www :: CONTEXTE
www :: REGLEMENT
www :: LE PAS A PAS
www :: AVATARS/POUVOIRS PRIS
www :: METIERS
RPs/demandes libres
Rien pour le moment


NOMS

POUVOIRS
Nakunaru Academy

Partagez | 
 

 Lazuli - Why so fail ? ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Lazuli - Why so fail ? ♥   Mar 19 Juil - 9:46


LAZ EST DANS LA PLACE o/


Feat;DEAD MASTER – BLACK★ROCK SHOOTER
« Age : 15 petites patates
« Métier : Trolleuse c'est un métier ? ♥ Hum. A part ça il m'arrive d'avoir un semblant d'appartenance à une salle de classe.
« Type : Coeur il me semble.
« Pouvoir : «Hey Lazy, ouvre ma canette, tu seras gentille.»

T'as plus qu'à laver le sol. Et a racheter une table, aussi. Parce que Lazuli, malgré son petit corps tout frêle, possède un cœur de pierre. Mais ce n'est pas qu'une métaphore; Laz vous dira «WOAH VOUS VOYEZ GENERATOR REX BAH MOI SPAREIL SAUF AVEC DES CAILLOUX BWAHAHA» sauf que vu sa culture télévisuelle très étendue, il faut bien évidemment proposer une traduction. La brunette, grosse wesh à ses heures perdues, a un don tout particulier pour s'attirer des ennuis en masse. Du coup, quand de grands méchants pabôs made in the Bronx sont plantés tels des grattes-ciel devant le cure-dent qui lui sert de corps, elle se sert du Hulk en caillasse planqué en elle. Chaque particule de sa peau peut alors se changer en minéral grisâtre, dont elle arrive plus ou moins à contrôler la forme (Enfin la plupart du temps elle se loupe et ça lui faut des bras gros comme des autobus). Elle ne transforme d'ailleurs la plupart du temps que ses bras (et deux mèches de cheveux pour en faire des cornes, c'est le staïle), le reste étant un peu plus délicat, ou survenant carrément sans qu'elle le demande. Évidemment, vous vous direz «Veinarde, elle cherche la merde et elle peut se dépêtrer en se changeant en asperge de pierre !» Bah ça aurait pu. Oui, peut-être que ça lui procure une force supérieure due au poids des machins, mais c'est aussi cette caractéristique qui la fait se rétamer comme un caca quand elle n'a pas pris suffisamment d'élan pour soulever ses biscottos de synthèse. Puis elle redevient une biscotte, justement, quand il faut pas.
T'es trop douée, Laz.
« Adjectifs : Pour les qualités, ça va aller vite, encore faut-il lui en trouver. Disons que euh … La brunette est affectueuse (Enfin, habituellement c'est une qualité, pour elle c'est à voir, si vous êtes dans le trip j'ai du scotch sans cesse collé à moi), adepte de câlins en tout genre ou autres bisous. De plus, elle est l'une des nanas les plus énergique de tout New York, une véritable pile électrique. (OUAIIIS PIKACHUU UEHEHE) Laz passe ses journées à chanter, danser, courir partout et brailler comme une gosse qui joue avec tout. Sauf que c'est un peu ça, en fait.
Après, plus on connait la brune, plus on se demande si elle le fait pas exprès. Tu gueules. Tu te bats. Tu poses trop de questions. Mais tu aimes ça, n'est-ce pas ? Lazuli, c'est une trolleuse en puissance. Elle a l'art de poser les questions qu'il faut pas pile au moment ou personne veut l'entendre. Elle alimente le débat encore mieux qu'un fan de Sony dans un salon Microsoft. (Ah ouais, c'est une grosse geek aussi, mais ça fopadir, ça nuirait à sa féminité trop fière pour avouer ses penchants pour Kirby et les Pokémons)
« Secret:
Spoiler:
 

&.Let us see in your Mind

Tu n'es pas méchante.

« - C'est marrant, t'es sur que t'es pas un mec au fond ?
- Tu veux voir mes seins pour vérifier ?»

La pudeur ? Lazuli ne connait pas. C'est un mot qui ne figure tout simplement pas dans son dictionnaire personnel. En fait, elle part du principe que si tu vis avec des limites, tu ne vivras pas complètement. Parce que quand elle voit ses parents, puritains à l'extrême, l'adolescente préfère en rire. Rire. Si Laz devait citer quelque chose qu'elle sait faire à la perfection, ça serait bien se marrer de tout et n'importe quoi (même si ses rires passent du «Nyahaha» à «Uhéhéhéhé» en passant par «Eckeckeck»), surtout si ça embête quelqu'un. Parce que Laz, c'est ça : Un parasite. Faire chier son monde, c'est son hobby. Car c'est une marginale. Tu ne veux rien faire comme tout le monde, car tu as peur d'entrer dans le moule. Au fond, tu es peut-être simplement en train de te chercher. Tous les adolescents se construisent une identité. Et toi, tu as ta manière bien à toi de le faire; tu refuses les conventions. Tu débats. Tu veux être toi.

C'est peut-être pour ça que la brunette s'emporte excessivement vite. Elle s'enflamme, comme elle le dit si bien. Pour une pub à la télé (dont elle est accro, ne le cachons pas), pour un débat en Éducation Civique en classe, ou même pour une simple discussion en famille devant Tom et Jerry. En fait, c'est tout simplement une trolleuse. Les questions existentielles, la plupart du temps, elle s'en fout. C'est juste pour parler, pour gueuler, pour s'énerver dès qu'elle le peut. A cause de cette petite particularité, l'adolescente a développé l'art de construire des monologues dignes de la fatigante tirade de Phèdre. Laz parle d'ailleurs très vite, ce qui peut être assez déconcertant lorsque qu'on la rencontre. Mais on s'habitue. Parce que c'est Laz.

En fait, tu fais la wesh, mais tu n'es pas mauvaise. Au contraire, tu n'es qu'une petite chose fragile, qui se cache derrière une carapace de roc. Tu te dis cœur de pierre. Tu as tort, petite fille.

Car Lazuli ne demande qu'à vivre. Au jour le jour, certes, mais elle veut juste être heureuse. Se cerner, se trouver, rire et s'amuser, à exprimer son caractère plein de couleurs, loin des conventions, loin des règles trop strictes de ses parents. C'est pour cela qu'elle adorait fuir loin de sa petite banlieue tranquille, fuir dans les quartiers les plus mal famés de New York. Pour s'amuser, pour ressentir des sensations fortes. Pour vivre. Souris, Lazuli, tu as trouvé ta place.
Même si, on ne peut pas mentir, elle a un caractère de merde, on finit par s'y attacher. Car sans elle, il y a soudain un vide. Lazy, surnommée ainsi pour sa grande fainéantise (En fait c'est une grosse feignasse qui dort jusqu'à midi, dans tous les sens possibles et partout, du lit aux salles de classe, en passant par les genoux de ses chers camarades), c'est tout un paradoxe. Surexcitée mais glandeuse. Trop franche mais sauve les apparences. Amicale, voire trop, mais froide. Parce que Lazuli n'est pas toujours celle que l'on voit. Il suffit qu'on touche un sujet qui lui tient vraiment à cœur pour qu'elle transforme son comportement. Ou qu'on la cherche. Vraiment, elle ou ceux à qui elle tient comme à sa propre chair. Malgré son petit corps, il ne faut pas se fier aux apparences : Elle cache bien un golem de pierre, alors ce n'est pas son caractère si enjoué qui n'aura qu'une facette. Son regard change. Il devient froid. Et Lazuli devient méprisante. Elle garde sa sale manie de rire sans cesse, que ce soit nerveusement ou pas. Vous en connaissez beaucoup, vous, des fillettes qui se marrent quand un pigeon s'éclate la tête sous une roue d'autobus ? C'est aussi ça, Laz. Un petit démon sadique dans une poupée de porcelaine. Fragile mais si robuste.

Tu n'es pas méchante, Lazuli. Juste un peu timbrée.

&.Shake ton Booty

Tu n'as pas la notion de look.

«Comme un Homme, sois plus puissant que les ouragans.
Comme un homme, sois plus puissant que le feu des Volcans ...
»

Ouais. Ou pas, hein. Parce que dans le genre je suis une biscotte et je le vaux bien, Lazuli remporte la palme. Sportive, elle ? Laissez la rire. Le seul sport dans lequel elle ait jamais assuré reste le très puissant et physique Ping Pong (Ou alors Wii Sport, tiens). Elle n'est pas anorexique, non. Juste un peu plus mince que la moyenne. Pas de quoi en faire tout un plat, en somme. Le pire, c'est qu'elle se gave de toutes les conneries qu'elle peut trouver autour d'elle, des bonbons aux casse-croutes, en passant par le fromage ou encore les beignets au Nutella. La brunette passe sa vie à avoir faim, et son ventre sait se faire entendre. Yen a qui ont un bon métabolisme, hein.

Enfin bon, on va pas s'attarder sur son lien de parenté flagrant avec une asperge. Enfin, les mini-asperges. Parce que Laz, si elle mesure 1m55, c'est déjà bien. Et encore, elle triche chez le docteur. Enfin bon, elle s'en plaint pas, c'est meugnon les petites. Si on aime être considérée comme une petite sœur, quoi. Après, on peut pas non plus la prendre pour une gamine de dix ans : contrairement à sa chère amie Ridda, elle a une poitrine plutôt fournie qui fait sa fierté et avec laquelle et donne des «TITIS PUNCHS». Enfin faut pas croire qu'elle se trimballe un énorme E pis-de-vache-like hein. Elle s'est d'ailleurs toujours demandé comment c'est possible d'avoir de la poitrine avec qu'elle atteint ses amies à la taille les bras levés. Néanmoins, elle a pas vraiment cherché à comprendre : Elle va pas faire sa chieuse, oh.

Parce qu'elle a vraiment pas à se plaindre : C'est qu'elle est plutôt jolie, Lazy. C'est vrai que sa jolie crinière noire, pleine de bouclette, lui donne un petit air de poupée. Couplé à son teint clair, on dirait presque une matryoshka. Ses grands yeux verts, quoi qu'il peu flippants quand ils vous fixent sans défaillir, sont assez agréables à regarder. Elle les maquille d'ailleurs souvent d'un trait de crayon noir léger, ce qui approfondit son regard. Si si, elle se maquille. Bah elle se néglige pas quoi. C'est une pretty girl malgré son comportement de mec devant un match de foot. (Bon, en plus maladroite quand même hein. Faut dire, la brunette n'est vraiment pas douée avec les trucs qu'elle tient en main. En fait, elle s'est déjà racheté deux DS, celles-ci ayant trouvé le repos contre le parquet de sa chambre.)

Laz, tu n'as pas vraiment la notion de look commun, hein. Tu t'en tapes un peu des trucs classiques. Tu fais ressortir ta folie par tes accoutrements.
Ouais, parce que l'adolescente s'habille de manière très diverse et variée. Cela passe par élaboration de divers mix de couleurs plus incongrus les uns que les autres, que ça soit sur son corps, ses ongles ou même sa face. Parce que Lazuli est toujours armée de feutres de toutes les couleurs (Et avec une senteur fruit, s'il vous plait) pour tagguer les bras, les meubles et les joues qu'elle rencontre (Même les siennes, en fait). Des sourires, des araignées, des phallus, tout y passe. Elle n'hésite d'ailleurs pas à colorer ses ongles de diverses teintes différentes, souvent accordées avec ce qu'elle porte. Mais Laz, c'est aussi un défilé à elle toute seule. Parce que cette fille est avant tout très féminine, malgré son attitude de grosse wesh. La plupart du temps, elle porte soit des jupes, soit des robes. Les pantalons ou autres jeans sont assez rares sur elle, en fait, même s'il lui arrive d'en porter parfois, genre quand il fait -15° dehors. Sinon, elle phoque ces «trucs informes». Après, ses tenues sont d'une incohérence déconcertante entre elles : Cela passe du look décontracté, munie d'un gros sweat à capuche avec une giga poche à l'avant ou elle fout tout son bordel, aux robes gothic lolita avec des rubans partout et des froufrous en dentelle. Cependant, elle garde un look relativement rockeuse en général, et ne se prend vraiment pas la tête sur le regard des autres. En fait, elle ne cherche à être jolie que pour se plaire personnellement. L'extravagance, tu kiffes.

C'est certainement pour ça qu'elle porte souvent des trucs avec des petits monstres, des sourires, des chauve-souris ou autres. Parce que ça pète. Et parce qu'elle trouve ça trop mignon, aussi. Bah ouais, qui ne craque pas sur une petite chose difforme qui bouffe une souris avec un grand sourire carnassier ?
Sinon, elle est aussi abonnée aux converses ainsi qu'aux collants rayés. Pour ainsi dire, Lazy en possède de toutes les couleurs ou presque, accordées à celles de ses vêtements. C'est pareil pour les boucles d'oreilles de diverses formes, comme des bouboules avec des pics, des lapins, des arc en ciel, des guitares, des pokéballs … Ouais, faut pas chercher. En même temps, une nana qui a la manie de sortir avec des cornes bien visibles fixées sur le haut de la tête, on cherche pas à comprendre, hein.

Tu n'as pas la notion de look. Pas la commune, en tout cas. Juste tes propres notions. Parce que t'es un phénomène.
&.Fluorescent Adolescent

C'était une nuit comme les autres.

«Et je rêve d'un courant d'air,
d'un espace clos avec vue sur la mer
D'un silence radio, d'un océan solaire
qui nous porte ensemble et qui nous enferme
»

Face au mur, elle souriait. Face au mur, elle était heureuse. Face au mur, elle se sentait elle.
Parce que Lazuli ne serait pas Lazuli sans ces incessantes punitions. Il faut bien un élément déclencheur, quand même.

Un couple Américain modèle. Elle, Angela Della Stella, américo-italienne, élevée dans le plus strict des patelins paumés d'Italie, puis envoyée dans l'état de New York pour suivre de brillantes études de droit. Lui, Andrew Scarley, ex-futur prêtre reconverti en homme d'affaire pour l'image, purement du coin. Évidemment, un gros cliché. Puritains à l'extrême, prières à tous les dîners et tout le tralala. Néanmoins, Dieu a un peu d'humour, quand même. Parce qu'un petit détail a fait foiré le plan déjà tout tracé, avec un garçon et une fille aussi blonds que les parents plus le chien : Angela est stérile. Chuck Norris, thank you.

Cependant, ils veulent des enfants. Au moins un. Madame rêve d'une petite fille, à habiller avec de jolies robes, avec laquelle aller à de luxueuses réceptions ou à la messe le dimanche. Une petite qui l'aiderait à se faire bien voir, à faire aboutir ses projets de digne représentante de la femme modèle. Pour elle, pas de gosse, pas de reconnaissance divine, c'est bien connu. Et monsieur, comme tout mari riche, chrétien et presque chauve qui se respecte, ne peut rien refuser à sa tendre épouse. Les voilà partis pour un petit tour du monde en amoureux, à la recherche de l'enfant parfait. Rien ne les destinait à Lazy, quoi.

Et pourtant. Russie, une douzaine d'années avant notre ère. Ils craquent. Ils n'aimaient pas ce pays, hein. Mais c'était un passage obligé pour la Chine, à la base. Ce n'était qu'un hasard. Angela tremblait à l'idée de croiser la mafia ou des prostituées qui souilleraient sa sainte personne (Et mister papa on sait pas trop, après tout il allait pas râler à la vue d'une nana en bas résille hein). C'était un orphelinat assez mal tenu, sale et très peu accueillant. Rien ne les poussaient à s'approcher, surtout pas la façade grisâtre et abîmée. Sauf «l'instinct maternel» de la blonde, évidemment. Si elle avait su, pauvre madame. A l'intérieur, c'était un vrai bordel : les mômes courraient dans tous les sens. Ils se battaient. Ils puaient. Rien de bien ragoutant, en somme. Mais il n'empêche. Cette petite fille, ils l'ont remarquée. Son sourire. Sa belle chevelure. Ses beaux yeux brillants. Et surtout, sa petite robe, qui fit rêver Madame immédiatement. C'était décidé. Cette petite poupée russe à l'air si fragile serait à eux.
Le couple apprit par la suite qu'elle se nommait Ciel. Enfin, c'est ce qu'elle disait : personne ne la connaissait, et on avait rien retrouvé dans les décombres rougeoyants de sa belle maison. Sa destinée tragique atteignit le cœur d'Andrew : sauver une petite fille malmenée par l'existence d'une vie sans identité ravit son âme de chrétien. Il serait récompensé, pour sûr. Et la Quidam devint Lazuli. Lazuli Ciel Scarley.

Mais Andrew s'était foutu le doigt dans l'œil jusqu'au petit orteil gauche. Un cadeau du ciel, son cul. Ils avaient été bornés par les apparences : cette petite fille ne savait pas se tenir. Tu es trop curieuse. Trop expressive. Trop anticonformiste. Trop vivante. Du haut de ses trois ans, la brunette avait déjà un caractère bien trempé, certainement forgé durant sa vie à l'orphelinat. Et ça, ça faisait bien chier les puritains rêvant d'une petite enfant calme et modèle. Try again.

Alors, ils firent ce que tous les parents ayant des enfants pour leur propre image font : Ils dressent. Il gueulent. Mais Laz n'aimait pas qu'on gueule plus fort qu'elle. Du coup, la fillette se faisait punir. Son mur chéri, où elle dessinait ses impressions. Tantôt énervée par les remontrances de ses parents, tantôt amusée de leur volonté à la changer. Alors elle agit de plus belle.
Parce que Lazuli avait toujours voulu être heureuse. Elle ne se souvenait pas de ses parents biologiques. Ses souvenirs ne commençaient qu'à cet endroit puant, où les gens se crachaient dessus entre eux. Alors, la gamine apprit à cracher plus loin qu'eux. Et dans la gueule, s'il vous plait. Maintenant, son cauchemar continuait, en pire : On la forçait à être ce qu'elle n'était pas. On lui enfonçait dans la tête des idées qu'elle ne voulait pas avoir, des convictions qu'elle ne voulait pas soutenir. En soit, on intégrait un étranger en elle. Mais tu les envois tous se faire foutre.

Ça grandit, un enfant. Ça apprend à réfléchir. De plus, si la gamine est déjà précoce, si elle se met à réfléchir dès le berceau en marginale, elle sera marginale. Parce que la religion et se donner bonne image, c'était très peu pour elle. Ce n'était pas cette Lazuli qu'elle voulait être. Peu à peu, l'enfant comprit les intentions de ses parents. Les flammes de son esprit révolutionnaire n'en étaient que plus attisées. Le pire pour elle, c'est qu'elle était traitée d'ingrate : Il est vrai, ils avaient voyagé pour l'avoir. Ils avaient donné de leurs temps et de leurs moyens pour lui donner un avenir, une vie. Mais ça, elle le savait pas. De plus, ce n'était pas la vie d'une autre qu'elle voulait. Chassez le naturel, il revient au galop.

Et le petit couple modèle devenus parents n'avaient jamais vu un cheval courir si vite. Plus elle était effrontée et refusait les conventions, plus ils s'emportaient. La petite avait même été trainée chez un psy, pour dire. Sa mère avait pensé qu'être une telle hérétique avait forcément une cause mentale grave, faute de pouvoir l'éduquer correctement. Mais loupé mémère, la petite était seulement «Vive d'esprit et très extravertie pour son âge». Il est vrai qu'une petite de même pas dix ans qui dénonce le ridicule des mœurs de la société, c'est pas commun. Enfin, faut pas croire qu'elle était sociologue, hein, mais la gosse avait des arguments bien à elle pour casser ceux de ses parents. Une ironie et une franchise trop dure à accepter pour les Américains modèles.

Pourtant, à l'école, la jeunette était brillante, quoi qu'un peu trop dispersée et bavarde. Enfin, bavarde était un doux euphémisme. «NAN MAIS SERIEUX POURQUOI C'EST TOUJOURS DES SALADES QUE LES FERMIERS ILS FONT DANS LES PROBLEMES DE MATHS JOR YA PLEIN DE LEGUMES QUI EXISTENT AZY» ou encore «Bah alors ? T'es qu'une fillette Curt ! Hahaha, regarde, c'est ses entrailles ! Hahahahaha. Roh c'est bon, c'est qu'un pigeon, et puis spa moi qui l'ai tué hein. Hahaha, j'ai du sang partout ! ALLEZ TAFIOLLE VIENS LAAAA TOUUUCHE» n'est qu'un aperçu des capacités de Laz. Trolleuse inside. Enfin, il lui arrivait de laisser la classe en paix et de pioncer en dessous de sa table, bien tranquillement, en prenant soin de bien se tourner en bougeant les bureaux des autres, ou encore de se casser d'un coup de la salle pour se balader dans les rues bondées de New York. Parce que NY, c'est sa ville. Elle se mit assez rapidement à fricoter avec les quartiers réputés comme dangereux. S'éloigner. Penser à autre chose qu'à rentrer à la maison.
La fillette se fit rapidement remarquer, avec son look de délurée et sa gueule bien grande ouverte. Par des gentils comme des moins gentils. Sa sociabilité la poussa rapidement à se lier avec de nombreux habitants des ghettos, qui adoptèrent un peu la gamine, à la manière d'une petite sœur. Certes, ils étaient souvent blacks, mesuraient deux mètres et étaient aussi baraqués que Rambo après une cure de Redbull. Mais elle rigolait bien. Même si quand elle rentrait, bandana de ses amis sur la tête et ses magnifiques vêtements tout déchirés par la course-poursuite dans laquelle elle avait échappé à de moins amis, elle finissait les fesses aussi rouges qu'un mec devant Megan Fox. Mais Laz s'en foutait : elle vivait. Le problème, c'est que vivre comme ça n'aurait pas été possible. Elle serait devenu encore plus timbrée qu'elle ne l'était déjà, faute d'une vie tyrannique une fois chez elle. Plus elle grandissait, plus l'adolescente se sentait mal. Elle voulait s'échapper. Fuir. Elle aurait souhaité se faire kidnapper loin de cette vie qui ne menait à rien. As you wish, miss.

-**-

«Quinze petites années, et déjà une délinquante ! Tu n'as pas honte de toi, jeune fille !?

Cette phrase, elle l'entendait tous les jours de la bouche de son propre père. Ce qui la faisait rager, évidemment. Elle aurait voulu s'enflammer et lui péter la gueule. Mais de une, elle avait une force de mouche et donc se retrouvait dans l'incapacité de répondre à cette demande impulsive mais néanmoins très présente. De deux, elle pouvait pas. C'était son père et elle ne voulait pas se sentir encore plus ingrate qu'elle ne l'était déjà.
Tu montes alors dans ta chambre, blasée. Tu montes, jusqu'à la nuit tombée.
Ipod, ready. KitKat, ready. Freedent, ready. Tout était bon. Rapidement, Laz se passa la main dans les cheveux. Quelle plaie, sa jupe favorite était trop crade pour être enfilée. Tant pis, elle mettrait la noire en cuir. Avec un collant rayé noir et blanc, ça pétait, comme style. Frénétiquement, la brunette secouait le grand meuble grinçant qui lui servait de penderie. En soutif' devant un bon nombre de haut, tu parais réfléchir. Tu souris. C'est décidé, tu mettras ça pour ce soir. C'est une nuit comme les autres, après tout.
Ayant fini de boutonner sa chemisette immaculée ornée d'un ruban noir au niveau de la taille, elle descendit les escaliers d'un pas de loup. Furtivement, une ombre se faufilait entre les divers bibelots ringards, jusqu'à arriver devant un grand crucifix. Sympa, comme déco pour le meuble à chaussure.
Sans faire de bruit, les converses noires passent sans problème du tiroir à ses petites mains agiles. On dirait que t'as fait ça toute ta vie, miss. Ce soir, ça s'annonce sans casse. Ou pas, hein.

La porte grince un peu en s'ouvrant, mais rien d'assez bruyant pour réveiller la mère. Et le père, n'en parlons pas : Il faudrait déjà qu'il arrête de ronfler comme trois camions. Toute pimpante, Lazy courrait tout en passant son crayon sur ses cils. Étrangement, elle ne se sentait même pas crevée. La nuit ne faisait que de commencer, en somme. En fait, l'adolescente ne faisait pas souvent ça. Mais il lui arrivait de sortir en cachette, parfois, lorsqu'elle était punie de tout. Faut bien s'occuper, ow. Curt devait l'attendre là, sous le petit abri taggué de l'arrêt du bus. Elle l'aimait bien, cet abri: Il était certes vieux, tout cabossé de partout et un peu crade, mais c'était leur coin à eux. Tes yeux se ferment. Tu résonnes avec les étoiles qui parcourent le ciel. Que tu aimerais être aussi libres qu'elles … Mais tu te contentes de ce que as, du semblant de libertés que tu possèdes lors de ces nuits de délinquance, pourtant si innocentes. Tu respires doucement, savourant chaque molécule d'oxygène qui pénètre dans tes poumons abîmés par la cigarette. En même temps, tes petits doigts effleurent l'abri. Cet abri si vieux mais si solide. La sensation de la pierre contre ta peau te donne de petits frissons, qui parcourent ton corps en même temps que tes doigts descendent le longs des petites bosses sinueuses.

- Bouh !
- OMFG PUTAIN CONNARD JE TE HAIIIIIIIIS.

Curt. Espèce de bouffon. Le cœur de Lazuli faisait des bonds de géant dans sa poitrine encore tremblante. Ce crétin a le chic pour débarquer sans qu'on l'entende, certainement grâce à l'entrainement que lui on fourni ses fugues nocturnes en sa compagnie. Curt est grand. Curt est black. Curt est un pur Americain du centre ville. Bon, il a peut-être quelques années de plus qu'elle, mais cela n'empêche que leur amitié dure depuis un long moment. En effet, Mini-Laz l'a rencontré lorsqu'elle était plus petite qu'une poubelle (Comment ça elle l'est toujours ?), en compagnie de son cousin Jimmy. Jimmy, le gros baraqué qui avait 23 ans. Jimmy, qui avait des potes dans un gang et qui est mort d'une balle dans la tête. A l'époque, elle avait assisté à son enterrement. Sa révolte était presque aussi grande que sa tristesse : Si Dieu existait, pourquoi il lui enlevait les gens si gentils et épargnait des connards d'assassins ? Elle ne comprenait pas. Parce que Jimmy était un vrai ange avec toutes les personnes qu'il côtoyait, surtout avec Lazuli qu'il protégeait comme son propre enfant. «Fais gaffe, ma petite Lazy. Si tu sais pas bouffer, c'est la rue qui te bouffera.»

Mais elle n'avait pas écouté. Elle sortait toujours. Parce que vivre avec ses parents était devenu un véritable enfer. Chaque jour, elle apprenait de nouvelles facettes de l'être qu'ils voulaient faire d'elle. Nouvelle lubie : T'as pas intérêt à trainer avec des garçons. C'est mal, et puis de toute façon tous les garçons sont violents et voudront abuser de ta pureté. C'est ça, elle doit être bien planquée, ta pureté. Il n'empêche que trainer avec Curt et les autres lui plaisait bien : Mais ce n'était pas une vie. La brunette était tout de même intelligente, et avait tout le potentiel pour se tracer un avenir brillant. Et ce n'était pas en sortant qu'elle deviendrait médecin ou avocate. Néanmoins, en restant chez elle non plus, juste pour dire.

- Hey, les amis ! Lazuliiiii ! ♥
- Ah. Euh. Logan.

Il court, tout essoufflé, ses cheveux roux virevoltants dans tous les sens au gré des gouttes de sueur perlant sur son front. Ce mec. Quel autre le mot pour le décrire que «Boulet» ? Ok, ok, il était tout gnangnan avec elle. Mais quand même, faut pas abuser, oh. Déjà, c'est un blanc bec (Bon, pas pire qu'elle, mais lui il a la face incrustée de boutons, ça compense). Et puis, il a la même façon de penser que ses parents, ceux-ci étant de grands potes des siens. La grosse galère quoi. Après il convient de se demander pourquoi il sort quand même le soir. «Pour veiller sur toi, évidemment. Il ne faudrait pas qu'il t'arrive quelque chose ou que tu fasses une bêtise, ce serait très déplaisant.» Mais qui parle encore comme ça, sérieux ? Et puis elle est assez grande pour se surveiller toute seule, quoi. Manquerait plus qu'il aille cafter. D'où le fait que Laz se force à le supporter, question de sécurité.

C'était une nuit comme les autres. Le cadran numérique de la pharmacie des Stevens indiquait seulement 23:10; ils avaient donc largement le temps de se trimballer un peu partout où ils avaient l'habitude d'aller. En gros, rien de bien palpitant qui mérite une attention particulière. En fait, Lazuli s'amusait bien, mais sans plus, son être étant quelque peu dans la lune qui les épiait et qu'elle n'avait pas envie de quitter. L'adolescente était si absorbée par le ciel si dégagé ce soir là qu'elle ne remarque pas que ses amis s'étaient arrêtés au tournant d'une ruelle. Elle aurait voulu être une étoile, pour ne pas avoir à être cernée ainsi. Elle voulait partir loin. S'envoler. C'était une nuit comme les autres.

- Eh, fillette, fais gaffe où tu mets les pieds, tu pourrais tomber sur un os ...

Sonnée, elle ne se rendit pas tout de suite compte qu'elle venait de heurter le corps robuste d'un homme qui mesurait au moins deux têtes de plus qu'elle. Laz leva la tête, un sourire malicieux aux lèvres. Il n'était pas seul, évidemment. Mais rien à foutre. La brunette n'avait rien à perdre, de toute manière. Elle était juste elle même. Petite effrontée.

- Ah, pardon, c'est que t'es pas trop visible dans le paysage. Y'a tellement de gros baraqués comme toi à New York que je sais plus où donner de la tête …

La tête du mec se déforma un peu, tandis que les autres restaient silencieux. Laz, elle, garda son rictus narquois. Curt et Logan, l'ayant rattrapée, lui chuchotèrent que ce n'était peut-être pas le moment de faire la maline. Mais ils connaissaient Lazuli : Elle ne pouvait pas s'en empêcher. C'était sa manière à elle de se prouver qu'elle vivait.

-- Mademoiselle a des couilles on dirait. Je m'la pèterai pas, vu ta carrure de knacki, à ta place.
- Cool, un p'tit marrant. T'as appris le répertoire Carambar c'est ça ?

Le mec souriait, maintenant. Ses potes aussi, visiblement amusés de cette petite brune qui tenait tête à leur caïd. Mais ils ne bougeaient pas. Ce n'était pas nécessaire. Ils se contentaient d'observer, tout comme Curt, qui semblait quelque peu rassuré que la discussion tourne aux sourires.

-- [color=navy]Bien, bien. T'es pas une taffiole, petite. Mais fais gaffe, ça pourrait te jouer des tours. Maintenant …

Sa main se posa sur l'épaule de l'adolescente. Et là, c'est le drame.

-- T-t-t-toi le gros sac de soupe même pas effrayant, ne t-t-t-touche pas à ma petite amie !
- P-petite amie … ? MAIS TAKRU SERIEUX C'EST LA FÊTE DANS TA TÊTE !?

Logan. Qu'est ce qu'il voulait, cet abruti ? Laz ne comprenait pas, mais pas du tout. De plus, elle sentait la main du gars qui pesait sur son corps. Visiblement, il avait pas aimé la petite intervention du rouquin. Ses potes non plus, qui avaient perdu leur sourire.

- O-oui, depuis que tu m'es promise et que ton père m'a dit que j'aurai ta main lorsque nous serons en âge et que j'aurai hérité de la compagnie de mon père, je me dois de te protéger !

Une colère amère commença lentement à l'envahir, au fur et a mesure que la bouche du roux articulait chaque syllabe. Plus rien ne bougeait. Elle n'osait plus respirer. Tout s'arrêtait. Sans qu'elle ne s'en rende compte, son corps se mit à trembler d'indignation, tandis que ses yeux verts se perdaient dans le vide du ciel. En un seul instant, Lazuli venait de se rendre compte du peu d'importance qu'avait son avis dans la vie que ses parents avaient décidé de lui offrir. Elle n'était rien de plus qu'une pancarte, sur laquelle le couple parfait affichait les trophées de leur réussite sociale. Ce qui leur assurait un aller simple pour le Paradis, en outre. La jeune fille ne bougeait plus, comme abasourdie par ses pensées trop vives qui se bousculaient dans son crâne. Le gros, lui, ne rigolait plus du tout. Au contraire, son regard était fixé sur Logan, qui tremblait comme une petite feuille après son passage «J'AI DES COUILLES LOLZ» qui tenait plus de l'inconscience que du courage.

- Moi qui comptait vous épargner, je vais pas me gêner pour vider un petit merdeux plein aux as ! C'est que tu dois en avoir, des choses sympa, dans tes poches de petit bourge …

Tout le petit gang se remit à sourire ironiquement. Les quelques gars derrière s'avancèrent pour encercler mister Capotage de domptage de gros et Curt, qui n'osait plus rien faire de peur de les brusquer. Il se contentait de fixer la brunette, qui ne réagissait toujours pas face à la révélation que Logan venait de lui balancer dans les dents. Lentement, la bouche du chef s'ouvrit, comme s'il cherchait ses mots. Il finit simplement par soupirer.

- Dommage, je t'aimais bien, gamine. Mais faut savoir choisir ses amis. Bouffer ou être bouffée.

A ces mots, tout bascula. Tu regardes le ciel. Une étoile. Que tu aimerais les rejoindre. Ce que ne sont que des bouts de matière. Son bras se lève. New York, c'est une ville magnifique. Ta ville. Tu aimes être ici, pas vrai ? Un revolver. Mais tu n'y as pas ta place. Pas encore. Tu dois t'éloigner de tout ça. Pour mieux revenir. Tu dois te trouver. Tu voudrais te faire kidnapper. C'était une nuit comme les autres. Et la balle sort aussi vite que l'étoile de Jimmy s'est éteinte. Coup de feu.

Plus personne ne bougeait, abasourdis par la violence de la détonation. Les larmes coulaient sur le visage de Curt avant même qu'il ne pose les yeux sur son amie, toujours debout, face à son opposant. Logan faisait une tête indescriptible, au point qu'on aurait dit que ses boutons s'étaient trimballés d'une zone à l'autre de sa face. Le temps s'était comme arrêté. Même les hommes du mec en noir ne bougeaient pus, guettant la réaction de leur patron. Et Lazuli ne tombait pas. Son regard était toujours le même, trouble, évasif, perdu. Ses yeux étaient d'un flou étrange, contrairement à ceux de l'homme, qui devinrent perçants.

- Q … Quoi !?"

La balle retomba lentement sur le sol, ayant à peine provoqué un petit impact bien visible autour des habits brulés par l'attaque à bout portant de la jeune fille. Le bruit strident de la petite douille en fer résonna dans la tête des personnes présentes comme un glas sonnant la fin d'une existence normale. C'était fini. Tu ne serais plus cette autre personne. Lentement, ta main s'élève. Tu la portes sur ta poitrine, autour des lambeaux déchirés de ta chemise préférée. Cette sensation. C'était comme le vieil abri. Tes doigts, comme quelques heures auparavant, frôlaient une surface rugueuse et minérale. Du bout des ongles, tu suivais les méandres de ce nouveau toi. Cette sensation. C'était si agréable. Si agréable que tu te mis à rire. Encore et encore. Sans t'arrêter. Pourtant, c'était une nuit comme les autres.

Le visage de l'homme se déforma, certainement par la peur. Il recula, puis pris la fuite à toute jambe, gueulant que cette gamine était un monstre. Les autres, ne comprenant pas, s'approchèrent, aussi intrigués que flippés par les éclats incessants de la brunette qui s'époumonait, la main sur la poitrine. Quand ils virent sa peau, littéralement de pierre à la zone où la balle avait frappé, ils suivirent leur chef. Logan et Curt, quand à eux, ne disaient rien. Ils n'osaient pas, de peur de brusquer leur amie.

Tu danses. Tu ris. Tu vis. Cette euphorie te fais tellement de bien. Ce qu'il s'est passé ? Tu n'en sais rien. Tout ce que tu réalises, c'est que tu as défié la Mort elle même. Alors, ce ne sont pas tes parents qui vont te dompter. Tu cours. Ils ne te suivront pas, de toute façon. Ta tête tourne. Tu te sens ivre de toute cette puissance nouvelle qui vient de germer en toi. Tu ris. Tu ris encore. Un rire sinistre et glaçant. New York est à toi. Tu marches. Les gens te regardent. Qu'importe ? Tu ne progresses pas très droit, mais ce n'est pas important. Plus rien n'a d'importance. Tu as envie de péter la gueule au monde entier. A défaut, tu pètes la gueule aux gens que tu croises. Cette pierre du renouveau est maintenant présente sur tes propres bras, à la place de cette peau blanche que tu possédais. Il y a du sang dessus. Cela te fais rire. Tu aimes cette couleur, non ? Tu passes ta langue sur ce liquide impur et poisseux qui fait frétiller ton palais. Et tu te rends compte que tu ressens à travers cette carapace. C'est toi. Ton nouveau toi. Mais tu réalises que tu vas un peu loin. Tu viens de faire du mal à des gens qui n'ont rien à voir dans ton malêtre. Alors tu tentes de réprimer cette euphorie. Ce sera ton petit secret. Ta petite face cachée. Ton petit côté enfoui en toi, réveillé par la douceur exquise de la puissance. T'inquiètes Laz. Tu as toujours su que tu étais timbrée, de toute façon. Puis tu t'endors, fatiguée par ton propre corps. Lentement, les particules de roche redeviennent lisses et claires. Là, entre une poubelle et une fenêtre, dans une petite ruelle de New York, ta ville bien aimée, les mains sales et les habits déchirés, tes yeux se ferment et ne se rouvriront plus ici. Tu es loin, maintenant. Là où est ta place, là ou tu apprendras à maitriser cette puissance qui t'enivres. Là où tu pourras exprimer tes propres idées. Débattre. Argumenter de ta propre vision des choses. Où tu pourras être toi. Comme tu le voulais,te voilà kidnappée, Lazuli.

C'était une nuit comme les autres. Et pourtant, plus rien n'est comme avant.
&.Comment ça, t'es ENCORE sur l'ordi ?

« Age : Pas loin de Laz, en fait. J'ai 16 petites années, et j'ai passé le bac de Français WAIII.
« Surnom : Hum. Coco, Coc's ou Coccinelle. C'est original non ? 8D Ah, et mon frère (Alias Ridda 8D) se met à m'appeler Laz. Magnifique non ? ♥
« Comment as-tu découvert le forum? En cliquant sur le lien :3 Enfin plus sérieusement, on cherchait un fofo RP bien koule, un internat joli où BRS serait pas prise (ce qui n'est pas forcément une mince affaire 8D) et bingo. J'ai craqué sur le design, en plus que.
« As-tu tout lu?PLOPE becuz Izaya is so smexy.
« Comment trouves-tu le forum? J'ai cherché une sale blague, mais c'est pas sorti. (JE LE TROUVE OU DANS MES FAVORIS UHEHEHE) Magnifique, sans aucun doute, surtout les bans qui sont très réussies. (Malgré une deux petites fautes dessus mais fopadir)
« Un dernier mot? ATTENDEZ faut JAMAIS me demander ça à moi, je vais vous déballer ma vie. Ca y est j'ai commencé à écrire c'est con hein hein. Bref je suis un peu un ovni parfois faut pas chercher la folie des monologues de Lazuli n'est pas anodine AH OUI vous avez vu j'ai le capslock facile j'exprime mes émotions je suis très émotionnelle AH et aussi j'essaie de grapher mais c'est caca alors faut pas m'en vouloir ET AUSSI j'aime bien parler franglais des fois pas IRL mais par écrit c'est so koule alors voilà. Et Rondoudou vaincra.
Ah et pardon j'ai beaucoup écrit j'suis une nana très inspirée pardon pardon I'll make you kill yourself TwT




Dernière édition par Lazuli C. Scarley le Jeu 21 Juil - 10:13, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Lazuli - Why so fail ? ♥   Mar 19 Juil - 10:48


Bienvenue xD

Revenir en haut Aller en bas



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Lazuli - Why so fail ? ♥   Mar 19 Juil - 12:09


Woh, bienvenue xD Hâte de voir la suite *w*

Revenir en haut Aller en bas

THE KING OF SHADOW *pan*


avatar

THE KING OF SHADOW *pan*

■ Fiche : è.é | Liens.
■ Statut : Elève - Serveur.
■ Messages : 211
■ MPV : 479
■ Age : 23
■ Type : ♥.
■ Pouvoir : Même aptitude physique qu'un poisson.
■ Avatar : Hijikata Toushirou (Gintama)

&.More
■ Age du personnage: 17 ans.
■ Rang : ★★★★
■ Relations :

Message Sujet: Re: Lazuli - Why so fail ? ♥   Mar 19 Juil - 15:37


Bienvenyuuuuuuh !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thihoa.illustrateur.org/



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Lazuli - Why so fail ? ♥   Mar 19 Juil - 15:42


Merci à vouuuus \o/

La suite vient demain, mon cerveau est en mode veille là 8D J'sens que je vais bien m'amuser ici ♥


Revenir en haut Aller en bas



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Lazuli - Why so fail ? ♥   Jeu 21 Juil - 10:14


Double post, mais euh. J'ai un besoin compulsif d'alerter.

IT'S DONE J'AI FINIIIII \o/
Voala. ♥


Revenir en haut Aller en bas



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Lazuli - Why so fail ? ♥   Jeu 21 Juil - 14:26


Biiiiyou ! Pourquoi écrire autant pour ton pouvoir ? j'étais perdu moi /PAN/ Sinon j'aime ♥

Et soit le bienvenue parmi nous ! n_n


Revenir en haut Aller en bas



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Lazuli - Why so fail ? ♥   Jeu 21 Juil - 14:53


Merci keupain violet ♥

Euh bah. J'étais inspirée, je crois. Faut pas chercher, parfois je pars dans des trips toute seule 8D


Revenir en haut Aller en bas

So... PP! { Powerfull & Purfect }


avatar

So... PP! { Powerfull & Purfect }

■ Fiche : (www.)
■ Statut : Elève
■ Messages : 617
■ MPV : 284
■ Type : Pique
■ Pouvoir : Annulation
■ Avatar : Izaya Orihara - Durarara!!

&.More
■ Age du personnage: 16 ans
■ Rang : ★
■ Relations :

Message Sujet: Re: Lazuli - Why so fail ? ♥   Jeu 21 Juil - 18:25


Bienvenueuh.
Jolie fiche, j'ai bien aimé. **
Bon, je n'ai absolument rien a redire, alors tu es validée. Bon RP parmi nous et fais bien mumuse ici ~




Merci pour cet avatar, ma divine épouse. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nakunaru-academy.chocoforum.net



avatar
Invité

Invité


Message Sujet: Re: Lazuli - Why so fail ? ♥   Sam 23 Juil - 5:00


Owaiiiii merci Shishi *w*

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé



Message Sujet: Re: Lazuli - Why so fail ? ♥   




Revenir en haut Aller en bas
 

Lazuli - Why so fail ? ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nakunaru Academy :: 
Archives
Archives
 ::  Bye Bye...
-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit