www :: CONTEXTE
www :: REGLEMENT
www :: LE PAS A PAS
www :: AVATARS/POUVOIRS PRIS
www :: METIERS
RPs/demandes libres
Rien pour le moment


NOMS

POUVOIRS
Nakunaru Academy

Partagez | 
 

 Ballade amoureuse sur le bord d'une pierre tombale.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

THE KING OF SHADOW *pan*



THE KING OF SHADOW *pan*

■ Fiche : è.é | Liens.
■ Statut : Elève - Serveur.
■ Messages : 211
■ MPV : 479
■ Age : 23
■ Type : ♥.
■ Pouvoir : Même aptitude physique qu'un poisson.
■ Avatar : Hijikata Toushirou (Gintama)

&.More
■ Age du personnage: 17 ans.
■ Rang : ★★★★
■ Relations :

Message Sujet: Ballade amoureuse sur le bord d'une pierre tombale.   Ven 23 Déc - 15:00


    Tu t'aventures silencieusement dans le cimetière, ce n'est pas la première fois que tu le fais mais depuis quelque temps tu n'y vas plus enfin surtout depuis que tu as trouvé ce job à mi-temps et que tu partages ta vie avec quelqu'un. Le lieu ne changeait de visage qu'au grès des saisons et de la météo. Puisque personne ne s'occupe réellement de ce cimetière, tu doutes même qu'il ait un jour connu un quelconque entretient. Il te semblait déjà si laid et si triste depuis que tu le connais, c'est-à-dire depuis toujours. C'est dommage qu'il soit en si piteux état. C'est tout de même là où se repose une personne qui t'ai chère. On devrait pourtant en faire un lieu plus joyeux, plus gai. Histoire d'arrêter de perpétuer le cliché du cimetière monstrueux et qui habitent tous les maux du monde. C'est faux, tu le sais bien. Sarah, elle, malgré ce qu'elle t'a fait par le passé ne pourrais jamais devenir quelqu'un qui viendrait répandre les pires maladies aux malheureux qui viennent se rendre sur les tombes de ceux qu'ils ont un jour aimé de tout leur cœur (ou alors si c'est le cas tu dois avoir un sacrée défense immunitaire). Cela doit sûrement valoir à tous les habitants qui pourrissent en silence, c'est bien trop facile de les négliger puisqu'ils ne peuvent protester. Où alors seulement par la bouche de ceux qui ont le don de d'interférer avec eux et généralement, ces derniers ont la frousse et évitent autant que possible les endroits où les cadavres sont rois mais évidemment ce n'est pas le cas avec tous: il se pourrait qu'un jour il y ait un syndicat des morts. Pourquoi pas.

    Les branches craquent à ton passage, les pierres se font écraser sous tes pas. Avec seulement un bouquet de fleur à la main tu marches dans la direction de la tombe de Sarah. Tu connais le chemin par cœur et seule la lune te l'éclairait. C'est fou ce qu'une pleine lune pouvait générer comme lumière, c'est comme si l'on voyait en pleine journée. Le vent ne se faisait pas doux, tu enfonces davantage ton nez dans ton écharpe noire. Tu traverses plusieurs allées, contrairement à ce que l'on peut croire ce cimetière n'est pas si petit. Les croix et les pierres tombales s'affaissaient années après années. Combien de personnes sont enterrée ici ? Tu n'en sais rien, tu ne juges même pas cela important. Tu n'es pas non plus venu mettre un bouquet de fleur sur toutes les tombes. Cependant tu aimes bien voir ce qui est écrit dessus: c'est à peu prés la seule chose qui reste intacte et qui traverse avec facilité les caprices de Dame nature. Les noms, les dates, de qui il s'agit etc. Tu te surprends même à te demander si un jour tu as eu peur d'aller au cimetière. Toujours est-il que tu pars de principe que Sarah est ici et donc il n'y a rien à craindre. Pas même la plus petite des rumeurs quoiqu'il y en a une qui a retenu ton attention. C'était juste lors d'un jour qui était aussi banal que les trois-cent-soixante-quatre autres jours, peu après sa mort. - Une période où tout le monde était triste d'avoir perdu une camarade, ce n'était donc rien pour eux. Toi, tu avais perdu un amour. - C'était les filles de ta classe qui en parlaient, une petite bande composées de trois idiotes qui n'ouvrent généralement la bouche que pour dire des inepties, l'une d'elle disait -tu t'en souviens encore très clairement-:

    « Vous savez ce qu'il se dit sur le cimetière ? Il paraît qu'à chaque pleines lunes on peut voir les fantômes des morts ! »

    D'habitude tu ne prêtais pas d'attention à ce genre de chose et puis tu as finis par te dire pourquoi pas, ici c'est bien la ville où rien n'est impossible et par chance, tu arrivais à la voir … Malheureusement, il ne s'est rien passé le soir où tu y es allé et puis de fil en aiguille c'était devenu une habitude de sortir les soirs de pleine lune. C'était assez régulier pendant un temps et puis tu as finis par n'y allé qu'une fois tous les trois mois jusqu'à ne plus y allé du tout. Mais ce soir tu tenais tout particulièrement à y aller, c'était la première pleine lune depuis que tu avais un amant et tu voulais lui annoncer la nouvelle. Même si elle n'est pas là, parler à sa tombe semblait te faire du bien quand bien même par moment cela te faisait mal au point d'en pleurer. De plus tu devais t'excuser auprès d'elle: tu n'étais pas venu le jour de l'anniversaire de sa mort puisqu'au lieu de ça tu as laissé un homme entrer dans ta vie.

    Te voilà face à la tombe escompter. La seule en bonne état puisque celle la tu tiens à ce qu'elle ressemble à quelque chose. L'épitaphe dorée parfaitement gravée dans le marbre froid et gris: Sarah Waldon (xx/xx/xx – xx/xx/xx) Our dear friend. C'était tout, rien d'autre et c'était compréhensible. Elle est comme toi, sans famille. Tu n'allais quand même pas faire inscrire « To my beloved Sarah », ce n'est pas comme si tu as été son petit-ami, pas même pendant un court instant. Tu souris tristement en dépoussiérant délicatement l'inscription d'un revers de main. Tu déposes lentement le bouquet en remplaçant l'autre qui ne ressemblait plus à grand chose: il avait déjà perdu tous ses pétales et ses couleurs. Mais tu étais content qu'il soit encore là.

    « Hey, salut toi, » dis-tu d'une voix douce. « Cela fait longtemps que je ne suis pas venu, pardonne moi. Tu dois sûrement être un peu à l'étroit dans ce coffre en bois. »

    Tu t'assieds par terre, rien à faire que ton manteau vire du noir au marron de la Terre. Comme toutes les fois où tu es venus, tu as toujours pris la même place.

    « Tu sais Sarah, tu es encore très importante à mes yeux et même si je t'ai déjà perdu une fois pour toute je garde encore un souvenir frais du temps où nous étions heureux, j'espère que toi aussi. J'espère que tu as passé d'agréables moments en ma compagnies. »

    C'est toujours le même discours que tu lui sers mais ça sonne maintenant comme un rituel, un besoin de commencer ta tirade ainsi. Aujourd'hui tu n'espères plus aucunes réponses venant d'elle mais tu aimes bien penser qu'elle puisse t'entendre.

    « J'ai … Une grande nouvelle à t'annoncer: j'ai désormais quelqu'un dans ma vie. » Tu marques une pause. « Non ce n'est pas une photo de toi, baka. » Tu ris.

    Tu l'imagines rire aussi, c'est sûrement ce qu'elle t'aurait dit. Vous aviez le même humour et il arrivait que vous puissiez communiquer sans parler bien sûr elle pouvait tricher. Foutue télépathe. Mais elle n'avait plus besoin de lire ce qu'il y avait de ma tête pour en connaître le contenu. Les meilleurs amis du monde, en somme.

    « Il s'appelle Yukio Tanaka. C'est un peu étrange que cela soit un homme mais tu sais j'en suis très amoureux, il arrive même à me faire oublier que tu as existé. Ne le prend pas pour une insulte, je ne t'oublierai jamais tu sais. C'est juste que c'est maintenant que j'arrive à me refaire une vie. Tu dois me trouver minable hein ? Mais je t'assure que tout ira bien pour moi. Je n'aurais plus besoin de revenir ici. Je suis sûr que tu vas me manquer autant que je vais te manquer mais il faudra bien que tu te résolves à être amis avec les vers de terre. »

    Tu ris encore, elle aurait sans doute bien aimer ta blague. Tu n'en revenais pas de lui parler comme si elle était réellement en face de toi, comme autrefois. C'était tellement bon que l'on aurait une pipelette, tu as tellement changé Tetsuya ... Tu t'apprêtais à lui dire autre chose mais des bruits de pas viennent t'interrompre dans ton élan. Tu te retournes, surpris. Pendant un court instant tu as cru que cela pouvait être elle. Comme quoi, le temps n'efface pas toujours tout, encore plus difficilement les espoirs. Malgré la lumière de la lune, tu n'arrivais pas à distinguer l'individu si ce n'est que l'on dirait un homme d'une taille assez grande, d'autant plus que tu étais à terre. En tout cas tu ne distinguais rien d'autre. Ta joie de vivre venait de s'évanouir à son apparition. Jamais personne ne t'avais interrompu pendant que tu rendais visite à Sarah. En même temps, ce n'est pas un lieu privé et qui surtout ne te revient pas. Mais c'était tout de même la première personne vivante que tu croisais ici. Tu te levas comme si tu accueillais un invité.

    « … Bonsoir. » Il devait résider un peu d'amertume dans ta voix mais qu'importe, le voix a dû couvrir tout cela. Tu ne voulais pas paraître impoli devant Sarah.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thihoa.illustrateur.org/
 

Ballade amoureuse sur le bord d'une pierre tombale.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nakunaru Academy :: 
Archives
Archives
 ::  Bye Bye... :: RPs
-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit