www :: CONTEXTE
www :: REGLEMENT
www :: LE PAS A PAS
www :: AVATARS/POUVOIRS PRIS
www :: METIERS
RPs/demandes libres
Rien pour le moment


NOMS

POUVOIRS
Nakunaru Academy

Partagez | 
 

 Une entrée bien silencieuse. [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

Invité


Message Sujet: Une entrée bien silencieuse. [Libre]   Mar 5 Juil - 6:15


Mayako marchait lentement le long des couloirs, évitant soigneusement les personnes qui passaient. Elle ne voulait plus toucher personne. Cette histoire qu'elle venait de découvrir l'avait abattu... Comment quelqu'un pouvait continuer à vivre de la sorte après avoir perdu un à un tout les membres de sa famille... ? Et sous ses yeux qui plus est ! Non, elle n'arrivait pas à comprendre. Ce que Mayako n'aimait pas dans son don, c'est ce que cela impliquait. Elle savait tout désormais de son histoire et ne pourrait plus faire comme si rien n'était, et que cela lui plaise ou non, cela avait aussi un impact sur elle. Dans le cas présent, elle allait être attristée pour la journée, au moins. Elle s'arrêta un instant pour enfiler ses gants, et en profita pour regarder autour d'elle. A en juger par les fenêtres et la décoration, elle devait sûrement être arrivée au hall. De grandes toiles surplombaient chaque accès aux escaliers et au fond elle distingua deux grandes fenêtres par lesquelles la lumière s’infiltrait. Mayako ne s'attarda pas dessus, la lumière qui s'en dégageait était bien trop forte pour elle. Après s'être attardée sur la décoration, elle regarda les élèves qui discutaient et rigolaient ci et là. Elle n'eu pas le temps de se demander l'heure qu'il pouvait être, l'horloge situait au dessus d'elle sonna la fin des cours. Elle sursauta et quelque peu gênée, elle alla se réfugier de l'autre côté du hall. Celui ci se remplit d'un coup, un flot d'élèves se déversa dedans en criant. Comme à son habitude, elle vérifia que ses gants étaient bien placés et les repositionna. Elle cala ensuite ses mains derrière son dos de sorte qu'ils ne touchent personne. D'ailleurs, personne ne semblait lui prêter attention et elle en fût soulagée. Elle espérait qu'aucun groupe d’accueil ou quoi que ce soit d'autre ne viendrait la déranger comme elle en avait connu dans le passé. Elle n'a d'ailleurs jamais compris pourquoi ce genre de groupes faisaient toujours une fixation sur ses gants jusqu'à la forcer à les enlever... Est ce si étrange que ça d'en porter au printemps ou à une quelconque autre saison ? Et puis, elle finit par apercevoir la dernière personne sur laquelle elle avait eu le malheur de poser la main. Contrairement à d'habitude, Mayako ne s'avança par vers elle, elle ne voulait pas l'aider. Elle entreprit donc de s'agenouiller et fit semblant de chercher quelque chose dans son sac. Ce fut le moment qu'un inconnu choisi pour s'agenouiller face à elle et se présenter. Mayako resta un moment perplexe, peu habitué à cela, et resta donc un moment à le regarder. Celui ci lui tendit la main, et après une brève hésitation, elle lui tendit également la sienne. Elle ne lui laissa pas le temps de la serrer, craignant que son pouvoir ne se déclenche. Elle avait eu sa dose d'émotions pour la journée.



Dernière édition par Mayako Okuda le Mer 6 Juil - 3:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Une entrée bien silencieuse. [Libre]   Mer 6 Juil - 2:49


Wilhelmina est un nom que personne n'arrive à dire. S'en ai d'autant plus marrant, que la jeune fille adore insister sur son prénom complet quand on l'appelle. Enfin, pour les professeurs, et autres membres du personnel. Les autres, s'ils pouvaient ne pas l'appeler, ce serait génial. La seule personne qui prononçait parfaitement son prénom, c'était son professeur de biologie. Il faut dire qu'il était le même depuis bientôt deux ans, et que ça jouait dans l'habitude. Pour une fois, les élèves de sa classe n'avaient pas essayer de communiquer. C'était donc le début d'une bonne journée. Enfin, espérons.

Quand la sonnerie retentit, Will pris un temps fou pour ranger ses affaires. Elle n'avait tellement pas envie d'aller en permanence, que ça en devenait maladif. Il fallait qu'elle trouve une occupation autre, sinon elle allait s'ennuyer mortellement, et se faire aborder par des gens d'autant plus ennuyant qu'elle aurait préféré de mettre un flingue dans la bouche plutôt que de parler avec. Oui, Will a tendance à avoir des idées des plus noires. Surtout quand elle entrait dans une masse de personnes, se croyant supérieur par leur don, dans le hall d'entrée. Elle réprima un frisson, et s'avança dans cette foule, sans broncher.

Là devant elle, se tenait une scène à se tordre de rire. Une petite nouvelle, qui devait être plus âgée qu'elle, certes, était agenouillée par terre. En face d'elle, une espèce de singe de la pire espèce. Will avait déjà eu affaire à lui : Il simulait le mec sympa, gentil, qui te guiderait dans les couloirs. Puis, il essayait de t’impressionner avec son don médiocre et sans intérêt. Il tentait toutes les techniques de dragues inimaginable pour t'avoir dans son harem de petites pimbêches. Sauf que la petite nouvelle, contrairement à toute cette bande d'imbécile, ne semblait pas faire partie de cette catégorie de personnes. Et puis, vu qu'il faut toujours faire au moins une B.A par jour, Will s'approcha d'eux, et quand l'espèce de Don Juan la vu, il fronça les sourcils.

- Qu'est ce que tu fiches là Seiko ?

Oui, les gens avait pris pour habitude l'appeler par son nom de famille, trouvant ça plus simple à prononcer. C'est sur que quand on est aussi simplet d'esprit, on ne peut tellement prononcer des mots de trois syllabes sans bafouiller. S'en était assez comique en soi. Devant le silence total de la rouquine, le jeune homme, qui aurait pu être beau s'il ne brillait pas pour sa connerie, continua dans sa lancée, avec ce ton agressif qu'il maitrisait tant depuis leur dernière rencontre.

- Tu vois pas que je suis occupé ? Dégage, sale folle.

Will ne prononça toujours aucun mot, fixant cet énergumène, avec son regard le plus attentionné qu'elle puisse donner. Comme si ce qu'il disait était intéressant, passionnant, et qu'il n'était pas entrain de l'insulter, et de l'agresser. Ses yeux émeraudes, pétillants, laissait entendre l'attention que portait Wilhelmina à ce pauvre type. S'en était d'autant plus déroutant pour lui, qu'il commença à se lever.

- Oh, c'est bon, garde la. J'savais pas qu'après moi t'avais eu des penchants lesbiennes. Mais j'te la laisse. De toute façon, les pseudos gothiques, ça va cinq minutes, j'ai eu ma dose avec toi.

Tout en prononçant cette phrase, avec une fierté mis en avant, mais gâché par la colère, il se levait et commençait à partir. Tout en fusillant la rouquine du regard, il se noya dans la foule de l'Académie. Petit à petit, le hall se vida, laissant un peu plus de visu. Will, qui n'avait pas bougé, posa enfin son regard sur la parfaite inconnue à côté d'elle. "Pseudo gothique" résonna dans sa tête comme la cloche d'une église. Cette fille n'était pas une pseudo gothique, c'était gothique tout court à ce niveau là.


Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Une entrée bien silencieuse. [Libre]   Mer 6 Juil - 3:12


Mayako était restée accroupie une bonne partie de l'échange entre cette fille et le jeune homme qui venait de l'aborder. En effet, celle ci avait pris sa défense et l'avait fait fuir. C'était assez troublant, jamais personne auparavant ne l'avais aidé. Elle se releva pour regarder qui était cette mystérieuse bienfaitrice et eu un frisson de dégoût en regardant ses cheveux. En effet, auparavant elle avait les mêmes, à la différence près que les siens n'était aussi roux qu'au soleil. Elle resta fixé sur eux quelques secondes se rappelant le passé avant de détourner le regard.

- Je suppose que je dois te remercier...

Elle n'en avait vraiment pas envie, ce n'était pas son genre de remercier ainsi les gens. Mais elle lui devait bien ça et puis, il fallait bien qu'elle s'intègre, elle ne pourrait pas rester seule indéfiniment... Elle tripota nerveusement le bout de ses gants avant de reposer le regard sur cette jeune fille. Elle la regarda de haut en bas. Au fond, elles ne semblaient pas si différente toute les deux. Celle ci avait des yeux d'un vert étonnant et semblait rayonner malgré ses vêtements sombres. Elle ne s'attarda pas sur les lunettes de la jeune fille, peut être un effet de mode... Ou un problème quelconque, après tout, Mayako portait des gants et elle sait à quel point les questions sur celles ci sont désagréables.

- Je m'appelle Mayako Okuda, je viens d'arriver.

Les mots étaient sortis de sa bouche sans qu'elle n'ai pût les arrêter. Elle entreprit de se rattraper en inventant une excuse bidon mais... A quoi bon ? Elle aurait finit par le savoir alors autant qu'elle le sache de suite.

- Et toi quel est ton nom ?

Après tout, elle n'allait pas continuer à l’appeler "Jeune fille" ou encore "Eh toi", il fallait bien qu'elle mette un nom sur son visage. Et puis, en jetant un rapide coup d'oeil autour d'elle elle pût se rendre compte que les personnes l'observant était passé de zéro à ... Combien exactement ? Elle n'en savait rien, mais cela l'intriguait. Était ce si surprenant que ça de parler avec cette jeune fille ou ils la regardaient suite à la petite scène qu'il venait de se passer quelques minutes auparavant ?

Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Une entrée bien silencieuse. [Libre]   Jeu 7 Juil - 3:51


Wilhelmina jugea qu'il était bon de se relever. Cette position, accroupie, avait tendance à lui tirer dans les cuisses et les genoux, assez vite. Et c'était loin d'être agréable, comme sensation. Donc, elle se redressa, et s'étira de tout son long. Certains os craquèrent, en un bruit plus ou moins fort, sans que cela ne la dérange aucunement. Elle sentait le regard insistant de l'inconnue dans son dos. Ah, elle était toujours là ? Elle n'avait pas commencer à fuir avec toute la cohue pour aller en cours ? Elle voulait quoi ? Un autographe ? Là tout de suite, Will n'avait pas de stylo. Mais si elle attendait un petit moment, peut être bien qu'elle pourrait lui en signer un. Non, sérieusement, pourquoi elle restait là ? En quoi une rouquine qui fait flipper les gens serait intéressante à examiner ? Et puis, quel est son pouvoir à cette gothique ?

« Je suppose que je dois te remercier », dit – elle. Ce qui surpris Wilhelmina à un point inimaginable. La remercier pour avoir fait fuir un sombre idiot ? La rouquine retint un sourire amusé, et se contenta de dévisagé cette brunette sans aucune retenue. Il faut dire que, de son côté, elle faisait pareil. Cette fille était plus grande qu'elle de cinq-dix centimètres. Sans importance. Sa chevelure était pratiquement aussi longue que la sienne, mais aussi noire que celle qu'elle chérissait avant. Le seul œil que Will voyait était aussi bleu que les profondeurs océaniques. Quand au reste de sa tenue, on aurait plus dit qu'elle se cachait plutôt qu'elle se donnait un style d'invocatrice du Diable. Ce qui était plus ou moins rassurant. Par contre, pour le coup des gants, c'était plutôt étrange, mais la rouquine ne s'y attarde pas. Il y a tellement de gens bizarres qui essaient de réduire l'impact de leur don avec des accessoires divers. En tout cas, Wilhelmina nota de ne jamais toucher les mains de cette brunette. Vaut mieux prévenir que guérir. Si ça se trouve, cette parfaite inconnue avait les mains de Midas. Flippant.

« Je m'appelle Mayako Okuda, je viens d'arriver. » dit-elle, en le regrettant tout de suite après. Pourquoi regrettait-elle ça ? Ce nom, Okuda, disait quelque chose à la rouquine, mais elle était incapable de se rappeler d'où ça venait. Peut être qu'elle l'avait déjà rencontré à une époque quand elle était encore brune. … Non, impossible. « Et toi, quel est ton nom ? » demanda Mayako, en la coupant dans ses souvenirs du passé. C'était une bonne chose qu'on la coupe dans ce genre de truc, parce que ça pouvait très vite partir en live.

« Wilhelmina Seiko, enchantée. Et pas la peine de me remercier. Si tu as besoin d'un plan, ou d'un guide, il y aura surement quelqu'un d'hyper gentil et d'hyper lèche botte qui voudra bien te faire office de nouvel ami provisoire. Moi, je suis une plaie, je te conseille pas de me demander quoique ce soit, tu vas finir par avoir des embrouilles, et tu vas t'attirer toutes les autres plaies du coin, parce que moi même je les attire. Sinon bienvenue à Nakunaru ! »
Prononça Will a une vitesse tellement impressionnante, que même elle en fut surprise. Ça faisait un petit bout de temps qu'elle n'avait pas autant parler. Peut être que ça ferait fuir Mayako. Peut être que ça l'amuserait ou l'effrayerait. Aucune idée, mais après tout elle s'en fichait pas mal. L'heure de permanence s'annonçait bien calme aujourd'hui, vu comment le hall venait de se vider. Il faut dire, avec un temps pareil, tout le monde courait dehors, histoire de prendre un bon bol d'air pur, avant de retourner, morose en cours. Oh, entre temps, ils auront fait mumuse avec leur don, pour essayer de voir lequel est le meilleur. La vie d'un adolescent est passionnante.


Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Une entrée bien silencieuse. [Libre]   Sam 16 Juil - 5:57


Mayako fût quelque peu gênée quand la jeune fille la déshabillé du regard. En effet, celle ci venait de la regarder de haut en bas et ne s'en caché pas le moins du monde. Mayako se perdit un instant dans ses pensées, encore troublée par tout ces regards sur eux. Et puis, la jeune fille prit la parole. Celle ci parla si vite que Mayako se retint de rire. Elle n'avait eu le temps de capter que quelques mots ci et là mais pensait avoir compris le sens général de sa pensée. Ainsi, elle s'appelait Wilhelmina Seiko … Elle pourra donc mettre un nom sur son visage. Néanmoins, elle se demanda pourquoi elle lui parlait de nouvel ami provisoire. Mayako n'avait aucune envie d'avoir un lèche botte collé à elle et prêt à lui expliquer le moindre mouvement de chacun. Il lui ai déjà arrivé, auparavant, de rencontrer ce type de personne qui va jusqu'à vous expliquer pourquoi celui ci mange ça, et pourquoi lui coupe sa viande ainsi. Effrayant je vous l'accorde. Et puis, elle ne comprenait pas non plus pourquoi celle ci se définissait comme une plaie, elle n'en avait pas l'air. Enfin, il faut dire aussi que l'on ne peut pas connaître quelqu'un rencontré 5 minutes avant. Elle entreprit de la remercier pour le bienvenue qu'elle venait de lui souhaiter, mais celle ci semblait déjà reparti à penser, le regard perdu dans la cour. Mayako leva les yeux au ciel, et resta quelques instants la tête en l'air, regardant ce plafond. Cette conversation était vraiment passionnante. Elle soupira et reposa son regard sur Wilhelmina.

« Ok ok, j'en prend bonne note. Mais il y a un léger problème... C'est que je n'ai vraiment pas envie d'ami lèche botte ou quoi que ce soit, et pour l'instant tu sembles être la seule fille à peu près normal. Du moins, de tout ceux que j'ai eu la chance de croiser ici. »

Mayako insista sur le mot « chance » pour lui donner une résonance ironique car, en effet, ici tous semblaient survoltés, hystériques, jetant leur sort à tout va. Tout ce qu'elle détestait. Il lui suffit de regarder dans la même direction que Wilhelmina pour avoir un parfait exemple de cela. Néanmoins, elle n'arriva pas à savoir si celle ci partageait le même point de vu qu'elle ou si au contraire elle les enviait. Mais qu'importe, après tout elle était libre de penser ce qu'elle voulait tant qu'elle ne venait pas la forcer à penser pareil.

Elle balaya le hall du regard et se rendit compte que les autres élèves avaient fini par se lasser de les regarder. Peut être attendait il un conflit ou quelque chose de passionnant à raconter aux autres ? En tout cas, ils avaient dût désespérer de n'avoir rien vu arriver, et c'était tant mieux car Mayako n'avait nullement l'intention de s'afficher ou de leur faire ce plaisir.


Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Une entrée bien silencieuse. [Libre]   Sam 16 Juil - 13:25


Le silence s'installait de nouveau entre les deux jeunes femmes. Wilhelmina aurait bien baillé tellement son ennui était mortel, sauf qu'elle n'en fit rien. Ce n'était pas poli. Non pas qu'être malpolie la dérangeait, mais cette Mayako lui inspirait pas de si mauvais pressentiments, alors bon. A quoi bon lui montrer ses mauvais côtés maintenant ? Cela pouvait bien attendre encore un peu, après tout. N'empêche que cet échange était des plus ennuyants. Le temps entre les réponses étaient tellement longs que Will luttait pour ne pas fermer ses paupières, juste histoire de se reposer un peu. Peut être même qu'elle pourrait faire la sieste... Enfin bon, sa chambre était tellement loin, qu'elle ne pouvait pas s'endormir. Et jamais de sa vie elle se poserait une partie de son corps, autre que les mains sur son bureau en classe, en contact avec les murs ou le sol de cet établissement.

Mayako reposa enfin son regard sur elle, et soupira. Eh ben voilà, elle aurait du bailler et pas se retenir par politesse. C'est ça d'être gentil, ça nous retombe toujours sur la gueule. Bon, Wilhelmina a tendance à l'exagération, certes. Mayako expliqua, d'une voix très posée en comparaison à la rouquine, qu'elle préférait ne pas avoir de lèche botte aux pattes. Et ça se comprenait au fond, parce que ce genre de personnes est juste trop bizarre. Ce qu'il y a d'encore plus étrange, c'est la phrase « Tu sembles être la seule fille à peu près normale », comme ci une rouquine dans son genre était normal. S'en était tellement comique, que Wilhelmina ne pu s'empêcher d'afficher un sourire amusés. Mais le reste de sa phrase était lourde de sens, comme si arriver ici était tout sauf une chance. Ce qui était presque le cas. Mais on s'y faisait, avec l'habitude. Quoique … Au bout de deux ans, la rouquine a du mal à se faire à certaines habitudes Nakunarienne. Avec un regard désabusé, elle regarda dans la direction de la cours, où certains abr... pensionnaires faisaient mumuse avec leur précieux don. C'est vrai que ce serait toujours plus « rigolo » d'avoir un don « amusant », mais Wilhelmina ne faisait pas parti de cette catégorie de personne. Si elle tentait de s'amuser avec son pouvoir, elle risque d'en traumatiser plus d'un. Ce qui peut être considéré comme étant divertissant, en soi. Enfin, de son point de vue seulement. Wilhelmina reposa son regard sur Mayako après quelques secondes à regarder les autres jouer, et remarqua que la nouvelle avait fait de même. Mais en sentant le regard de la rouquine sur elle, elle détourna vite le regard.

« Certes. C'est quoi ton 'don' ? »

Demanda, avec un tact inexistant, Wilhelmina à Mayako. Bon, ce serait presque une question gênante, songea la rouquine. Mais après tout, quand on est ici, c'est pour une bonne raison. Ce serait quoi l'intérêt de cacher quelque chose que tout le monde saura un jour ou l'autre ? Un truc qui est inscrit limite sur son front à partir du moment où on rentre dans cette académie. Tous les responsables le savent, tous les professeurs vont le répéter devant toute la classe, comme si c'était la plus belle chose que vous aviez rapporter dans votre vie. Voir, l'unique chose que vous avez rapporter. Mais devant le regard alarmé de Mayako, la rouquine compris bien vite que c'était peut être une mauvaise question. Ce pourquoi elle enchaina, le plus naturellement du monde :

« De toute façon, tout le monde le saura d'ici deux jours. Moi je peux m'infiltrer dans ta tête, et te rendre folle à lier tout le reste de ton existence. »

Dit-elle, en foutant ses mains dans ses poches. Peut être que le pouvoir de Mayako était de lui faire exploser la tête en deux secondes, alors il valait mieux rester prudente, et ne montrer aucun signe de «JE VAIS VOIR CE QUE T'AS DANS LE CRÂNE POUPEE ! » … Ouais, ça aurait été une mauvaise idée.


Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Une entrée bien silencieuse. [Libre]   Dim 17 Juil - 4:50


Le silence qui régnait entre les deux aurait été pesant pour n'importe qui, mais pas pour Mayako. En effet, celle ci s'y trouvait plutôt en sureté. Néanmoins, elle ne pouvait pas toujours s'y réfugier, mais quand Wilhelmina lui demande qu'elle était son don, c'est ce qu'elle préféra faire. Elle n'avait nullement envie de lui répondre... A quoi bon après tout ? Elle posa ses yeux sur ses gants et commença à en tripoter le bout nerveusement avant de relâcher sèchement ses deux mains. Non, elle ne devait pas le savoir maintenant, de toute manière, elle ne la recroiserai peut être pas. Mais justement, si elle ne la recroisai pas, elle pouvait tout à fait lui montrer. Mais d'un autre côté, elle avait eu assez d'émotions fortes pour aujourd'hui et elle n'avait aucune envie de se retrouver encore perdue dans des souvenirs atroces. Mayako était tiraillée, elle ne savait pas si oui ou non elle devait lui en faire part. Mais elle n'eut pas le temps de se décider que Wilhelmina reparlait déjà. Elle n'avait pas tort quand elle disait que tout le monde finirait par le savoir. Mayako resta un instant pensive en essayant de se convaincre que non le jeune homme quelque peu hystérique qu'elle avait touché quelques heures auparavant n'irait pas le crier partout, mais ce fût en vain. Elle soupira une nouvelle fois et d'une main agile elle retira le gant de sa main droite. Elle la regarda dans les yeux, et sans même prêter attention à ce que la jeune fille avait dit sur son propre don, elle lui dit d'une voix sur le ton du défi :

« Tu es prête ? »

Sans la quitter des yeux, elle attrapa le bras de Wilhelmina de sa main gauche, et y déposa sa main droite. Elle se sentit aussitôt envahit, comme si ce n'était pas elle qui s'engouffrait dans le domaine privé de l'autre cette fois. Elle entreprit de retirer sa main mais quelque chose l'en empêcha, peut être de la curiosité... Elle eu du mal à parcourir ses souvenirs et ne pût en retirer que quelques brides ci et là. Elle n'était plus maitre d'elle même. Et là, elle comprit ce qu'était son don. Elle comprit cette phrase que Mayako avait préférée ignorer. Elle n'aurait jamais dût la sous estimer car la douleur qui s'exerçait dans sa tête à ce moment là était si forte qu'elle chancela. Elle glissa le long du mur, et une fois assise sur le sol, elle s'adossa de tout son être sur lui. Pourtant, contrairement à ce qu'elle pensait, elle n'eut pas vraiment besoin d'y rester longtemps, la douleur finit par se disperser. Sans même prêter attention à Wilhelmina, elle remit ses gants et commença à parler.

« Je le sais pour ta sœur, ton petit frère... Crois moi, j'en suis désolé pour toi. »

Désolé c'était vite dit, mais après avoir pénétré dans son esprit, elle ne pouvait pas rester sans sentiment face à elle, face à son histoire... Ou du moins les rares détails qu'elle avait pût en tirer. Jamais elle n'avait ressentit une telle sensation, c'est comme si Wilhelmina l'avait mise dehors de son esprit. C'est une sensation troublante que Mayako espéra ne pas avoir à revivre. Et puis, après être resté quelques minutes à réarranger ses gants, elle reposa son regard sur la rouquine. Elle était encore là elle ? La plupart des gens qu'elle touchait courrait vers leurs amis pour raconter ce qu'il venait de se passer. Peut être n'en avait elle pas, ou alors elle n'en avait tout simplement envie. Quoi qu'il en soit, ça ne la regardait pas et elle s'en moquait.

Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Une entrée bien silencieuse. [Libre]   Dim 17 Juil - 5:44


D'une main des plus agile et rapide, Mayako retira son gant, ce qui valu à Wilhelmina d'avoir un mouvement de recul. Elle le savait, depuis le début, que son pouvoirs résidait dans ses mains. Qu'en un seul contact, il pouvait se produire un truc des plus bizarres. Et là, ce truc allait se produire si cette nouvelle la touchait. Peut être qu'à son contact, Wil ne pourrait plus utiliser son pouvoir et Mayako pourrait lui faire subir tout ce qu'elle a fait aux autres avant ? Soudainement effrayée, la rouquine aurait voulu reculer encore, mais son corps refusait de lui obéir, comme soudainement prisonnier de sa peur. Bizarrement, elle découvrit avec stupeur comment ses victimes ont vécu les deux dernières secondes de leur liberté avant qu'elle les rende terrorisés à vie.

« Tu es prête ? » demanda Mayako, comme si c'était une chose des plus naturelles, des plus douces. Elle allait faire quoi ? La transformer en pop corn et la dévorer lentement ? Non, ce serait stupide comme pouvoir. Quoique … Il y a des pouvoirs vraiment bizarres dans cette académie. Par exemple, il y a un gars qui se transforme en poisson. N'importe quoi. La main froide de Mayako lui attrapant le bras eu pour effet d'activer son propre pouvoir en même temps d'être vidée de l'intérieur. Comme si quelqu'un venait de rentrer dans son esprit, et lui volait, petit à petit, les moindres de ses souvenirs, jusqu'à son propre prénom. La rouquine s'accrochait tant bien que mal à l'esprit de Mayako, comme si sa vie en dépendait soudainement. Ce qui était peut être le cas au fond. Et cette fille qui lui piquait sa vie étalait la sienne dans l'esprit de sa proie. Ce qui était des plus improbable en soi, comme situation. Comme si leur pouvoir passait d'un corps à l'autre, permettant à l'une de faire subir à l'autre les méfaits de son pseudo don. Atroce.

Ce phénomène ne dura que quelques secondes à peine, mais pour Wilhelmina, ça avait semblé être une éternité sans fin. Mayako était à terre, allongée, comme morte. Sur le coup, la rouquine cru bien qu'elle l'avait tué, et elle faillit vomir tellement elle se sentait mal. Puis, comme si de rien était, elle se releva et remis ses gants. Et ce fut comme une bénédiction pour Will qui soupira un bon coup, en priant pour que cela ne recommence jamais. « Je sais pour ta sœur, ton petit frère ... » Donc son pouvoir était de lire dans le passé des gens ? Ce qui expliquait beaucoup de chose, en soi. « Crois moi, j'en suis désolée pour toi. ». La bonne blague ! Will aurait bien ri à gorge déployée, mais le cœur n'y était pas.

Mayako se concentrait pour remettre ses gants, et Wilhelmina regardait autour d'elle. De nouveau, les gens s'étaient intéressés à elle, ce qui l'agaça au plus haut point. Elle se retourna à moitié, pour faire plus ou moins face à l'assemblée. Certaines personnes préféraient baisser les yeux, comme pour faire semblant de ne pas être des grosses commères. D'autres la fixait, comme avec une once de défi, ou de curiosité. Ce qui avait tendance à l'énerver encore plus.

« Vous voulez essayer peut être ? Je vous assure qu'on peut se porter garante pour vous faire découvrir les joies de nos dons. Avec un plaisir non dissimulé, évidement. »

Expliqua, lentement, Wilhelmina, en détachant chaque syllabe de cette phrase pour faire peser encore plus lourd le poids de ses mots. Son visage, pourtant angélique, fixait les pensionnaires, qui ne savait pas trop quoi penser. Certains gardaient pour autant leur air de défi. Les yeux émeraudes de la rouquine, blasés, reposèrent leur attention sur Mayako qui n'avait toujours pas bougé. Tiens, elle ne courait pas partout en disant « A l'aide, je suis avec une folle ! A l'aide ! Sauvez moi ! ». Elle valait peut être plus le coup que les autres, après tout. Baissant le ton, elle fixa le seul œil qu'elle voyait de la fausse gothique et lui dit :

« On est quittes, vu que tu m'as aussi donné tes souvenirs. »

Dit-elle, le plus simplement du monde. Comme si cet affreux échange de pouvoirs ne lui avait pas donné la pire des migraines, comme si sa vie ne venait pas d'être étalée à une parfaite inconnue qui mimait de prendre pitié en elle. C'est beau la vie à Nakunaru, non ?


Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Une entrée bien silencieuse. [Libre]   Dim 17 Juil - 12:15


Mayako l'avait écouté parler pendant qu'elle se remettait de ces émotions. Comment leurs dons avaient ils pût se mélanger de la sorte ? C'était une expérience des plus bizarres qu'elle préférait ne pas retenter de si tôt... Bien que les deux ensembles pouvaient faire des ravages. Enfin, si elles arrivaient à s'entendre, ce qui n'était pas gagné vu la réaction que Wilhelmina venait d'avoir suite à sa phrase... En effet, celle ci venait littéralement d'éclater de rire. Même si Mayako ne pouvait pas lui en vouloir car elle même ne croyait pas à sa propre désolation, elle en prit un coup. Néanmoins, elle ne pût s'empêcher de sourire quand la rouquine proposa à tout ces curieux de leur montrer leurs dons combinés. Il est vrai que cela pourrait avoir un petit côté comique... Mais aussi dangereux. On ne sait pas ce qu'il pourrait se passer quand celui ci est exercé sur quelqu'un d'autre qu'elles mêmes. Et puis, Mayako était une solitaire, pourquoi se mettrait elle à avoir des amis et peut être même, à former un duo maintenant ?! Non non, ce n'était pas son genre.

Une fois ses gants correctement ajustés, Mayako se releva. Elle ne prit pas la peine de regarder les personnes les entourant, elle savait très bien ce qu'ils pensaient, c'était évident. Elle se retint de soupirer une nouvelle fois, mais elle fut attristée à la simple idée qu'une fois de plus ils allaient tous fuir. Elle commençait à en avoir plus qu'assez de tout ce cirque. Elle sourit quand Wilhelmina lui annonça qu'elles étaient quittes vu qu'elle aussi connaissait ses souvenirs. C'était la première fois qu'elle se trouvait confronté à son don... Et elle préférait le prendre avec le sourire, après tout, à quoi bon s'énerver ? Pourtant, au fond d'elle, Mayako se sentit un peu gênée, peut être même un peu souillée. Quel souvenir avait elle perçue ? Sa "fugue" ? Son enfance ? Ou une tout autre période... ? Elle n'osait pas le demander. De plus, elle finirait pas le savoir, c'était désormais gravé dans ses souvenirs, il lui suffirait d'y faire un tour un jour. Enfin, si elle osait la retoucher, car après ce qu'il venait de se passer, elle n'en avait plus vraiment envie.

La sonnerie annonçant la fin du cours pour certain, et la fin de la permanence pour d'autre, retentit en faisant sursauter Mayako. Elle sortit aussitôt de ses pensées, et tout en restant collé au mur, elle regarda toute ces personnes se déverser dans le hall. Elle jeta un rapide coup d'œil à l'horloge et après quelques secondes de réflexion elle décida, une fois de plus, qu'elle n'irait pas en cours. Après tout, les mathématiques c'est vraiment trop ennuyeux. Elle préférait tout autant rester là à "parler" avec Wilhelmina ou à explorer l'école, au moins ça lui serait utile. D'ailleurs, elle fût surprise de ne pas voir la rouquine bouger d'un pouce. Elle n'avait pas cours ou elle non plus ne souhaitait pas y aller ? Elle hésita un instant et prit quand même la décision de lui demander.


« Tu ne vas pas en cours avec tes... Amis ? »


Elle avait prononcé ce dernier mot avec une touche de dédain, en effet, que signifiait vraiment le mot « ami »? Quel sens avait il ? Pour elle c'est quelque chose de futile, un statut que l'on attribue à n'importe qui. Mais peut être que pour elle c'est quelque chose de plus fort. Et puis, c'était d'ailleurs étonnant que celle ci n'aille pas en cours, après tout, elle en avait bien la tête. Mayako prit le temps de regarder son visage et ne pût s'empêcher de penser que celle ci ressemblait vraiment à une petite intello.

Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Une entrée bien silencieuse. [Libre]   Lun 18 Juil - 4:07


La sonnerie retentit, comme le gong sonnant la guerre. Un rictus de dégout sur les lèvres, Wilhelmina ne savait pas si se rapprochait de Mayako, risquant de nouveau un mélange de pouvoir effrayant, ou si elle restait comme elle était, bouchant le passage, frôlée par des centaines d'adolescents bourrés d'hormones sexuels. Elle n'eut pas le luxe de beaucoup réfléchir car la nuée l'oppressa plus vite que prévu. Le brouhaha sonore était à la limite du supportable pour quelqu'un de normalement constitué, alors pour la rouquine s'en était insupportable. Elle se mordit les lèvres pour s'empêcher de gueuler à tout le monde de baisser d'un octave. Après tout, si elle le faisait, personne ne l'entendrait, et encore moins l'écouterait. User de l'énergie inutilement ne faisait pas parti de son domaine d'action.

Le cours suivant, quel était il ? Wilhelmina ne s'en souvenait pas. Il faut dire qu'elle ne cherchait pas spécialement à s'en rappeler. A chaque fois qu'elle allait en cours, c'était machinal, elle ne réfléchissait pas vraiment à autre chose que ce qu'elle allait manger après. Fixant un point invisible, Wilhelmina se demandait ce qu'elle faisait : Soit elle allait en cours comme un mouton, soit elle restait avec Mayako à bavarder comme des zombis sans aucun intérêt particulier. Ce qui était en soi, beaucoup plus intéressant que le cours de maths. Ah mais voilà ! C'est ça le cours qu'elle était entrain de sécher ! Les maths.

Mayako semblait avoir eu la même idée : Aller en cours, c'est le mal. Ou alors, peut être qu'elle n'avait pas encore cours. Ce qui était vachement inégal quand on sait que la plupart des nouveaux arrivants n'avaient pas le temps de déposer leur bagage qu'ils tombaient déjà dans la spirale infernal de l'éducation. Enfin, ce fut le cas pour la rouquine à son arrivée du moins. « Tu ne pas en cours avec tes … Amis ? » demanda t-elle. Un sourire amusé se dessina sur les lèvres de la rouquine. Aller en cours ? Avec des « Amis » ? Ces choses inutiles qui se servent de vous pour réussir le contrôle de japonais ? La bonne blague. Même Mayako semblait douter du sens exact de ce terme, ce qui lui rajoutait un point commun avec Wilhelmina.

Comme pour essayer de trouver une réponse sur son visage, Mayako l'examina avec attention, ce qui eu pour effet de la gêner légèrement. La rouquine détourna le regard pour le poser sur l'horloge mural qui indiquait l'heure. Les couloirs étaient redevenus calmes, et parler fort aurait eu pour effet d'attirer les indiscrets dans leur conversation. Ignorant totalement la question que Mayako venait de lui poser, Wilhelmina reposa son regard émeraude sur elle avec un sourire au coin.

« Tu veux pas visiter un peu cette Académie ? »

Puis, sans lui laisser le choix, elle prit le poignet et l'entraina avec elle. Contrôlant plutôt bien son pouvoir, Mayako n'avait rien à craindre d'une nouvelle intrusion dans sa tête. De toute façon, Will ne serrait pas fort, donc si elle était trop gênée, la brunette se détacherait elle même de l'emprise de sa guide « improvisée ».


Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Une entrée bien silencieuse. [Libre]   Mar 19 Juil - 9:06


Mayako remarqua à peine la gêne qu'elle avait cause à Wilhelmina en la dévisageant tant elle était absorbé par la scène qui se passait derrière elle. Deux personnes semblaient s'affronter à coups de … Dons. En effet, aucun ne se touchait mais leur souffrance, leurs mouvements ne trompaient pas. Elle remarqua également les personnes alentours qui misait sur le gagnant et sur le sort du perdant. Dans quels états finiraient ils ? Mayako finit par se perdre dans ses pensées, se demandant si elle aussi un jour elle se retrouvait là, à faire des paris, à crier, à s'extasier. Un frisson la parcouru, elle ne l'espérait pas en tout cas. De toute manière, qui pourrait bien s'intéresser à une fille comme elle ? Et qui pourrait venir lui parler ? Personne à coup sûr. Elle reposa son regard sur la rouquine et se surprit à penser qu'elle avait peut être d'arrières pensées, un bizutage ou quelque chose dans le genre. Elle la regarda encore quelques secondes et finit par se convaincre que non, ça ne pouvait pas être son genre. Wilhelmina lui ressemblait dans de nombreux points et elle n'avait rien à y gagner à la trahir... Sauf peut être voir tout son passé étalé au grand jour, mais elle doutait qu'elle apprécierait. D'ailleurs, quand cette dernière lui proposa de visiter l'Académie elle n'eut pas le temps de répondre. En effet, elle l'avait attrapé par le bras, sans trop la serrer, et l'avait tiré derrière elle. Mayako admira la force avec laquelle elle réussissait à canaliser son don. Pendant une seconde elle avait craint qu'elle ne s'introduise encore dans son esprit, mais elle ne semblait pas en avoir l'intention et c'était tant mieux. Alors, tel un enfant en bas âge, elle la suivit sous les regards curieux des commères qui se demandaient où deux filles comme elles pouvaient bien aller.

Elle parcoururent ainsi tout le hall et sans même savoir où elles se rendaient, Mayako la suivait confiante. Les murs autour d'elles défilaient à une allure folle et à plusieurs reprises elle manqua de trébucher et de s'étaler. Mais tout en évitant de bousculer quelques rares personnes, elle essaya de parler.

« Attends... Wilhelmina où...allons... nous ? »

C'était bien plus difficile de parler, en étant concentrant sur les alentours, qu'elle ne l'aurait cru, mais elle ne pouvait pas continuer à avancer de la sorte sans même savoir où elle se rendait. Qui sait, elle allait peut être l'emmener dans un vieux placard à balais tout délabré et la laisserait croupir là bas, ou alors elle la tuerait dans un coin sombre de l'école. Rien qu'à cette idée elle en eu un frisson. C'était impensable, cette fille paraissait bien trop calme pour ça. Enfin, après il est vrai que les apparences peuvent être trompeuses, mais les quelques brides de passés qu'elle avait pût entrevoir lui assurait que non.

Elles finirent par arrêter leur course effrénée au détour d'un couloir. Mayako appuya ses deux mains contre un mur et respira à coups de grandes inspirations. Enfin ! Elle n'en pouvait plus d'avoir couru de la sorte. Elle attrapa son sac tombé à terre et le cala sur son genoux. Elle en ressorti un mouchoir et se tamponna le front, épuisée. Elle enleva également ses gants qui désormais lui tenait trop chaud. En effet, ici à part Wilhelmina elle ne risquait pas de s'introduire dans le passé de d'autres, et aucune des deux n'avaient envie de recommencer cette expérience. Et puis, elle jeta son mouchoir et ses gants dans le sac avant de repositionner celui ci sur son épaule et d'interroger Wilhelmina qui semblait perdue dans ses pensées.


« Hum, où sommes nous exactement ? »

Mayako jeta un coup d'oeil autour d'elle et se rendit compte qu'elles étaient entourés de portes. Elle s'approcha de l'une d'elle « Mathématiques ». Décidément, cette matière la suivait vraiment partout ! Elle continua de marcher le long des portes et pût lire le nom de différentes matières tout inscrite en lettre d'or sur une plaque de zinc. Elle allait approcher sa main des plaques quand la voix de Wilhelmina la fit sursauter. Elle l'avait complètement oubliée!


Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Une entrée bien silencieuse. [Libre]   Mer 20 Juil - 2:31


Wilhelmina traversait toute l'académie en courant presque. Pour les autres détenteurs de dons, elle devait surement passer pour une tarée. Ce qui devait s'accentuer encore plus quand on voyait qu'elle trainait quelqu'un derrière elle. Et ce quelqu'un se nommait Mayako Okuda. Toutes les deux passèrent en coup de vent dans le hall, sans y prêter grande attention. Les bureaux d'administration et compagnie, la nouvelle les trouveraient bien toute seule. Ce n'était pas comme ci les énormes plaques en zinc représentant les « BUREAU DES CPE » ; « BUREAU DU PRINCIPAL » ; « BUREAU DU ... » étaient invisibles. Même un aveugle aurait su leur place tellement elles étaient imposantes ! … Peut être pas après tout, mais Wilhelmina n'allait pas s'attarder sur ça tellement cela était inintéressant. A vrai dire, elle ne trouvait rien d'intéressant à faire visiter. Les cantines ? Trop dégueulasse. Les chambres ? Trop loin. Le placard à balais du concierge où il se passait des trucs louches ? Trop occupé.

Instinctivement, la rouquine se dirigeait vers les couloirs où se déroulaient les cours. Après tout, n'était-ce pas l'endroit plus important à connaitre quand on venait d'arriver dans un nouveau lieu d'éducation scolaire ? Le lieu où défilaient les professeurs pour étaler leur savoir, Ô combien si important et intéressant, était une chose essentielle à savoir pour s'y rendre … Ou le fuir. Ou alterner les deux périodes. La voix essoufflée de Mayako lui fit esquisser un sourire amusé, mais elle ralentit légèrement quand même. La pauvre enfant manquait cruellement d'entrainement physique, songea Wilhelmina en retenant un rire amusé. Il est vrai que pour survivre comme il se doit dans cette étrange académie, il fallait avoir une endurance hors de commun. Tout d'abord pour fuir les ennuis, et ensuite pour les rattraper. Il faut donc, aussi, savoir contrôler ladite endurance, pour éviter la seconde étape. C'était mieux, effectivement.

Les deux acolytes de fortune s'arrêtèrent, plus ou moins essoufflée d'une à l'autre, une fois arrivée à bon port. Wilhelmina se remis bien vite de ses émotions, alors que Mayako semblait avoir tapé le sprint de sa vie. Ce qui était d'autant plus amusant. On aurait presque dit qu'elle suffoquait, ce qui était un peu moins drôle. Mais Wilhelmina se cacha bien de montrer un quelconque remord. Bref. Elle fixait la brunette sans rien dire, analysant presque les moindres de ses mouvements. Les deux étaient silencieuses, ce qui était une bonne chose. Après tout, au moindre bruit, tous les prof de ce couloir sortiraient faire une démonstration de leur pouvoir. Alalala, les gens d'ici, tous des vantards. « Où sommes nous ? » demanda la voix intriguée de la voleuse de souvenirs. Wilhelmina reposa son attention sur elle, et remarqua qu'elle avait enlevé ses gants. A noter : Aucun contact avec ses mains. Sauf que la rouquine n'eut pas le temps de s'attarder sur ce détail qu'elle en nota un autre d'autant plus important : Mayako s'approchait beaucoup trop près de certaines portes. D'un mouvement rapide mais silencieux, Wilhelmina se retrouva à côté de la nouvelle et l'arrêta en lui touchant l'épaule.

« Je ne te conseille pas d'essayer, ne serait que toucher, une de ces portes. Certains prof ont des dons bizarres, et te flaire à des miles pour te forcer à aller en cours. Enfin, si tu es intéressée par … Wil s'arrêta un instant pour lire la plaque par des cours de physique quantique, je t'en pris. »

Voyant le regard et le geste de recul de Mayako, Wil compris qu'elle l'avait convaincu de ne rien faire de ce qu'elle voulait faire. Prendre le risque de se retrouver un cours ? Ah, la bonne blague. Wil remarqua qu'elle avait totalement lâché l'image « intello », qu'elle donnait à tout le monde, depuis qu'elle était avec Mayako. Ce qui la surpris elle même, mais elle se garda de commentaire. Premièrement parce qu'elle n'en voyait pas l'intérêt, et deuxièmement parce qu'un prof venait d'ouvrir sa porte et les fixait. Le prof de maths, évidement. Quelle plaie celui là. Wil était prête à reprendre son attitude de première de la classe, avec son sourire niais, ses grands yeux pétillants, et son attitude irréprochable. « Je fais visiter notre académie à cette nouvelle arrivante, bien sur ! » Ce qui n'était pas faux en soi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Une entrée bien silencieuse. [Libre]   Jeu 18 Aoû - 19:09


A peine le son de la voix de Wilhelmina avait il retentit que la main de Mayako c'était éloigné de la plaque. En effet, elle n'avait aucune envie de se retrouver en cours de physique quantique à écouter un prof barbant expliquer pourquoi tel ou tel atome ou se déplace de la sorte. Et puis, elle ne savait pas ce qu'il pouvait se passer si elle touchait ses plaques, après tout, cette école est loin d'être comme les autres. Elle s'abstiendrait donc. Mais Wilhelmina avait à peine finit de parler que déjà une des portes c'était ouverte laissant ainsi apparaître un homme de grande taille d'âge mûre et exprimant un sentiment à la fois de lassitude et de colère. Mayako jeta un coup d'oeil à sa compagne de fuite, et se rendit compte qu'elle avait prit un tout autre air. Celle-ci n'était plus la jeune fille qui était amusée de la voir essoufflée et l'avait sauvé des cours, non, maintenant elle ressemblait plus à une première de classe. Oui, c'était ça, elle ressemblait à tous ses intellos que Mayako avait connu jusque là et qui faisait tout pour la trainer en cours. Elle manqua de grimacer mais se dit que peut être que son attitude les sauverait toutes les deux, alors examinant sa posture, elle essaya de prendre la même. Celle-ci était légèrement cambré, le buste ainsi mis en avant et les bras accrochés l'un à l'autre dans son dos. Ses pieds étaient parfaitement parallèles et, sa tête se contentait d'être droite, le regard fixe.

Mayako se rendit compte du ridicule de la situation quand le professeur en question la fusilla du regard. Elle rabattu alors ses bras le long du corps essayant ainsi de prendre une pose plus naturelle, ce qui fût peine perdue vu qu'elle avait juste l'air penaude. Durant quelques secondes, elle entreprit même de partir en courant, mais dans ce genre d'endroit, il est inutile de fuir, on finit toujours par être rattrapé. Alors elle se ravisa et son regard passa de Wilhelmina au professeur. Mais, professeur de quoi exactement ? Elle essaya de se hisser sur la pointe de ses pieds, sans se faire remarquer, pour regarder la plaque, mais se déplacer sur le côté fût finalement plus payant. Elle s'abstint de soupirer en se rendant compte qu'il s'agissait d'un cours de mathématiques. Cette matière la poursuivait-elle ?! Et puis, se rappelant que c'était précisément le cours qu'elle devait avoir, elle pria pour que ce ne soit pas son professeur. Enfin, avec la chance qu'elle avait, c'était évident que ça le serait.

Mayako resta un moment à écouter l'échange entre Wilhelmina et le professeur de mathématiques, tout en se demandant lequel céderait le premier, si sa tête tenait jusque là. En effet, les répliques sonnaient comme des balles fusant d'un adversaire à l'autre et, Mayako posait son regard sur l'adversaire à chaque réplique, se demandant ce que celui-ci pourrait trouver à répondre. Et chaque fois, la réplique sonnait dans la seconde suivante l'obligeant ainsi à tourner la tête brusquement pour ne rien louper du visage imperturbable de l'autre. Mayako n'aurait sû combien de temps avait duré l'échange, mais il avait eu pour effet de refaire entrer le professeur dans sa salle de cours. Elle sourit alors en se tournant vers Wilhelmina tout en se massant la tempe
.

« Tu m'as... Bluffé! Jamais je ne t'aurais cru capable de telles répliques, je m'incline. »

Mayako était sincère, elle n'aurait jamais pensé que celle-ci possédaient une telle répartie et, elle-même n'en aurait pas été capable, alors elle ne pouvait que s'incliner. Enfin, au sens figuré bien sûr, car elle n'avait aucune intention de s'agenouiller face à elle, question de principe... Ou d'orgueil, allez savoir. Mais tout en souriant, elle revint vers Wilhelmina, s'éloignant ainsi de cette porte vers laquelle elle s'était reculé durant l'échange des deux et, à laquelle elle avait prit le soin de ne pas s'appuyer pour ne pas se retrouver avec un deuxième professeur furieux prêt à les massacrer sur-le-champ.

Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Une entrée bien silencieuse. [Libre]   Ven 23 Sep - 5:14


    Wilhelmina enchaina les répliques cinglantes, mais toujours avec une politesse incroyable, pour répondre aux questions piquantes du prof de maths. « Puis-je savoir ce que tu fais là Mlle Seiko ? », évidement, il ne l'appelait pas par son prénom, c'était trop compliqué. « Et cette nouvelle, elle ne pourrait pas faire cours avec nous ? » Ben oui, bien sur. Pathétique comme répartie. « D'ailleurs, pourquoi nous n'avons pas été prévenu ? ». A cet instant, Wilh faillit répondre quelque chose comme « Mais qu'est ce que j'en sais, je cherche juste à sécher votre cours, abruti. », mais elle se retint, préférant de loin adopter une attitude « lèche botte » qu'une attitude « so0oo r4bel ». S'en était tellement plus drôle, de voir l'air déconcerté du prof qui ne pouvait rien dire contre elle. Cette échange verbale dura une dizaine de minute, avant que l'adulte, excédé, retourne à sa salle pour calmer le brouhaha qui s'était déclenché depuis un petit moment. Et sur un dernier regard terriblement noir, il ferma sa salle de cours. Wilhelmina se détendit seulement après une trentaine de seconde.

    S'appuyant contre un mur, elle se laissa aller un peu à la détende, en se massant légèrement les tempes. Qu'est ce qu'ils étaient lourds ces adultes a toujours vouloir avoir le dernier mot juste gonfler leur fierté et leur égo démesurés. Comique, n'est ce pas. Enfin, du point de vue de la rouquine, c'était plus blasant qu'autre chose. Surtout que cela était quotidien. La voix de Mayako rappela à Wilh qu'elle n'était pas seule. Reposant son regard sur la brunette, cette dernière lui dit a quel cet échange était bluffant. Elle rajouta même « Je m'incline ». Ce qui eu pour effet de faire sourire la rouquine, avec une expression vraiment sincère. Même si Mayako ne s'inclinait pas vraiment -ce qui était rassurant, ça aurait été beaucoup trop gênant cette situation-, Wilhelmina était plutôt touchée, surtout vu la manière très franche avec laquelle ce compliment avait été prononcé. Une fois que la nouvelle se fut rapprochée de son « guide » improvisé, ce dernier prononça -à voix basse :

    « Bon, on passons au lieu suivant. »

    Sous entendant très fortement « Avant qu'on se fasse encore avoir par un autre de ces professeurs trop curieux ». Avec un léger rictus dégouté à cette pensée, Wilhelmina secoua sa tignasse rousse. Puis, elle s'élança dans les couloirs, en marche plutôt lente, flânant plus qu'autre chose.

    « Tu veux visiter quoi ? Appartements ? Cafét' ? »

    Demanda t-elle en se hissant à la hauteur de Mayako. Wilhelmina ne savait pas vraiment quoi faire « visister » à la nouvelle. Après tout, il y a des trucs qu'elle même ne savait pas où s'était, trouvant leur existence inutile.



Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé



Message Sujet: Re: Une entrée bien silencieuse. [Libre]   Aujourd'hui à 1:27




Revenir en haut Aller en bas
 

Une entrée bien silencieuse. [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nakunaru Academy :: 
Archives
Archives
 ::  Bye Bye... :: RPs
-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com