www :: CONTEXTE
www :: REGLEMENT
www :: LE PAS A PAS
www :: AVATARS/POUVOIRS PRIS
www :: METIERS
RPs/demandes libres
Rien pour le moment


NOMS

POUVOIRS
Nakunaru Academy

Partagez | 
 

 Aller au cimetière lors de la pleine lune, joyeuse ballade.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

THE KING OF SHADOW *pan*


avatar

THE KING OF SHADOW *pan*

■ Fiche : è.é | Liens.
■ Statut : Elève - Serveur.
■ Messages : 211
■ MPV : 479
■ Age : 24
■ Type : ♥.
■ Pouvoir : Même aptitude physique qu'un poisson.
■ Avatar : Hijikata Toushirou (Gintama)

&.More
■ Age du personnage: 17 ans.
■ Rang : ★★★★
■ Relations :

Message Sujet: Aller au cimetière lors de la pleine lune, joyeuse ballade.   Ven 23 Déc - 14:10


    Tu t'aventures silencieusement dans le cimetière, ce n'est pas la première fois que tu le fais mais depuis quelque temps tu n'y vas plus enfin surtout depuis que tu as trouvé ce job à mi-temps et que tu partages ta vie avec quelqu'un. Le lieu ne changeait de visage qu'au grès des saisons et de la météo. Puisque personne ne s'occupe réellement de ce cimetière, tu doutes même qu'il ait un jour connu un quelconque entretient. Il te semblait déjà si laid et si triste depuis que tu le connais, c'est-à-dire depuis toujours. C'est dommage qu'il soit en si piteux état. C'est tout de même là où se repose une personne qui t'ai chère. On devrait pourtant en faire un lieu plus joyeux, plus gai. Histoire d'arrêter de perpétuer le cliché du cimetière monstrueux et qui habitent tous les maux du monde. C'est faux, tu le sais bien. Sarah, elle, malgré ce qu'elle t'a fait par le passé ne pourrais jamais devenir quelqu'un qui viendrait répandre les pires maladies aux malheureux qui viennent se rendre sur les tombes de ceux qu'ils ont un jour aimé de tout leur cœur (ou alors si c'est le cas tu dois avoir un sacrée défense immunitaire). Cela doit sûrement valoir à tous les habitants qui pourrissent en silence, c'est bien trop facile de les négliger puisqu'ils ne peuvent protester. Où alors seulement par la bouche de ceux qui ont le don de d'interférer avec eux et généralement, ces derniers ont la frousse et évitent autant que possible les endroits où les cadavres sont rois mais évidemment ce n'est pas le cas avec tous: il se pourrait qu'un jour il y ait un syndicat des morts. Pourquoi pas.

    Les branches craquent à ton passage, les pierres se font écraser sous tes pas. Avec seulement un bouquet de fleur à la main tu marches dans la direction de la tombe de Sarah. Tu connais le chemin par cœur et seule la lune te l'éclairait. C'est fou ce qu'une pleine lune pouvait générer comme lumière, c'est comme si l'on voyait en pleine journée. Le vent ne se faisait pas doux, tu enfonces davantage ton nez dans ton écharpe noire. Tu traverses plusieurs allées, contrairement à ce que l'on peut croire ce cimetière n'est pas si petit. Les croix et les pierres tombales s'affaissaient années après années. Combien de personnes sont enterrée ici ? Tu n'en sais rien, tu ne juges même pas cela important. Tu n'es pas non plus venu mettre un bouquet de fleur sur toutes les tombes. Cependant tu aimes bien voir ce qui est écrit dessus: c'est à peu prés la seule chose qui reste intacte et qui traverse avec facilité les caprices de Dame nature. Les noms, les dates, de qui il s'agit etc. Tu te surprends même à te demander si un jour tu as eu peur d'aller au cimetière. Toujours est-il que tu pars de principe que Sarah est ici et donc il n'y a rien à craindre. Pas même la plus petite des rumeurs quoiqu'il y en a une qui a retenu ton attention. C'était juste lors d'un jour qui était aussi banal que les trois-cent-soixante-quatre autres jours, peu après sa mort. - Une période où tout le monde était triste d'avoir perdu une camarade, ce n'était donc rien pour eux. Toi, tu avais perdu un amour. - C'était les filles de ta classe qui en parlaient, une petite bande composées de trois idiotes qui n'ouvrent généralement la bouche que pour dire des inepties, l'une d'elle disait -tu t'en souviens encore très clairement-:

    « Vous savez ce qu'il se dit sur le cimetière ? Il paraît qu'à chaque pleines lunes on peut voir les fantômes des morts ! »

    D'habitude tu ne prêtais pas d'attention à ce genre de chose et puis tu as finis par te dire pourquoi pas, ici c'est bien la ville où rien n'est impossible et par chance, tu arrivais à la voir … Malheureusement, il ne s'est rien passé le soir où tu y es allé et puis de fil en aiguille c'était devenu une habitude de sortir les soirs de pleine lune. C'était assez régulier pendant un temps et puis tu as finis par n'y allé qu'une fois tous les trois mois jusqu'à ne plus y allé du tout. Mais ce soir tu tenais tout particulièrement à y aller, c'était la première pleine lune depuis que tu avais un amant et tu voulais lui annoncer la nouvelle. Même si elle n'est pas là, parler à sa tombe semblait te faire du bien quand bien même par moment cela te faisait mal au point d'en pleurer. De plus tu devais t'excuser auprès d'elle: tu n'étais pas venu le jour de l'anniversaire de sa mort puisqu'au lieu de ça tu as laissé un homme entrer dans ta vie.

    Te voilà face à la tombe escompter. La seule en bonne état puisque celle la tu tiens à ce qu'elle ressemble à quelque chose. L'épitaphe dorée parfaitement gravée dans le marbre froid et gris: Sarah Waldon (xx/xx/xx – xx/xx/xx) Our dear friend. C'était tout, rien d'autre et c'était compréhensible. Elle est comme toi, sans famille. Tu n'allais quand même pas faire inscrire « To my beloved Sarah », ce n'est pas comme si tu as été son petit-ami, pas même pendant un court instant. Tu souris tristement en dépoussiérant délicatement l'inscription d'un revers de main. Tu déposes lentement le bouquet en remplaçant l'autre qui ne ressemblait plus à grand chose: il avait déjà perdu tous ses pétales et ses couleurs. Mais tu étais content qu'il soit encore là.

    « Hey, salut toi, » dis-tu d'une voix douce. « Cela fait longtemps que je ne suis pas venu, pardonne moi. Tu dois sûrement être un peu à l'étroit dans ce coffre en bois. »

    Tu t'assieds par terre, rien à faire que ton manteau vire du noir au marron de la Terre. Comme toutes les fois où tu es venus, tu as toujours pris la même place.

    « Tu sais Sarah, tu es encore très importante à mes yeux et même si je t'ai déjà perdu une fois pour toute je garde encore un souvenir frais du temps où nous étions heureux, j'espère que toi aussi. J'espère que tu as passé d'agréables moments en ma compagnies. »

    C'est toujours le même discours que tu lui sers mais ça sonne maintenant comme un rituel, un besoin de commencer ta tirade ainsi. Aujourd'hui tu n'espères plus aucunes réponses venant d'elle mais tu aimes bien penser qu'elle puisse t'entendre.

    « J'ai … Une grande nouvelle à t'annoncer: j'ai désormais quelqu'un dans ma vie. » Tu marques une pause. « Non ce n'est pas une photo de toi, baka. » Tu ris.

    Tu l'imagines rire aussi, c'est sûrement ce qu'elle t'aurait dit. Vous aviez le même humour et il arrivait que vous puissiez communiquer sans parler bien sûr elle pouvait tricher. Foutue télépathe. Mais elle n'avait plus besoin de lire ce qu'il y avait de ma tête pour en connaître le contenu. Les meilleurs amis du monde, en somme.

    « Il s'appelle Yukio Tanaka. C'est un peu étrange que cela soit un homme mais tu sais j'en suis très amoureux, il arrive même à me faire oublier que tu as exister. Ne le prend pas pour une insulte, je ne t'oublierai jamais tu sais. C'est juste que c'est maintenant que j'arrive à me refaire une vie. Tu dois me trouver minable hein ? Mais je t'assure que tout ira bien pour moi. Je n'aurais plus besoin de revenir ici. Je suis sûr que tu vas me manquer autant que je vais te manquer mais il faudra bien que tu te résolves à être amis avec les vers de terre. »

    Tu ris encore, elle aurait sans doute bien aimer ta blague. Tu n'en revenais pas de lui parler comme si elle était réellement en face de toi, comme autrefois. C'était tellement bon que l'on aurait une pipelette, tu as tellement changé Tetsuya ... Tu t'apprêtais à lui dire autre chose mais des bruits de pas viennent t'interrompre dans ton élan. Tu te retournes, surpris. Pendant un court instant tu as cru que cela pouvait être elle. Comme quoi, le temps n'efface pas toujours tout, encore plus difficilement les espoirs. Malgré la lumière de la lune, tu n'arrivais pas à distinguer l'individu si ce n'est qu'une femme, une fille à la chevelure longue et blonde. Ta joie de vivre venait de s'évanouir à son apparition. Jamais personne ne t'avais interrompu pendant que tu rendais visite à Sarah. En même temps, ce n'est pas un lieu privé et qui surtout ne te revient pas. Mais c'était tout de même la première personne vivante que tu croisais ici. Tu te levas comme si tu accueillais une invitée.

    « … Bonsoir. » Il devait résider un peu d'amertume dans ta voix mais qu'importe, le voix a dû couvrir tout cela. Tu ne voulais pas paraître impoli devant Sarah.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thihoa.illustrateur.org/



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Aller au cimetière lors de la pleine lune, joyeuse ballade.   Dim 25 Déc - 12:11


"Dans mon vieux corps il règne aujourd’hui, une bien étrange mélancolie. Pour moi la vie n’est qu’un long sanglot, mon cœur éclate. La mort est mon lot…."




Soupire. Oui c’est bien la seule chose que je sais faire de bien. A non il y a fumer aussi. Oui, fumer je sais faire. Vivre les mêmes jours lents et ennuyeux…Ca aussi je sais faire. Mes journées ? Et bien elles ne sont pas compliquées. Mes journées se résume à me réveiller. Me laver. M’habiller. Rouler. Fumer. Déjeuner. Glander. Sortir. Fumer. Rentrer. Bouffer. Me laver. Me rhabiller. Lui parler. Rouler. Sortir. Glander. Passionnant n’est ce pas ? Là c’est la fin de la journée et j’en suis au stade de « Lui parler. » comme toujours on se dispute. Moi et Alexandra on est trop différente. Je suis du genre réservée, solitaire, associable et froide alors qu’elle est tout le contraire. C’est une fille douce est calme, sociable et souriante. Tout le monde l’aime et veut être son ami… Soupire. Ca me désespère. Pas parce que je n’ai pas d’ami, non ca je m’en fiche un peu. Ce qui me désespère c’est que l’on puisse trouver quelque chose d’intéressant à ce genre de personne… Alex’ devrait se réveiller, c’est fini le temps des châteaux et des princesses, ainsi que celui des princes charment et des bisounours. Faut qu’elle arrête de croire que tout le monde est beau et gentil… Mais forcément quand moi je veux lui ouvrir les yeux sur ce monde dur et cruel je passe pour la méchante, pour la sans cœur, la pessimiste… Et bien je préfère encore être la pessimiste réaliste que la rêveuse naïve…

En sortant de la douche je me regardais dans le miroir, bien évidement Alexandra était là… Elle me regardait de ses grand yeux bleus, elle me sourit et me dit « Tu sais, tout ce passerait mieux pour toi si tu acceptais d’être plus gentille… » je l’écoutais parler tout en mettant du dentifrice sur ma brosse à dent. Avant de commencer le brossage je lui dis « Taggle Alex’ tu sais très bien ce que je pense de tes idées pacifique à la con. » je mis ensuite la brosse à dent dans ma bouche et commença le traitement hygiénique sur mes incisives, canines, molaire etc… Au bout de quatre minutes je considérais que ma bouche était suffisamment propre alors je m’empressais d’aller m’habiller. Un jean, des bottines en cuir noires et un débardeur tout aussi noir devrait suffire. C’est pas comme si j’allais rencontrer l’homme de sa vie, perso je ne crois pas en l’amour. C’est des conneries ! Limite, je crois au bien fait du sexe mais pas en ceux de l’amour… Enfin bref on s’en fou, sur mon lit je ramassais mon paquet de tabac et tout ce qu’il fallait pour rouler des cigarettes ainsi que mon casque et mon baladeur, après ca j’étais enfin prête à partir. Chaque soir à la même heure je sortais me balader dans la ville, c’était mon petit rituel. Je finissais ensuite mon petit voyage au cimetière, où je laisserais mon corps et mon esprit voler vers d’autres cieux…

Dans la rue tout paraissait calme, en même temps il était presque minuit, seul quelques couples flânait encore le long des trottoirs. Montrant leur amour, souriant d’une oreille à l’autre, s’étreignant à n’en plus pouvoir. Beurk. Rien que cette vision me donnait la gerbe, c’est alors que je l’entendis. « Arrête de faire ta rabat joie, regarde comme ils sont mignon. Si tu continues comme ca jamais tu ne connaîtras les plaisirs d’être amoureux. » sa voix avait été calme et malicieuse, à la fin j’avais presque pu discerner de la satisfaction… Je sortis de ma poche tout mon attirail pour rouler et je me fis une cigarette, ensuite je fis apparaitre une petite flamme et commença à fumer avant de lui répondre « Parce que toi tu les connais peut être les plaisirs d’être amoureux ?! Et puis en ce qui me concerne je préfère être seule que mal accompagnée. » Et toc ! Après cela je ne l’ai plus entendu et c’était tant mieux, sa voix de petite fille heureuse m’exaspérais. Je fumais tranquillement en me baladant dans la ville, la plupart des lieux étaient désert. La brillait mais à quoi bon briller sur des voitures mal garées et des immeubles plus laids les uns que les autres ?! C’est pour ca que j’allais au cimetière, j’adorais voir la lune éclairer les pierres tombales. Elle les éclaire de telle façon qu’on a presque l’impression qu’elle leur rend hommage…

J’approchais maintenant du cimetière, c’était le moment pour moi de mettre mon casque. Je ne sais pas vous, mais moi j’ai toujours l’impression d’entendre des chuchotements lorsqu’arrive la période de la pleine lune. Comme si les morts sortaient de leur tombe, oh je sais je ne suis pas médium mais quand même il règne une atmosphère lugubre tout les soirs de pleine lune. Ca me file la chair de poule, j’aurais du prendre une veste ! En avançant dans le cimetière je réchauffais mes mains puis les déposèrent sur mes bras, la chaleur du feu était agréable sur ma peau. J’avançais donc en direction de ma tombe préférée, elle ne voulait rien pour moi, ce n’était ni un ami ni une personne de ma famille qui reposait ici mais je l’aimais bien. La tombe était en marbre mais les écritures s’étaient enlevées depuis longtemps, à croire que personne n’avait pris la peine de venir l’entretenir. Derrière la pierre, la famille avait fait construire un ange en pierre, il devait bien faire deux mètre de haut si ce n’est un peu plus. Il était droit, le sourire aux lèvres comme si il veillait sur la tombe. Et bien il veille mal quand on voit l’état de la tombe… Les bras de l’ange était écartés, paume vers le haut. Une fois devant l’ange je fis comme d’habitude, je me propulsais du sol en utilisant ma maitrise de la terre et je m’éjectais dans les bras de l’ange.

Je restais là, allongée, à contempler le ciel. Je regardais la lune et les étoiles, je soupirais encore et repensait à toute ma vie. Ma solitude. Mon ennuie… C’est dans des moments comme ca que je me mets à chanter. La musique est le seul moyen pour moi d’évacuer mon stress, ma colère et c’est surtout la seule chose qui m’empêche de l’entendre… Elle, petite voix dans ma tête qui n’arrête pas de me hanter… Elle me suit partout et m’empêche de vivre, elle sait tout ce que je fais et avec qui je le fais. Elle me dicte ma conduite et essaye de me diriger vers le droit chemin. Or le seul chemin que j’ai envie de prendre c’est celui que j’aurais choisi… Soupire. J’augmente le son de mon baladeur et laisse les paroles m’emporter, je me mets à chanter et à oublier. Oublier ma vie et mes soucis, bercée par la musique plus rien ne peux m’atteindre…

« Je traine sans but mes vieux os fourbus, je me languie de l’inconnu. Pouvoir et gloire son bien dérisoire face au néant de mon désespoir… »

Je soupirais encore. Je fermais les yeux et essaya de dormir, j’aime dormir à la belle étoile cela me détend mais pas moyen de trouver le sommeil. J’étais trop perturbée. Et si Alexandra avait raison ? Et si je finissais ma vie seule, sans le moindre ami ? Sans jamais connaitre l’amour ?
Oh et puis qu’elle aille au diable ! Je suis Satan ! J’ai toujours était forte et prônait ma suprématie ! Pourquoi cette nuit tout allait changer ? J’ai toujours eu tout ce que je voulais par la force et la souffrance, je fais ce qui me plait quand ca me plait. Il n’en sera jamais autrement. Je ne ressens ni amour ni compassion et cela me va très bien !
Sur ces bonnes paroles je descendis de mon perchoir et entrepris ma route pour rentrer à la maison. C’est alors que j’entendis du bruit, en catimini je me rendis donc vers la source du bruissement. C’était un homme qui parlait à…Une tombe. Il lui parlait avec amour et gentillesse. Mais parler n’était pas le mot juste, l’homme avait plus l’air de se confesser à la tombe…. C’était étrange. Je penchais la tête sur le coté, je sais que c’était indiscret d’écouter sa conversation mais je voulais savoir qu’est ce qu’il lui disait et pourquoi il lui parlait. Et puis FUCK indiscret ou pas je restais ! Mais comme pour me punir d’être curieuse, une branche craqua sous mes pas et je fus découverte. Mon sans se glaça lorsqu’il me parla.

« Heu…Bonsoir…Je suis désolée…Je ne voulais pas vous…*Je regardais la tombe par-dessus son épaule* Vous interrompre. »


Je savais qu’il était temps de faire demi-tour et de laisser le jeune homme tranquille mais je voulais savoir pourquoi il parlait à une tombe ! Ce n’est pas tout les jours qu’on voit ca et puis maintenant que je suis là…


Revenir en haut Aller en bas

THE KING OF SHADOW *pan*


avatar

THE KING OF SHADOW *pan*

■ Fiche : è.é | Liens.
■ Statut : Elève - Serveur.
■ Messages : 211
■ MPV : 479
■ Age : 24
■ Type : ♥.
■ Pouvoir : Même aptitude physique qu'un poisson.
■ Avatar : Hijikata Toushirou (Gintama)

&.More
■ Age du personnage: 17 ans.
■ Rang : ★★★★
■ Relations :

Message Sujet: Re: Aller au cimetière lors de la pleine lune, joyeuse ballade.   Mar 27 Déc - 4:54


« Heu…Bonsoir…Je suis désolée…Je ne voulais pas vous…*Je regardais la tombe par-dessus son épaule* Vous interrompre. »


    Sa voix confirmait bien que c'était une fille. Cela aurait pu être un mec au cheveux long qu'en sais-tu mais tu n'en su pas plus d'elle du premier coup d’œil sauf qu'elle avait l'air paniquée mais elle ne se garda pas de regarder la tombe de Sarah. Qui se confond en excuse pour regarder ouvertement l'objet de sa curiosité ? Une petite souris qui se mêle des affaires d'autrui. Mais tu ne peux pas te permettre de te mal comporter alors que Sarah est ici, six mètres sous terre certes mais ici quand même.

    « Elle s'appelle Sarah Waldon. » Dis-tu d'une voix lasse comme pour lui éviter la peine de s'abîmer les yeux à lire l'inscription dans le noir de la nuit pourtant éclairée par la pleine lune.

    Aussi il te paraissait logique de lui dire cela, après tout, c'est bien ce qu'elle comptait lire par dessus l'épaule non ? Tu avait l'impression que ta défunte amie t'observer, tu te remémores toutes les règles pour ne pas être désagréable avec les autres. Elle faisait tant d'effort pour que tu puisses être sociable et te mélanger avec le reste de la classe, de l'école. Elle serait là, elle t'aurait sans doute frapper derrière la tête en disant: « Présente toi ! ». Tu réprimes un rire.

    « Et moi c'est Tetsuya, » finis-tu par dire comme pour elle dans la continuation de te première phrase malgré un petit temps d'arrêt. «  Tu es là depuis longtemps ? »

    Finalement tu étais inquiet de savoir si elle avait entendu tout le contenu de ta conversation à sens unique. Bien que quelque part, tu t'en fous un peu. Seulement c'était quand même assez embarrassant. Même toi tu pourrais vomir un arc en ciel si tu voyais quelqu'un en faire de même quoique, pas sûr, tu compatirais parce que tu connais cette douleur et ce bonheur de parlé à quelqu'un que l'on a jadis aimé et qui est à présent mort et enterré. Ce manque, cette perte que même l'alcool et la drogue ne peut compenser, ça l'accentue même tu dirais. De plus tenter d'oublier c'est complètement irrespectueux, tu ne peux pas te permettre de l'oublier. Après tout ce qu'elle a fait pour toi, ce qu'elle a fait malgré toi. Tu secoue doucement la tête d'un air négatif: tu ne peux pas non plus te permettre d'être triste et nostalgique en ce moment si important où tu venais de lui annoncer une nouvelle d'une très haute importance.

    « Enfin ça n'a pas de grande importance, tu es venue voir quelqu'un ici ? »

    Tu t'assis sans vraiment attendre sa réponse, c'est bien plus confortable que d'être debout dans le froid. Tu enroula davantage ta grande écharpe autour du cou. Malheureusement tu pouvais pas pousser la cordialité jusqu'au bout et être le parfait gentleman que Sarah s'efforçait tant à te façonné à cette image. Bizarrement, tu te demandais quand même ce que cette jeune fille pensais de toi: si tu étais fou ou autre.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thihoa.illustrateur.org/



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Aller au cimetière lors de la pleine lune, joyeuse ballade.   Ven 30 Déc - 9:10


"C’est sous les étoiles que tout les vérités son révélées. "


Je soupirais encore. Ok c’était le truc le plus bizarre que j’avais vue en venant ici mais après tout il fait ce qu’il veut. Et puis si ca lui fait du bien de parler au mort pourquoi pas. C’est alors que la voix d’Alexandra raisonna comme une conscience « Présente lui tes excuses ! Tu n’aurais pas du le déranger. » Alors moi, avec toute la méchanceté dont j’étais capable je lui dis en retour « Taggle je t’ai pas sonné. Le jour où je m’excuserais sera le jour où je serais contente de t’avoir près de moi ! » Elle pouffa de rire et me dit ensuite « Ce que tu peux être rabat joie. Franchement tu mériterais d’être à la place de la morte… » Et puis elle s’en alla laissant dans mon corps une sensation morbide. J’avais la chaire de poule et j’avais froid. C’était bizarre mais malgré toute ma bonne volonté je n’arrivais pas à m’imaginait en dehors que dans une boite en bois, six pieds sous terre….
Le pire fut quand il la présenta…Là je m’étais vraiment sentie à sa place, confiné entre de planche, en train de me faire bouffer le peu de peau qui me restait… Beurk ! Je déglutis et sortis de ma rêverie juste au moment où il se présentait.

« Et moi c'est Tetsuya, »

Super maintenant qu’il s’était présenté je devais faire semblant de m’intéresser à lui et en plus de ca je devais lui parler. Quelle soirée pourrie ! J’aime la solitude, ce n’est pas de ma faute !
Après ca il me demanda si j’étais là depuis longtemps. Je secouais la tête. «Présente-toi idiote ! » je fronçais les sourcils. Plus pour moi-même que pour le jeune homme en face de moi, m’enfin ca il n’était pas censé le savoir. Je soupirais comme si le ciel me tombait sur la tête puis je fini par dire.

« Non je ne suis pas là depuis longtemps. Enfin pas depuis le début de ta conversation en tout cas. Au faite moi c’est Jade Hawkins » et là Alexandra se précipita pour se présenter à son tour. « Elle voulait dire Jade Alexandra Hawkins ! » puis elle laissa la place à Jade. C’est fou comme je pouvais la détester ! Je donnerais tout ce que j’ai pour la faire disparaitre ! M’enfin…Dans le fond je me retrouverais bien seule si elle n’était plus avec moi…. Je soupirais. En fait je m’en fou complètement et je me ferais un plaisir de lui foutre un bon coup de pied au cul !

Le jeune homme lui parla puis ensuite il s’assit. Il avait l’air d’avoir froid alors j’enflamma quelques brindilles à ses pieds. Je me concentrais sur ce qu’il avait dit. Moi être ici pour voir quelqu’un ? Et qui je vous pris ? Je n’ai pas de famille ! Et la seule famille que j’ai était celle de l’orphelinat… Je secouais la tête négativement.

« Non pas vraiment. » Je le regardais intensément et affichait un sourire narquois. « Et si ca n’avait aucune importance tu n’aurais pas posé la question. De toute évidence tu ne t’en fiche pas tant que ca car cette fille est importante pour toi. »

Je savais que j’avais touché juste. Il ne pouvait pas le nier. J’affichais un sourire emplit de satisfaction et croisa les bras sous ma poitrine, je continuais de le regarder puis au bout de quelques secondes je sorti une cigarette pour fumer. Finalement la nuit n’allait pas être si mal.



Revenir en haut Aller en bas

THE KING OF SHADOW *pan*


avatar

THE KING OF SHADOW *pan*

■ Fiche : è.é | Liens.
■ Statut : Elève - Serveur.
■ Messages : 211
■ MPV : 479
■ Age : 24
■ Type : ♥.
■ Pouvoir : Même aptitude physique qu'un poisson.
■ Avatar : Hijikata Toushirou (Gintama)

&.More
■ Age du personnage: 17 ans.
■ Rang : ★★★★
■ Relations :

Message Sujet: Re: Aller au cimetière lors de la pleine lune, joyeuse ballade.   Sam 31 Déc - 3:21


« Non je ne suis pas là depuis longtemps. Enfin pas depuis le début de ta conversation en tout cas. Au faite moi c’est Jade Hawkins » et là Alexandra se précipita pour se présenter à son tour. « Elle voulait dire Jade Alexandra Hawkins ! »


    Rassuré par cette confession, déstabilisé par sa façon de parler. Cette fille, à peine éclairée par la lune, qui parle d'elle-même à la troisième personne ça à de quoi surprendre plusieurs personnes. Toi y compris. Tu voyais pas vraiment son visage mais tu devinais qu'il y avait quelque chose qui clochait chez elle, aussi son soupir ne te donnas pas envie d'en savoir plus. Tu fus plutôt agréablement surpris lorsqu'elle embrasa quelques brindilles, c'était donc ça son pouvoir. Plutôt utile. Sans perdre de temps et sans poser la moindre question, tu ruas tes mains pâles sur la source de la chaleur toute proche de toi. Tu eu un léger sourire lorsque la jeune fille t'indiqua, dans sa gestuelle, qu'elle répondait négativement à ta question. Tu ne savais pas si tu devais être heureux ou non pour elle, tu étais très émotionnel ce soir dis donc. Heureux parce qu'il n'y a personne de mort qu'elle chéri ? Ou simplement parce qu'il n'y pas personne d'encore mort ou bien peut-être bien que ce n'est pas ici, dans cette ville, que l'on doit enterrer ceux qu'elle aime. Qu'en sais-tu. Mais tu sais qu'il est triste d'être seul, tu sais combien ça peut faire mal par moment, tu le sais sûrement plus que quiconque sans vouloir te jeter des fleurs munies d'épines à la figure. Mais grâce à cela, tu vis pleinement ta récente histoire d'amour, tu pries pour qu'elle puisse durer pour toujours parce que là c'est sûr: tu ne pourras jamais aimer comme tu aimes Yukio et si jamais cela venait à se finir de gré ou de force, tu es sûr de ne pas y survivre mais ça, tu te forces à ne pas y penser parce que ça n'arrivera pas.


« Non pas vraiment. » Je le regardais intensément et affichait un sourire narquois. « Et si ca n’avait aucune importance tu n’aurais pas posé la question. De toute évidence tu ne t’en fiche pas tant que ca car cette fille est importante pour toi. »


    Cette blonde avait définitivement un problème, lequel tu n'en sais rien mais il y en avait un, c'était sûr et certain. C'était quoi ce vieux haussement de lèvre signifiant une quelconque moquerie ? Lentement tu continuais de remuer tes mains autour de son sympathique feu.

    « Je n'ai jamais dit que cette fille n'était pas importante pour moi, » tu parlais de Sarah avec un ton calme sans la moindre nervosité, chose que tu ne faisais pas avant d'avoir Yukio parce que, tout simplement, tu n'en parlais pas. Et quand tu regardes les autres qui l'ont connus on dirait qu'ils ont finis par l'oublier. C'est triste mais ainsi tu avais l'impression de garder en toi le souvenir que Sarah a bel et bien existé. « C'est même tout à fait le contraire, cette fille je l'aime encore. »

    Tu ne comprenais franchement pas pourquoi Jade ou Jade Alexandra, qu'importe, affichait un air emplit de satisfaction. Cela se voyait comme le nez au milieu de la figure que Sarah Waldon, morte en xxxx, était plus qu'importante à tes yeux. Il n'y avait aucune honte, tu assumais parfaitement la situation. Tu avais juste la désagréable sensation qu'elle ne portait aucun respect à cet être que tu adores depuis de nombreuses années déjà, ça t'agaçait mais tu ne jugeas pas utile de chercher les hostilités. La voyant sortir une cigarette, tu la mimas. Tu aimais bien le son que le briquet provoquait lorsque l'on tentait de l'allumer. La première bouffée assaillant tes poumons te faisait du bien, c'est aussi quelque chose d'étrange que de fumer devant sa tombe: tu ne fumais pas avant sa mort. Tu te demandes bien ce qu'elle te ferait si elle était là, elle te tirerait probablement les oreilles. Expirant lentement, la fumée s'envolait rejoindre le satellite qui vous observait parmi les étoiles.

    « Tu sais, elle est ici à cause de moi, » tu serras furtivement ton bras meurtris, le temps n'a pas su effacer la cicatrice.

    Sans vraiment savoir pourquoi tu avais commencé à parler de ce que t'étais défendu de faire quelques années auparavant. Cet homme étant entré dans ta vie, il avait quasiment tout chambouler au point qu'aujourd'hui tu peux raconter tout ce qu'il s'est passé à cœur ouvert. De plus tu percevais bien que cette Jade Alexandra voudrait en savoir plus malgré cet air victorieux que tu ne comprends toujours pas. Bien sûr, tu n'irais pas plus loin si elle te disait qu'elle ne voudrait pas en entendre plus, c'est son choix. A chaque fois que tes lèvres touchaient ta cigarette tu as la sensation d'avoir un baiser ce ton cher professeur, l'odeur de tabac froid te rappelait sa présence réconfortante. C'est mielleux, tu le sais mais tu ne peux pas t'en empêcher parce que c'est si bon d'être à ses côtés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thihoa.illustrateur.org/



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Aller au cimetière lors de la pleine lune, joyeuse ballade.   Sam 7 Jan - 6:00


"Histoire éternelle, de deux inconnus qu’un geste imprévus rapproche en secret…"




J’avoue que je ne me comportais pas de la meilleure façon qu’il soit. En même temps, en avais-je vraiment envie ? Non. Je m’en foutais un peu de savoir ce qu’il pouvait penser de moi parce que quelqu’un qui parle à une tombe ne devais pas être net d’esprit non plus. Je dois dire qu’il était assez bizarre comme mec. Il avait l’air calme et posé même si au fond je suis sûre qu’il cachait bien son jeu. C’est étrange la façon dont chaque être humain porte un masque en permanence. Pourquoi ? Qu’est ce qu’il y a de mal à montrer notre véritable nature ? Je ne porte pas de masque moi ! Enfin si… Mais c’est différent ! Je suis dangereuse ! Si j’en porte c’est uniquement pour éviter de faire du mal aux gens, je les blesse suffisamment avec mes paroles pas la peine de rajouter mes poings. Sans compter que j’ai prit une bonne résolution : J’arrête de frapper les gens pour rien.
Oui je le faisais avant, et alors !

J’écoutais le jeune homme parlait. Il disait qu’il aimait encore cette fille. La vache il devait être encore plus fêlé que je ne l’imaginais ! Quoi ? Je ne suis pas méchante ! Bon si quand même un peu ! Mais c’est vrai ! Il aime quelque chose, parce qu’à ce stade là on ne peut plus dire quelqu’un, qui est en train de pourrir dans une boite ! Je suis désolée mais faut être assez space ! De toute façon moi l’amour c’est quelque chose qui me dépasse complètement ! « Normal, tu n’as pas de cœur… » Dit elle en se moquant de moi. « Et alors, je ne vois pas ce que ca peut te foutre ! »
Je ne vois pas à quoi aimer me serais utile à quelque chose. Soyons clair, si j’aime un mec et qu’il me fait souffrir je serais dans l’obligation de le tuer. Alors à quoi ca sert ! Avoir du sang sur mes mains parfaites ?! Non je préfère souiller celle d’Alex’ !
Bon ce n’est pas que mais j’ai autre chose à faire. Me lamentait sur mon sort par exemple. C’est quelque chose qui met Alexandra en rogne et que j’adore faire. Mais soudain il me parla de nouveau.

« Tu sais, elle est ici à cause de moi, »

Non ! Pitié pas ca ! Il me raconte sa vie ! Pourquoi moi ! J’avais envie de me cogner la tête contre un mur !!! Je savais déjà ce que ca voulais dire, il s’attendait à ce que je reste et que je le console ! Je regardais le ciel *Pourquoi tant de haine ?* Je ne pouvais pas faire ca c’était au dessus de mes forces « Je te le laisse ! » dis je à Alex’. Tout à coup la jeune femme apparut. Souriante, élégante. Le visage calme et sympathique. Elle était tout simplement le contraire de Jade. Elle s’assit à coté du jeune homme et lui demanda.

« Je sais que c’est indiscret mais tu veux bien me dire ce qu’il s’est passé ? Je n’ai jamais perdu quelqu’un, je voudrais savoir ce que tu as ressenti… »

Elle afficha un regard plein de tristesse et de compassion. Le regard totalement différent de celui de je-m’en-foutiste de la jeune femme précédente.















Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé



Message Sujet: Re: Aller au cimetière lors de la pleine lune, joyeuse ballade.   




Revenir en haut Aller en bas
 

Aller au cimetière lors de la pleine lune, joyeuse ballade.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nakunaru Academy :: 
Archives
Archives
 ::  Bye Bye... :: RPs
-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit