois, dit l'homme avec un mince sourire. Moi, je suis Luka. Tu te plais ici ?
- ... O-Oui, c'est... C'est ma maison... »
Le vieux Luka leva un sourcil devant cette hésitation.
« Ma maison à moi, est très grande, reprit-il. Presque trop pour moi seul. »
Cette fois-ci, ce fût l'enfant qui leva le sien. Où veux-t'il donc en venir ?
« Je me disais que peut-être... Tu voudrais bien m'aider à l'occuper ? lâcha enfin le vieillard avec un sourire qui plût au jeune garçon.
- Et vivre... Avec vous, là-bas ? demanda le petit.
- Exactement.
- Monsieur Trevelyan ! intervint la Nanny. Ce petit est atteint d'achromatopsie ! Je ne suis pas sûre qu'il soit judicieux pour vous de vous occuper de l...
- ... Foutaises ! s'exclama le vieux d'une voix forte qui effraya un peu l'enfant.
- Excusez-moi ? s'enquit la nourrice, visiblement choquée par cette exclamation.
- L'achromatopsie est une pathologie tout à fait sérieuse, mais pas dangereuse mademoiselle ! expliqua le vieux Luka en se relevant. J'ai été médecin voyez vous ? Ce garçon n'a aucun problème, il n'a besoin d'aucun traitement, et je pense que c'est vous (il montra la jeune femme du doigt) qui ne savez pas vous occuper de lui ! »
La voix bourrue de l'homme résonna un peu dans la pièce. La jeune femme resta immobile, jusqu'à ce que sa supérieure entre.
« Mais enfin, que ce passe-t'il ici ?! s'exclama cette dernière en ouvrant grand la porte sous les yeux étonnés des enfants.
- Il se passe, chère madame, que ce petit me convient parfaitement, répondit Luka. Et que s'il le veut, bien évidemment, j'aimerais entamer une procédure d'adoption. »
Il coula un regard au petit, qui depuis la courte dispute ne l'avait pas quitté des yeux. Il lui semblait que cet homme rayonnait. Il avait quelque chose de chatoyant, que même l'achromate qu'il était pouvait voir. Sans un mot, il hocha la tête pour signifier son accord.
Sept mois d'attente plus tard, il emménageait dans l'appartement luxueux de Luka.



Tout ce luxe... Même en nuances de gris, ça donnait la nausée au jeune garçon. Il avait à présent quatre ans, et mettait pour la première fois les pieds dans un décor aussi somptueux. Il ne pouvait pas s'empêcher de promener ses yeux dans tout les coins et les recoins. Devant lui se tenait le vieux Luka, qui tenait encore la clé à la main.
« Sois le bienvenu chez toi, Koby.
- ... Koby ? s'étonna l'interpellé, ramenant son regard sur le visage du vieillard.
- C'est ton prénom, il te plaît ? J'ai pensé que Numéro 756 c'était pas un nom pour un enfant, sourit-il.
- Oui, c'est vrai... » murmura l'enfant.
Il répéta son nouveau nom. Koby...
« Koby Trevelyan, mon fils. » compléta Luka.
Koby sourit à l'homme. Le premier sourire sincère qu'il fit. Il n'était plus un simple numéro. Il avait un père. Une famille. Oui, il était heureux.
Il vécut d'ailleurs les deux plus belles années de sa vie aux côtés du vieillard. Il était devenu progressivement un vrai petit aristocrate. Il échappait néanmoins aux leçons de musique, de chant, de danse, de savoir vivre, que le vieux savait terriblement ennuyeuses. C'était lui qui faisait son éducation, il l'habillait tout les matins, lui montrait comment se tenir à table, lui enseignait le piano, lui apprenait les expressions à connaitre quand on faisait partie du beau monde, et ce dans une ambiance bonne enfant et joyeuse. Tout cela épanouissait pleinement le jeune garçon.
Le soir de son sixième anniversaire cependant, sa vie bascula à nouveau. Ce soir-là, Koby s'installa à table en face de Luka, qui lui tendit un petit paquet. L'emballage était gris, le ruban était blanc, car le vieillard voulait que l'enfant n'ai pas besoin d'imaginer la véritable couleur. Sans attendre, le petit garçon défit le noeud qui retenait le papier, et découvrit une petite boîte. Il en sortit délicatement une fine chaîne en argent, au bout de laquelle pendait un pendentif brillant, que Koby étudia avec des étoiles dans les yeux.
« C'est un Crâne, une des reliques de Marie-Madeleine, expliqua Luka. Mon père me l'a offert pour mes six ans, il était très croyant.
- Pourquoi est-ce que tu me le donnes alors ? demanda Koby. Tu dois y tenir beaucoup...
- Oui, vraiment beaucoup, sourit le vieil homme. Mais il m'a dit de le garder précieusement, pour mon fils. Tu es mon fils, c'est donc ton tour d'en prendre soin.
- Mais je... Je ne suis pas ton... Ton vrai fils...» balbutia l'enfant.
Luka poussa un petit soupir. Il n'avait plus le choix.
« Je me fais vieux Koby. Ma femme est morte il y a dix-neuf ans maintenant, d'un cancer du poumon. Je ne sais pas si tu t'es déjà demandé si quelqu'un t'avais précédé, mais en dix ans de vie commune, elle et moi avons eût le temps d'avoir un enfant. Il est né trois ans à peine avant la mort de Lucy. »
Koby voulut parler, mais il ne sût que dire. Que devait-il faire au juste ? Lui adresser ses condoléances ? Lui reprocher de lui avoir caché l'existence de son premier fils ? Lui demander où il était ?
« Ceci devait lui revenir, reprit Luka en désignant le collier. Mais je n'ai pas eu le temps de le lui donner, on me l'a enlevé avant qu'il n'atteigne l'âge de six ans. Je suis heureux que toi, tu sois toujours là pour que je te le donne, Koby. »
Le jeune enfant resta silencieux à nouveau. Alors Luka l'avait recueilli pour... remplacer son fils ? Non... Non... Impossible. Luka l'aimait, c'était sûr. Mais autre chose le gênait dans l'explication du vieillard. On lui avait enlevé son enfant ?
« Que lui est-il arrivé ? articula-t'il enfin. A... votre fils... »
Luka rapprocha sa chaise de celle de Koby, et se pencha au dessus de lui.
« As-tu déjà entendu parler d'une pierre qui fût découverte autrefois, et qui donna des pouvoirs étranges à certains enfants? murmura-t'il sur le ton de la confidence. Des pouvoirs surnaturels ? »
Koby secoua la tête, en signe de dénégation.
« Ce sont des capacités très étranges, parfois dangereuses. Elles s'éveillent au hasard chez certains individus, et les gamins qui les possèdent sont regroupés dans une sorte de... d'école, parce que tout cela doit rester secret, tu comprends ?
- O-Oui, souffla Koby, qui commençait à comprendre.
- Un don comme ça, mon petit Anton en possédait un. Un jour, je suis entré dans le salon, et il était en train de changer la forme des pieds de la table basse. Il trouvait ça drôle, il me disait "regarde !"... (Des larmes montèrent aux yeux du vieil homme) Et le soir même, alors qu'il venait juste de se mettre au lit, on a sonné à la porte. Et ils l'ont emmené, les types qui s'occupent des enfants comme lui. Ils me l'ont pris... Ils nous l'ont pris, et c'est le désespoir qui a accéléré la maladie de Lucy, j'en suis persuadé ! »
Le ton de Luka était maintenant mêlé de colère et de tristesse. Koby ressentait cette peine, comme si il l'avait vécue. Et en même temps, il se demandait si il devait parler de ce qui le tracassait au vieillard. Depuis longtemps déjà, il se disait que ce n'était pas normal. Et puis cette explication le faisait penser que peut-être...
L'enfant se leva de sa chaise, et alla la placer à la fenêtre avant de monter dessus.
« Est-ce que tu vois la dame, là-bas ? demanda-t'il lorsque son père adoptif l'eût rejoint.
- Quelle dame ? s'étonna le vieux. Il n'y a personne dans cette rue...
- Je te parle de la rue, là-bas, désigna le petit garçon. Il y a vieille dame qui marche.
- Aah, oui, effectivement... Mais elle est loin, je ne la distingue pas très bien.
- Moi je la vois parfaitement, annonça l'enfant. L'étiquette de son foulard dépasse, il vient de chez Solano. »
Luka posa une main tremblante sur l'épaule de son fils. Ce dernier leva les yeux vers lui, et demanda :
« C'est pas normal, n'est-ce pas, papa ?
- ... Non, murmura son père adoptif. Les yeux humains ne peuvent pas voir nettement à une telle distance. Les miens distinguent à peine la forme de la tête de cette femme...
- Alors... Ça veut dire que...
»
Koby sentit les larmes lui monter aux yeux. Il savait bien qu'il était différent. Au début, il avait mis sur le compte de l'âge du vieillard le fait que Luka ne voit pas certains détails que lui voyait. Mais ce n'était pas seulement ça, il était bel et bien doté d'un de ces pouvoirs. Oh bon sang, si seulement il avait gardé cela pour lui après avoir entendu cette histoire... Mais il voulait savoir, il fallait qu'il sâche...
« Tu es comme Anton, termina le vieux d'une voix brisée. Tu as un don. »
L'enfant le fixa, les larmes roulant sur ces joues. Ils allaient être séparés à cause de ça. Non ! Il aurait dû se taire...
Luka retourna près de la table, et saisit le pendentif qui reposait près de sa boîte. Il le passa autour du cou de l'enfant.
« J'espère que demain tu seras encore avec moi, petit, dit-il.
- Mais ils ne peuvent pas savoir, il n'y a que nous qui sommes au courant ! s'écria Koby, désespéré.
- Ils savent, Koby. Ils savent toujours. »
Il s'accroupit, comme lors de leur première rencontre, avec ce même craquement d'os, et le prit dans ses bras. Ils pleurèrent. La sonnette de la porte retentit.
« Koby... Koby écoute moi, murmura le vieil homme en posant ses mains sur les joues humides de l'enfant. Tout ira bien, d'accord ? Je serai toujours avec toi, grâce à ça. »
Il désigna le collier. Koby pleurait toujours, il s'en voulait d'avoir parlé de ça. Il ne voulait pas partir, il ne voulait pas laisser Luka, il avait besoin de lui...
Et l'espace d'un instant, l'ombre du vieillard qui se dirigeait vers la porte pour l'ouvrir à ceux qui allaient le séparer de son enfant lui parût à nouveau rayonner, comme ce jour gravé dans sa mémoire où Luka était venu à l'orphelinat.
Mais le traumatisme de cette soirée d'anniversaire, où il fût séparé du seul être à avoir bien voulut de lui, fit s'estomper peu à peu ce souvenir. Comme tout les autres d'ailleurs. Il oublia tout, jusqu'au "Je t'aime" lancé par le vieillard juste avant qu'il ne soit emmené loin de lui.


Koby s'était donc retrouvé à Nakunaru à l'age de six ans. Il était désormais amnésique et au bout d'une semaine à poser des questions autour de lui, auxquelles personne ne daignait répondre, il abandonna. Il n'avait obtenu que son nom : Koby Trevelyan, et il se dit que de toute façon, son passé n'importerai plus désormais. Il était là parce qu'il était différent, et ce n'était même pas à cause de son achromatopsie, non, ni à cause de son amnésie rétrograde... C'était à cause de son don. Il voyait à plus de cinquante mètres de distance les détails les plus infimes. Et tout le monde se fichait qu'il ait plus oublier son passé, qu'il ne se souvienne à peine que d'un lit d'orphelinat miteux. Il se rappelait qu'il avait fait confiance à quelqu'un, mais qui ? Peut-être ce "Luka" dont le prénom était gravé au dos du médaillon qu'il portait ? Et puis au final, qu'importe, il avait eût mal à cause de cette personne, et quand bien même il voudrait le retrouver, il ne pouvait plus sortir de cette académie avant sa majorité. L'important, c'était qu'il apprenne à maîtriser ce pouvoir dont il ne connaissait même pas l'utilité. C'est à ce moment là, qu'il se dit qu'il n'accorderai jamais plus sa confiance à personne.

&.Celle qui se cache derrière l'écran
----------------------------« Age : 15 ans.
----------------------------« Surnom : J'aime pas ça les surnoms u_u.
----------------------------« Comment as-tu découvert le forum? Par hasard 8D !
----------------------------« As-tu tout lu?
----------------------------« Comment trouves-tu le forum? Cool, et j'aime bien la mise en page. D'ailleurs,
-----------------------------l'idée de l'Académie j'adore aussi, ça va me permettre de développer un peu mon
-----------------------------petit Koby ♥.
----------------------------« Un dernier mot? Bretzel ?




Dernière édition par Koby Trevelyan le Sam 7 Avr - 5:02, édité 23 fois
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Le monde en noir et blanc de Koby Trevelyan. ~    Sam 24 Mar - 13:56


GOTH ! Omg, je t'adore. Un de mes mangas favoris ! Bienvenue. <3.

Revenir en haut Aller en bas



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Le monde en noir et blanc de Koby Trevelyan. ~    Dim 25 Mar - 8:16


Eh mais... Je le connais ce petit Kob' !
Oui bon, je joue mal la surprise, mais bon.
Mais... Mais... Mais tu es chez les Coeur Ö ! Tu m'avais dit que tu trouverais un pouvoir pour être chez les Carreaux, traitresse éwè !
Enfin bon, bienvenue à Nakunaru petite soeur ! ♥
Comment ça c'est grillé ?


Revenir en haut Aller en bas



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Le monde en noir et blanc de Koby Trevelyan. ~    Dim 1 Avr - 3:51


Fiche terminée !
Merci à tout ceux qui m'ont souhaité la bienvenue *3*
J'espère que la partie "Histoire" n'est pas trop longue >w< !

Revenir en haut Aller en bas



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Le monde en noir et blanc de Koby Trevelyan. ~    Dim 1 Avr - 16:54


Très jolie fiche !
Soit le bienvenu parmi nous ♥.


Revenir en haut Aller en bas

So... PP! { Powerfull & Purfect }


avatar

So... PP! { Powerfull & Purfect }

■ Fiche : (www.)
■ Statut : Elève
■ Messages : 617
■ MPV : 284
■ Type : Pique
■ Pouvoir : Annulation
■ Avatar : Izaya Orihara - Durarara!!

&.More
■ Age du personnage: 16 ans
■ Rang : ★
■ Relations :

Message Sujet: Re: Le monde en noir et blanc de Koby Trevelyan. ~    Lun 2 Avr - 13:12


[quote="Koby Trevelyan"
J'espère que la partie "Histoire" n'est pas trop longue >w< ![/quote]
Une histoire n'est jamais trop longue. ♥
Eh bien, il y a juste un tout petit détail, sans grande importance que j'aimerais que tu arranges : il manque une toute petite ligne au physique, et donc j'aimerais que tu étouffes un peu, s'il te plait. Voilà, une fois cela fait, je te validerai. ~



Merci pour cet avatar, ma divine épouse. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nakunaru-academy.chocoforum.net



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Le monde en noir et blanc de Koby Trevelyan. ~    Sam 7 Avr - 5:03


Voilààààà, j'ai mis le temps mais j'ai trouvé quoi rajouter o/ !
Merci à tous pour votre accueil mes petites crevettes *3*

Revenir en haut Aller en bas

So... PP! { Powerfull & Purfect }


avatar

So... PP! { Powerfull & Purfect }

■ Fiche : (www.)
■ Statut : Elève
■ Messages : 617
■ MPV : 284
■ Type : Pique
■ Pouvoir : Annulation
■ Avatar : Izaya Orihara - Durarara!!

&.More
■ Age du personnage: 16 ans
■ Rang : ★
■ Relations :

Message Sujet: Re: Le monde en noir et blanc de Koby Trevelyan. ~    Dim 8 Avr - 8:44


Huh, excuse moi, je suis un peu en retard. ♥
Bon, et bien maintenant, je n'ai rien à dire de plus, tu es validé.
Bon RP et amuse-toi bien sur Naku'.



Merci pour cet avatar, ma divine épouse. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nakunaru-academy.chocoforum.net



Contenu sponsorisé



Message Sujet: Re: Le monde en noir et blanc de Koby Trevelyan. ~    




Revenir en haut Aller en bas
 

Le monde en noir et blanc de Koby Trevelyan. ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nakunaru Academy :: 
Archives
Archives
 ::  Bye Bye...
-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit