www :: CONTEXTE
www :: REGLEMENT
www :: LE PAS A PAS
www :: AVATARS/POUVOIRS PRIS
www :: METIERS
RPs/demandes libres
Rien pour le moment


NOMS

POUVOIRS
Nakunaru Academy

Partagez | 
 

 Une simple maladresse parmi tant d'autre. [Welcôme x Mana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Une simple maladresse parmi tant d'autre. [Welcôme x Mana]   Mar 2 Aoû - 4:12


    Tu flânais dans les rues, désinvolte comme à ton habitude. Tu fredonnais un air populaire, tu ne connais même pas les paroles mais la mélodie envahit ta tête, tu ne peux que le siffler à tue tête. Tu aimes traverser les rues de la ville aux heures de pointes, voir des gens te donne la bonne humeur. Tu les aimes les voir pressé tandis que toi c'est tout l'inverse. Tes pas sont légers, ton déhanché montre à quel point tu vas bien aujourd'hui. Tu regardes les vitrines, surtout celles qui possèdent de jolie sucreries ou de jolis vêtements masculin. C'est mercredi, tu peux bien te risquer à passer devant le bar rouge, il est fermé. Tu devines ton frère se faire engueuler par la gérante à cause de sa fainéantise, tu le devines essuyer milles verres par jour, tu ne comptes plus le nombre d'heure qu'il y a passé. Tu souris doucement. Puis tu te défiles en pavanant devant les magasins qui ferment un par un à l'approche du déjeuné. La grande horloge indiquait midi moins de quart. Ton ventre criait famine. Tu pars à la chasse d'un restaurant tel une chasseresse.

    Tu finis par débouché sur la fameuse place de l'horloge. Comme à son habitude ça grouille de monde et de couple. Tu souris, il y a toujours une bonne ambiance ici. Tu ne te lasses pas de venir ici. Si Masa le savait, il te prendrait par la taille et vous vous confondriez dans la masse de duo amoureux. Tu secoues la tête. Non mais c'est pas possible de penser à ça, jamais tu ne t'afficheras en public avec lui, JAMAIS ! De rage, tu traverses la place, tu n'aurais peut-être pas du te précipiter ...

    Qui à inventé les plaques d'égouts ? Qui ?! Oh on va dire que c'est de ta faute à tout le temps marcher en talon. Tu t'es littéralement étalée de tout ton long sur les pavés, ça fait plutôt mal. Quelle femme élégante tu fais, tu as une affreuse égratignure sur la main gauche. Tu fais la moue en voyant le désastre. Il y a quand même eu un gentilhomme qui t'a aidé à te relever. Tu lui souris et tu le remercies, il poursuit sans chemin. Tu récupères ton sac qui était tombé à terre, tu essais de restituer les affaires qu'il y avait dedans. Tu ne le fermes jamais aussi, tu ne peux t'en prendre qu'à toi même. Ton portable vibre, un appel de Masa. Tu l'ignores royalement. Tu soupires. Tu frottes ta jupe et ton chemisier recouverts de poussière. Tu repars comme si de rien n'était.

    Un marchand de glace trônait sur la place, tu en avais bien envie. Elles n'étaient pas très chères et elles avaient l'air délicieuse. Tu fouilles dans ton sac afin de trouver ton portefeuille. Tu regardes les parfums: fraise, framboise, abricot, noix de co... ? Ah ta main ne trouvait pas de portefeuille. Tu réitères la recherche en y regardant bien, rien. Il a dû s'échapper quand tu es tombée, tu ne vois que cette solution.. Tu libères ta place dans la file d'attente, tu fais des enfants heureux. Tu retournes à l'endroit de ta chute, tu ne vois rien. Rien d'étonnant, quelqu'un a dû le prendre et partir avec. Tu soupires, tu tentes quand même:

    « Quelqu'un aurait vu mon porte-monnaie ? Il est vert comme mes cheveux ! »


Revenir en haut Aller en bas



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Une simple maladresse parmi tant d'autre. [Welcôme x Mana]   Dim 7 Aoû - 10:34



Un après midi de libre, un beau soleil, comment ne pas en profiter ?

Affalé sur un banc abandonné, un jeune homme savourait les bienfaits des rayons bienveillants de l’astre du jour. Ses yeux étaient clos, la tête tournée vers le ciel. Il aimait ressentir cette chaleur brute lui couvrir la peau, ce sentiment se remarquait au fin sourire qui ornait ses lèvres. Ses bras étaient accoudés au dossier, du bout des doigts il tenait un sachet. Côme avait du refuser un dîner entre amis afin d’aller faire quelques emplettes. Achat qui se résumait par l’acquisition d’un bloc de feuilles et un agenda. Oui, cette année il avait décidé d’être un peu plus ordonné et soigneux dans ses cours. Est-ce qu’il tiendra jusqu’au bout cette nouvelle et surprenante résolution ? Il était difficile à dire avec lui.

Son majeur et pouce pincèrent un bout du tee-shirt vert pale porté – où il y avait d’ailleurs une magnifique tête ronde et jaune au contour blanc d’un bonhomme qui souriait –, et il commença doucement à le secouer pour créer un petit courant d’air frais. Péniblement il ouvrit les yeux, papillonnant pour s’habituer à la lumière agressive, et les déposa sur la grande horloge qui surplombait la ville. Les aiguilles lui indiquèrent qu’il allait bientôt sonner midi dans dix minutes approximatives. Son ventre avait déjà englouti un milkshake à la banane ainsi qu’une gaufre sucrée, la faim ne le harcelait guère et les mélanges ne dérangeaient nullement son estomac. Il se redressa, appuyant ses paumes sur son bermuda blanc.

Il observait le monde, distraitement. Un couple qui se bécotait sous un arbre à l’abri du soleil, un autre se chamaillait gentiment sur un banc proche du sien, une vieille dame nourrissait les oiseaux. Rien d’anormal. La place était bondée de monde, on aurait dit que tous ceux présents s’étaient donné rendez-vous en ce lieu. Pas étonnant me direz-vous, cet endroit avait un charme fou et attirait par sa beauté de nombreux amoureux. Ce qui n’était son cas. Il s’était posé là où il avait pu, face au soleil de préférence, et il était loin d’être en couple. Côme n’attendait d’ailleurs personne. Jim et Timothy avait préféré se restaurer à la cantine tant dis qu’il avait choisi de manger en ville – si ce qu’il avait ingurgité pouvait être considéré comme un repas convenable.

Un rien lui occupait les pensées. Son esprit était décidé à quitter les lieux, mais son corps par contre semblait réticent à suivre cet ordre. La fainéantise le tuerait un de ces jours. Habituellement, il n’aimait s’aventurer seul dans une ville qu’il ne connaissait pas assez pour s’y perdre. Le problème, c’est qu’il ne s’était pas encore fait assez d’amis. Du coup, il errait en vieux cowboy solitaire dans les rues. Une mèche lui obscurcit soudain un œil, il souffla dessus. Un bête réflexe inutile. Il enleva les deux fines broches grises qu’il avait callé dans ses cheveux, et emprisonna contre son crane les mèches indisciplinées à l’aide de ses doigts et les maintint grâce aux broches placées judicieusement.

Là, il était prêt. Et il se redressa en s’aidant de ses bras. Le jeune homme se tourna vers le banc pour récupérer son sachet, il serait ennuyant d’avoir accompli tout ce chemin pour en oublier l’essentiel. Il hésita quelques secondes sur la route à suivre, et fini par prendre une décision. Ses chaussures blanches foulaient avec nonchalance le sol pavé, quand soudain son pas ralenti. Une Dame venait de tomber non loin de lui. Avant même que son bon cœur ne fasse réagir son corps, un homme le précéda et lui vint en aide. L’adolescent sourit. Le monde n’était pas aussi indifférent à la détresse d’autrui comme le prétendait sa mère en revenant à chacune de ses sorties. Il continua sa marche étant donné que son intervention n’était point nécessaire.

A peine avait il fait quelques pas qu’il se surprit à perdre l’équilibre. De justesse, il évita la chute. Une main à terre, les jambes fléchies, il examina l’auteur du méfait. Doucement, il l’extirpa de sous son pied et se releva l’objet en main. Un portefeuille. Côme tournait le bien, comme s’il pouvait lui révéler un indice en le gigotant de la sorte. Son regard se porta ensuite aux alentours. Côme ne voyait personne s’inquiéter de la perte de ce portefeuille. Une pensée résonna plus fort dans sa tête: peut-être appartenait-il à la Dame qui a chu précédemment ? Un dernier regard aux environs et le jeune homme entreprit d’ouvrir le portefeuille. Le mystère serait résolu de suite s’il trouvait la carte d’identité. Et justement ! Côme la glissa légèrement, laissant seulement un bout de la carte dans la pochette.

En fait, ça ne l’inspirait pas plus. Il se souvenait juste de sa jupe et de sa couleur de cheveux surprenante – même s’il pouvait bien dire lui, avec ses cheveux argentés. Côme n’avait eu le temps d’imprimer plus de détails dans sa mémoire. Et de ce fait, cette carte ne lui servait à rien. Il leva les yeux du bien, le visage clairement embêté par la tournure que prenait cette situation. Il restait du moins la solution qu’il l’amène à la police. Quand on savait ou le poste se situait, c’était une idée toute bête. Vaguement ses sourcils se froncèrent et il tendit l’oreille. Côme se retourna et chercha du regard le porteur de la voix. Et il la remarqua rapidement dans la foule – une Dame aux cheveux verts, ça ne courait pas les rues aussi – et s’empressa à ranger correctement sa carte d’identité à son emplacement en y jetant cependant un dernier coup d’œil.

Instantanément son air se transforma et son habituel sourire aimable reprit sa place sur ses lèvres. Il se faufila parmi les personnes sur son chemin, les bousculant gentiment lorsque les phrases de politesse n’atteignaient leurs oreilles.

« Madame. » Une fois son attention attirée, il poursuit. « Je pense que ceci vous appartient. Il est vert, comme vos cheveux. » Se permit il d’ajouter en soulevant le bien à sa vue. Il lui tendit le portefeuille et attendit qu’elle le prenne. Il souriait, mais d’un sourire légèrement différent de ceux habituels. Cette fois ci, on pouvait lire une faible gêne étirer ses traits. Sans doute qu’il ne voulait qu’elle s’imagine qu’il ait dérobé quoique se soit dans son portefeuille. Jamais il ne se le permettrait. Côme était aussi un peu moins à l’aise avec les adultes, même si avec certains il savait parfaitement masquer ce mal aise.

« Oh et je ne vous ai rien volé, vous pouvez vérifier. » S’empressa-t-il à dire, sans doute pour la rassurer si le doute l’habitait.


Revenir en haut Aller en bas



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Une simple maladresse parmi tant d'autre. [Welcôme x Mana]   Sam 13 Aoû - 21:19


    « Quelqu'un aurait vu mon porte-monnaie ? Il est vert comme mes cheveux ! »

    Tes mains, de part est d'autre de ta bouche tentaient de faire porter ta voix le plus loin possible. Tu voyais bien qu'il n'y avait pas grand monde qui te prêtais attention et pourtant tu n'abandonnais pas. Tu avais bien fait.

    « Madame. »

    Un gamin qui se dégage de la foule. C'était le seul en couleur dans la foule en noir et blanc, c'était le seul qui t'avait remarqué. Tu baisses tes bras et tu le laisses venir à toi, pleine d'espoir. Tu ne savais même pas s'il allait t'aider, te jouer un tour, se moquer de toi mais ce n'est pas grave. Tu es bien trop naïve pour cela, laisse toi guider par les pensées positives comme tu le fais à ton habitude. Souris, Mana, souris ! Si seulement le monde savait que tu étais une gamine dans un corps de femme, tu n'aurais pas du avoir un air dur imprimé sur ton visage à la naissance.

    Les jeunes d'aujourd'hui, ils sont tous tellement grand et tes pauvres talons ne peuvent rivaliser avec eux. Plus il avance plus tu le trouves frêles, un gringalet. Il te fait penser à ton frère.

    « Je pense que ceci vous appartient. Il est vert, comme vos cheveux. »

    Il te tend ton bien, tu t'en empares d'un geste vif mais pas trop brusque.

    « Oh et je ne vous ai rien volé, vous pouvez vérifier. »

    Tu ignore sa phrase. Tu l'examines, tu regardes à l'intérieur: il y avait bien tout en place. Même si tu avais un portefeuille un peu particulier on est jamais à l'abri d'en voir un jumeaux, ce n'est pas comme s'il était fabriqué main. Tu relèves la tête, il a un sourire que tu aimes bien, il avait l'air d'être aussi tendu qu'un string. C'est mignon.

    «  Merci bien petit. Dis, pour te remercier tu m'accompagnes manger quelque part ? Bien que j'avais envie de manger une glace. »

    Tu ranges ton porte-feuille et tu le prends par le bras sans prendre la peine d'attendre une quelconque protestation de sa part. Tu ne le connais pas, arrête ça et pourtant tu te dis que le monde est rose et que tout va bien. Vraiment c'est pour ça que tu ne supportes pas Masa, il te rappelle que tu ne vaux rien sans lui.

    «  Tu aimes la cuisine Italienne ? C'est ma préférée. Oh tu as peut-être déjà mangé ? »

    Et ta langue ne semblait pas connaître la fatigue pendant que tu l'entrainais en direction des restaurants. C'était bien, y avait de la vie ici, les gens ne prennent pas assez le temps pour vivre. Et toi tu es pire, tu es une vrai pile électrique, tu ne tiens pas en place. Tu as peur de rater un tas de chose. Tu t'arrêtes et tu te mets face à ce garçon au cheveux argents. Vous êtes encore sur la place, tu ne lui as pas fait faire beaucoup de pas, juste ce qu'il faut pour avoir traversé cet océan de couple.

    «  Je n'en ai pas l'air mais je suis sincèrement désolée de t'embarquer comme ça. Mais tu veux bien m'accompagner pour le reste de la journée ? Enfin si tu n'as rien à faire. »

    Tu te mordillais nerveusement les lèvres. La solitude tu n'aimes pas ça, tu pourrais rester avec Masa au lieu de le fuir en permanence.
[b]

Revenir en haut Aller en bas



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Une simple maladresse parmi tant d'autre. [Welcôme x Mana]   Ven 26 Aoû - 16:18


Il pouvait aisément imaginer le soulagement que cette jeune dame devait éprouver après avoir récupérer un bien aussi précieux. Il ne se senti nullement vexé lorsqu’elle examina l’intérieur du portefeuille. Après tout, qui aurait une totale confiance en un parfait inconnu ? Même lui, alors qu’il croit dur comme fer que tout être humain à un bon fond – même si chez certain, il fallait bien creuser leur carapace pour apercevoir ce petit rayon de bon cœur –, il se méfierait. Il ne savait pourquoi son corps était aussi tendu. Mais il ne savait vraiment comment se comporter à cet instant, face à cet adulte. Lui ne connaissait aucune limite, et il ne voulait surtout pas paraître impoli. Il aurait pu partir en lui souhaitant la bonne journée une fois qu’elle aurait récupéré son dû, mais il ne put. Côme sourit plus franchement à la proposition. L’adolescent ne s’attendait pas à recevoir quelque chose en retour, il avait juste agi instinctivement sans aucune arrière pensée.

« Ce serait avec plaisir. » répondit-il sincèrement d’une voix charmeuse et ravie, même dans la tonalité de sa voix on pouvait y entendre un sourire.

Il se laissait entrainer par cette belle jeune femme qui semblait perdre à ses yeux sa dureté, n’opposant aucune résistance. Pourquoi se laissait-il emmener vers un lieu dont il ne connaissait l’emplacement, se décidant à suivre une personne qui était un parfait mystère ? Aller savoir. Il voyait en elle quelqu’un avec qui il pourrait occuper cette banale journée. Rien de plus. Après tout, ce n’était pas comme s’il avait prévu des projets bien importants pour la journée. Il n’en avait même aucun. Et surtout, il ne comptait pas rentrer de suite a l’académie, Côme avait besoin de s’aérer l’esprit en respirant un autre air – d’ailleurs, s’il se concentrait, il pouvait même encore sentir l’odeur de sa délicieuse gaufre sucrée.

« Non. » il s’empressa de répondre, distrait une demi-seconde par un mouvement de foule. « Je ne suis pas difficile pour la nourriture, tant que ça se mange. »

Les mots s’étaient précipités hors de sa bouche avant même qu’il puisse analyser leur sens, un sourire accompagna ses paroles. Sans doute allait-elle croire qu’elle avait en face d’elle un glouton de première, ce qui n’était pas tout à fait inexacte lorsqu’on connaissait le personnage. Il mangeait de tout, que se soit déconseiller pour la santé ou non. La gourmandise était l’un de ses péchés mignon bien que cela ne puisse se remarquer au premier coup d’œil. Il avait la chance de pouvoir engloutir n’importe quoi sans prendre un gramme. La nature était bien faite, n’est ce pas ?

Un sourire bien heureux se dessinait sur ses lèvres. Cette journée s’annonçait plus gai qu’elle avait parut. Côme pose son regard sur le corps de ce bout de femme qui avait l’air d’avoir du caractère. Soudain, Côme s’arrête en la sentant lui libérer le bras et fronçait faiblement les sourcils d’incompréhension. Son regard cherchait celui de son homologue, une faible lueur de surprise brillant dans ses yeux mais cette étincelle les quitta bien vite et un doux sourire se peignit sur ses lèvres à son écoute. La jeune femme était en face de lui, et semblait embarrasser par son comportement. Côme trouvait cette réaction charmante et touchante à la fois. Il se détendait et cela se remarquait aux traits de son visage.

« Je n’avais rien de prévu, mis à part un achat. » On entendit le bruit caractéristique du frottement d’un sachet plastique en mouvement. Côme l’avait machinalement soulevé un peu comme pour appuyer ses dires. « Bien sur, ça ne me dérange absolument pas de passer la journée avec vous, si vous en avez envie. »

Il fit une pause pour regarder aux alentours dans l’espoir de trouver un banc libre et non loin d’eux. Dans son inspection des lieux, il distingua également parmi le monde un marchand de glace. L’adolescent eu un large sourire satisfait. De sa main libre, il attrapa délicatement son poignet et glissa un « Venez. » du bout des lèvres. A son tour de jouer au type entrepreneur. Il la guida à travers la foule, tenant son poignet pour éviter de la perdre. Ils arrivèrent face au lieu convoité, et Côme débarrassa sa main du sachet en le déposant sur le banc public.

« Nous avons la journée, n’est ce pas ? Et vous avez dit vouloir une glace, non ? Je vous en offre une, ça me ferait plaisir. » Expliqua-t-il d’un sourire agréable. Ses doigts avaient desserré doucement l’étreinte portée au membre de l’inconnue. D’ailleurs, cette interrogation ne lui vint même pas a l’esprit. Son nom restait un mystère mais il ne pensait nullement à ôter ce voile. Son regard calcula brièvement la distance à parcourir et retomba finalement dans les yeux de son vis-à-vis. « Quel parfum vous tente ? J’irais vous la chercher, même pas besoin de vous déplacer. »


Revenir en haut Aller en bas



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Une simple maladresse parmi tant d'autre. [Welcôme x Mana]   Mer 21 Déc - 14:06


    « Je n’avais rien de prévu, mis à part un achat. » « Bien sur, ça ne me dérange absolument pas de passer la journée avec vous, si vous en avez envie. »

    Des petites lettres qui s'alignent bien sagement pour former des mots. Ces mots-là étaient aussi doux que peuvent être un amas de plume. Ça te fais chaud au cœur. Rien que ça, ça te fait tellement plaisir. Tu craignais qu'il se défile comme peuvent le faire certaines personnes pour essayer d'éviter une pauvre folle aux cheveux colorés de manière peu conventionnelle tel que toi. Tu lui souris joyeusement comme une enfant qui viendrait d'être gâté d'un formidable gâteau aux fraises -ton favori-.

    Il te semblait avoir entendu sa voix, pas assez faible pour comprendre mais assez forte pour entendre. Et sans vraiment t'en rendre compte, te voilà papillonnante derrière lui. Tu avais l'impression de voltiger dans la foule, c'est lui qui menait la danse. Son contact était chaud. Tu te sentais bien, le bruit environnant … Non l'environnement lui-même ne signifiait plus rien pour toi. Comme si vous étiez au milieu d'une foule faite de poupée de cire et que vous étiez les seuls à vivre. Tu ne savais pas où il t’emmenait, peut importe. Tu le suivras partout où il ira de toute manière. C'est une des rares personnes que tu ais pu croiser qui possède une telle joie de vivre, ça se voyait dans son sourire. Tu ne le considères plus du tout comme un étranger mais comme un ami. Un ami que tu ne peux pas encore nommé mais ça viendra sûrement plus tard, chaque chose en son temps. Ce n'est pas forcément ce qu'il y a de plus important pour le moment, non ? Tu ne te posas pas non plus bien plus de question quand vous vous êtes arrêté devant un banc ni même à propos de ce que pouvait contenir le sachet qu'il venait de déposer sur les lattes vertes du-dit banc.

    « Nous avons la journée, n’est ce pas ? Et vous avez dit vouloir une glace, non ? Je vous en offre une, ça me ferait plaisir. »

    Tu ressentais une certaine gêne par rapport à sa proposition. C'était bien toi l'adulte de vous deux et ce serait à lui de t'acheter une glace ? Il n'en est pas question. Tes joues viraient progressivement à un rouge/rose. Tu t'apprêtais à lui répondre mais tu ne savais pas comment lui formuler une réponse qui puisse aligner correctement. Avant même que tu puisses y parvenir, il te pris de court.

    « Quel parfum vous tente ? J’irais vous la chercher, même pas besoin de vous déplacer. »

    Tant pis, tu abandonnes toutes idées de refus et autre. Tu n'avais pas envie de détruire la bonne ambiance qui régnait en maître sur les lieux. De plus, il avait tellement l'air heureux de t'offrir une glace comment lui dire non ? C'est quand même risible, tu te laisses faire par ce jeunôt. T'as l'impression de devenir une couguar, quelle honte mais bon, au diable tout ça. Lui, au moins, il te fais sentir bien dans tes talons hauts.

    « Cassis, c'est ma préférée, » finis tu par dires d'une voix timide. « Mais tu sais, je peux venir aussi, je ne suis plus une enfant !, » tu laissas un rire s'échapper, « Si tu pars sans moi, peut-être que je ne serai pas là à ton retour. » un large sourire faisait travailler durement tes dix-sept muscles correspondant à cet usage.

    Même si, évidemment, tu l'attendrais. C'était juste histoire de la taquiner. D'un côté ça ne serait pas si étonnant que cela, tu ne tiens tellement pas en place, non, t'irais sûrement le rejoindre si l'attente devenait trop longue. C'est juste à l'idée d'être seule qui te rends triste. Tu deviens même un peu nerveuse. Tu te mords encore les lèvres.

    « Je plaisante ! Vas-y, je t'attend sans problème. » Ton sourire et ton ton faussement enjoué étaient trop artificiels.

    Tu le sais mais parfois, certaines personnes ne le remarquent pas. Espérons que lui aussi. Tu commences à jouer avec tes cheveux. Tu voudrais disparaître de la surface de la Terre à ce moment là. Tu n'avais pas envie de le mettre mal à l'aise, tu n'avais pas envie qu'il sente ta nervosité. Tu mens si mal. Tu finis par t'assoir pour essayer de te calmer. Il était encore là et il n'avait encore rien dit, cela dit il n'en avait pas eu le temps. Tu parlais trop vite, le monde ne va pas à ton rythme ! Tu n'osais pas le regarder dans les yeux, tu te contentais de regarder la masse qui s'animait devant tes yeux. Tu te demandais si toutes ces personnes vivaient cette journée comme une autre ou certains qui, comme toi, la vivaient de manière improvisée.


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé



Message Sujet: Re: Une simple maladresse parmi tant d'autre. [Welcôme x Mana]   




Revenir en haut Aller en bas
 

Une simple maladresse parmi tant d'autre. [Welcôme x Mana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nakunaru Academy :: 
Archives
Archives
 ::  Bye Bye... :: RPs
-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit