www :: CONTEXTE
www :: REGLEMENT
www :: LE PAS A PAS
www :: AVATARS/POUVOIRS PRIS
www :: METIERS
RPs/demandes libres
Rien pour le moment


NOMS

POUVOIRS
Nakunaru Academy

Partagez | 
 

 Un ptit air de musique? [P.V. Miko T.CHASE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

Invité


Message Sujet: Un ptit air de musique? [P.V. Miko T.CHASE]   Lun 13 Juin - 14:26


Il était encore très tôt le matin quand Hikaru déambulait dehors, sa guitare sur le dos. Depuis qu'il est ici, il ne sort jamais sans guitare. On ne sait jamais, l'inspiration arrive toujours n'importe quand, et il adore jouer en plein air. Ça donne toujours un certain public, plus ou moins con et plus ou moins niais. Mais souvent, les avis sont positifs. Après, le tout était de trouver un coin plus ou moins tranquille afin de jouer. Mais ce n'est pas de tout repos. Il y a beaucoup de monde ici. C'est pas d'ici 2 minutes qu'il allait trouver un endroit...Le truc bien, c'est qu'il entendait beaucoup de gens parler, et du coup, il absorbait de plus en plus de timbres de voix différents. Oui, c'est vraiment drôle comme pouvoir ! Et comme il connait la voix de tout le monde, il peut facilement reconnaître qui est qui ou si il a déjà parlé avec. Mais vu qui'il parle rarement avec les gens...En même temps, on l'aborde que très rarement. Disons qu'il n'attend que ça. Il commence à être habitué à rester assez seul, même si ça commence à l'ennuyer un peu. Et puis, cela ne l'empêche pas de faire des conneries.

A force de marcher, il finit par trouver un coin un peu plus tranquille. Une sorte de banc en pierre, bien taillé. Il n'y a pas forcément grand monde qui passe par la. C'était l'occasion. Alors qu'il faisait très beau il y a quelques temps, les nuages commençaient à faire leur apparition. Le Soleil disparaissais peu à peu. Mais les gens restaient, ce qui est plutôt intéressant, car d'habitude, ils prennent leurs jambes à leur cou. Enfin, cela lui inspirais bien une petite chanson. Il enleva l'étui de la guitare de son dos, et le posa sur ses genoux. Il sortit enfin l'instrument. Ah, surprise, c'était la guitare acoustique. Il ne sait jamais à l'avance quel instrument il peut bien trimbaler dans l'étui. Et heureusement, c'était cet instrument. Ça allait bien avec ce qu'il voulait jouer. Il se positionna bien, et au moment ou il allait commencer, il se fit interpeller.


"Excusez moi jeune homme, vous ne comptez pas jouer ici?"

Au départ, Hikaru pensait que cette femme avait peur qu'il joue une musique qualifiée de "brutale". C'est vrai qu'il y avait beaucoup de gosse, et le Metal, c'est pas pour eux. En même temps, comment lui en vouloir? Il était habillé pour. Au pieds, des sortes de bottes, un jean bleu marine troué, un T-shirt noir avec une veste de la même couleur, avec des chaînettes un peu partout et un bracelet de force à la main droite. Malheureusement, il se sentit obligé de lui répondre.

"Eh bien, si, pourquoi?"

"Ah mais non, vous savez, bah, c'est interdit, et puis euh y'as des enfants, et aussi baaah..."

On voyait très facilement qu'elle mentait. car il avait déjà vu des musiciens ici. Il posa lentement sa guitare et se leva devant elle. Il restait calme, mais voulait quand même la faire partir. Et quoi de mieux que la faire flipper un peu? Il se racla un peu la gorge, et en prenant la même voix que la femme, il se mit à lui répondre.

"Eh bien, sinon ça va, vous ne mentez pas trop? Aller, je vous conseille de vous barrer, sinon vous aller bientôt savoir on appelle ce que j'ai au poignet un "bracelet de force".

Visiblement choquée et épouvantée, elle se barra sans demander son reste. Sans plus de cérémonie, il se réinstalla, et commença à jouer et à chanter sa chanson, avec le même air de guitare et la même voix que le chanteur.









{Musique : http://www.youtube.com/watch?v=cHlf08yTPiU }

Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Un ptit air de musique? [P.V. Miko T.CHASE]   Mar 14 Juin - 12:06


Les musiques défilaient dans mes oreilles. Mon I Pod était allumé. J'étais allongée sur le lit. Le sommeil ne voulait pas de moi. Aujourd'hui, personne n'avait voulu de moi. C'était un de ces jours qui me font déprimer. Qui me traînent au fond, dans l'ombre. Et je m'y perds. Je ne cherche même pas à retrouver la lumière. Je me laisse me noyer dans ma misère, entre les paroles tristes des chansons de mon répertoire. Mais au fond, je sais très bien qu'il ne faut qu'attendre. Attendre un peu, et le sourire reviendra. J'avais beau fermer les yeux, je ne parvenais pas à m'évaporer dans le monde de l'inconscient. Je ne pouvais pas aller me réfugier. J'étais obligée de rester sur ce monde cruel. Enchaînée. Prisonnière. Mélancolique et affligée. D'où venait toute cette tristesse ? Sûrement de mon enfance. De cette enfance qui aurait pu être parfaite, mais qui n'avait été que déception. Déception. Je m'étais toujours acharnée à rester la meilleure, et malgré tout, mes parents ne me voyaient que comme une déception. Belle enfance, n'est-ce pas ? Être tout le temps rabaissé par ses propres parents. Avoir l'impression d'être une erreur. Se faire briser ses rêves. Et tout ça remontait. Les blessures étaient à nouveau ouvertes. Il fallait que ça sorte. Il fallait que toute cette rage accumulée au fil des années s'extirpe de mon corps. Alors je chantais. Je murmurais. Je hurlais.
Il fallait que je sorte. Il fallait que je respire. Je mis mon I Pod dans ma poche et enfilai une petite veste. Partir. Cette idée m'avait suivie depuis ma naissance. Partir de chez moi. M'enfuir. Et ne plus jamais revenir. Bien-sûr, là, c'était différent. L'Académie me plaisait et je ne voulais pas la laisser. Mais il fallait que je sorte de cette chambre déprimante, si petite et si sombre. La porte se ferma derrière moi, gardant avec elle toutes mes peines. Elles s'en iraient pendant mon absence. Comme toujours. Les couloirs filèrent sous mes pieds. Puis je me retrouvai dehors. L'air libre. Je me dirigeai vers la grande cour, histoire de voir s'il y avait du monde que je connaissais. Alors que j'avais repéré un groupe potentiel de gens à squatter, un mouvement attira mon attention, rien qu'une fraction de seconde. Tu sais, ce genre de détails que tu regardes, mais qui te sont complètement égaux. Des trucs dont tu te fous royalement. Donc tu te reconcentres sur ton objectif. Et après le temps que tu captes ce que t'as vu, deux secondes environ, tu re-tournes la tête dans la direction de l'évènement et tu fais vraiment attention à ce qui se passe. Il s'est passé exactement la même chose. Un gars s'était assis - c'était le mouvement qui avait éttiré mon attention - puis une meuf l'aborda, histoire de le faire dégager de là où il venais de se poser. J'entendis vaguement ce qu'elle dit, mais j'avais compris qu'elle voulait le jarreter de là où il était. Ce qui, d'ailleurs, était purement injuste. Je ne voyais pas le gars de face, mais je savais qu'il avait parlé. C'était presque inaudible. Mais un mot m'était parvenu aux oreilles. Un son, en fait. Je ne savais même pas ce qu'il avait répondu. Involontairement, je me suis approchée des deux gens, mode discretos, et j'ai tendu l'oreille.

    Ah mais non, vous savez, bah, c'est interdit, et puis euh y'as des enfants, et aussi baaah...

    Eh bien, sinon ça va, vous ne mentez pas trop? Aller, je vous conseille de vous barrer, sinon vous aller bientôt savoir on appelle ce que j'ai au poignet un "bracelet de force".

Géant. Extra. Juste ... WAHOU. Excellent. Trop cool. La meuf prit un air limite terrorisé et se barra en courant. Perso, j'étais en train de rire. Pas comme une psycopathe non plus, ce qui arrivait souvent. Mais ce que je venais d'entendre m'avait un peu redonné mon sourire habituel. Et faut avouer que le gars était un pro de l'imitation. Respect. Le mec se rassit, prit sa guitare acoustique et commença à jouer quelques notes, accompagnant la musique avec une voix que j'aurais jugée de ... Extra aussi. J'aurais pu m'envoler. Cette chanson suffisait à elle seule à me libérer. Toute cette opression qui s'était accumulée sur mes épaules se désagrégeait. Il faisait beau. Il faisait chaud. A nouveau. Je fis un petit détour par la gauche, histoire de voir à quoi ressemblait l'artiste. Discrète quand même. Quelques dizaines de secondes plus tard, j'étais à peu près en face de lui, éloignée de quelques pas, juste sous un arbre. Je m'appuyai dessus, étant donné que je n'avais pas l'intention de partir. Bien au contraire. J'ai fait abstraction de tout ce qui se trouvait autour de moi pour ne me concentrer que sur la musique et le joueur.
En parlant du joueur, je pris un peu de temps pour l'examiner. Ce n'était pas la première fois que je le voyais à l'Académie, mais je ne connaissais pas son nom. Il était discret. Si on ne comptait pas son look Goth-Emo-Punk, qui ne passait pas du tout inaperçu. Style que j'affectionnais tout particulièrement d'ailleurs. Ses cheveux bruns mi-longs lui tombaient sur le visage, et je ne voyais presque pas ses yeux. Mystérieux. Beau. Sûrement grand et fort. Flippant. Tout ça pouvait se résumer en un mot : parfait. Quand les dernières notes filèrent dans les airs, je m'approchai lentement du mec, avec mon air d'innocente gentille. J'avais déjà eu affaire avec des psychopathes qui croient que tout le monde leur veut du mal, alors je préférais prendre des précautions.

    Eh, monstrueuse ton imitation. Respect. Dis, c'est quoi que t'as joué ? Ça me dit quelque chose, mais j'ai zappé le nom.

C'était juste histoire "d'établir le contact" tu vois. En fait, j'avais une autre idée derrière la tête. Une idée qui me plaisait bien. Vachement bien ...


Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Un ptit air de musique? [P.V. Miko T.CHASE]   Mar 14 Juin - 14:39


Même une fois la greluche éliminée, il se sentait toujours observé, comme épié. Mais cette fois, ce n’était pas désagréable, il ne ressentait pas de négativité. Non, il n’est pas drogué pour pouvoir ressentir ça. C’est juste une habitude qu’il a prit, il peut sentir les regards sur lui, car en même temps, pas énormément de gens prêtent attention à lui d’habitude. Enfin, sauf quand il joue de la musique. La, il sent dans l’air que les avis sont mitigés, entre les envies de l’applaudir et de prendre sa guitare pour la fracasser au sol, et ne laisser que son cadavre devant lui, encore sous le choc, les bras ballants, impuissant. Ce la ne lui est encore jamais arrivé. Mais vaut mieux pas que cela lui arrive en même temps. Passer sa vie en prison pour homicide volontaire et non prémédité, c’est pas vraiment le but premier qu’il a dans sa courte vie. Il était tout de même intrigué. En continuant de jouer et de chanter, il leva un peu les yeux, et il voyait un peu plus loin une fille, une adolescente, sans doutes la quinzaine. Il n’y prêta pas plus attention par la suite. C’est souvent dans cette tranche d’âge qu’en plus d’être blessant, ils disent une chose à la fois cruelle mais véridique. Et franchement, il n’aimerait pas trop avoir à s’énerver. Pas aujourd’hui, la vie est trop belle. Et puis, faire chier les gens, il adore. Sa journée commençait on ne peut mieux. Sa chanson touchait à sa fin quand il s’aperçu que la jeune fille arrivait vers lui. Non, ça devait être une de ces coïncidences foireuses. Vous savez, celle ou on a l’impression que quelqu’un nous parle, alors qu’on parle à la personne qui est devant ou derrière nous. Et le pire, c’est quand on répond. Pardon de le dire, mais on passe pour le pire des abrutis. Bref, c’est à la fin de cette pensée vagabonde que se termina son morceau. Il se demanda ensuite quelle musique il allait bien pouvoir jouer. Il réfléchit pendant deux minutes, et leva la tête, pour voir un peu l’environnement dans lequel il était, ça l’aide souvent à trouver le thème à utiliser pour chanter. Mais la, la fille était devant lui. Il lui aurait presque demandé de se casser, mais bon, vu son air, elle ne semblait pas lui faire de mal. Elle faisait quand même vachement son âge, que ce soit au niveau des formes qu’au niveau de la gestuelle, de la taille…Tout en elle lui rappelait l’adolescente typique de 15-16 ans. Ne croyez pas qu’il hait les ados hein, juste les gosses. Il reste quand même assez distant. Toujours se méfier d’eux. Et c’est la qu’elle l’aborda.

Eh, monstrueuse ton imitation. Respect. Dis, c'est quoi que t'as joué ? Ça me dit quelque chose, mais j'ai zappé le nom.

La, il ne savait plus trop quoi en penser. Mais il savait quelle musique jouer. Donc il n’allait pas se priver. Il commença rapidement à faire la cover de cette musique { http://www.youtube.com/watch?v=6hzrDeceEKc } à la guitare, mais ne chantais pas, ce serait un manque de respect envers l’autre qu’il ne tolère pas. On dit aussi souvent que cette musique, jouée à la guitare, est un « piège à filles ». Jouée involontairement ? Rien n’est involontaire. D’un certain côté, il veut sans doutes montrer le meilleur de lui-même. En même temps les gens l’admirent rarement. En regardant de plus près, elle semblait arborer plus le moins le même style que lui. Toujours ça de prit. Les gens de qualités se font rares dans cette académie. Tout en répondant à la jeune fille, il se décala légèrement, comme pour l’inviter à s’asseoir, même si cela l’étonnerait qu’elle se joigne à lui. Il joua beaucoup plus doucement, souvent signe qu’il est sur le point de parler.

" C’est une musique pourtant peu connue, cela m’étonne que tu connaisse…Cette chanson s’appelle Winter, de Joshua Radin. Un artiste que très peu méconnu… "

A vrai dire, il ne comptait pas vraiment sympathiser. Enfin, cela dépendait plus d’elle que de lui. Si elle reste, il y a de fortes chances qu’ils sympathisent. Elle ne semble pas trop conne ni rien. Faut voir avec le temps. Il s’arrêta de jouer et la regarda quelques instants de ses prunelles marron, tout en dégageant les cheveux qu’il avait dans son champ de vision. Un tic qu’il a souvent depuis qu’il à les cheveux mi-longs. Mais c’est largement compensé.

" Il y a une musique ou un groupe que tu préfère ? "

Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Un ptit air de musique? [P.V. Miko T.CHASE]   Mer 15 Juin - 6:10


Le mec se décala légèrement. Pour que je puisse m'assoir. D'habitude, les gens se contentent de répondre à mes questions, sans rien faire. Stoïques. Robotiques. Comme s'ils ne savent rien faire d'autre. Il se remit à jouer, bien plus doucement cette fois. Quelques fractions de secondes passèrent, et il prit à nouveau la parole. Parole qui avait encore changé. Hm. Surdoué le mec.

    C'est une musique pourtant peu connue, cela m’étonne que tu connaisse…Cette chanson s’appelle Winter, de Joshua Radin. Un artiste que très peu méconnu ...

    Non, je connais pas en fait. Mais c'est d'autres chansons qui m'y font penser.

Mon petit air sympathique disparaissait petit-à-petit de ma face. La mélancolie que je voyais dans la chanson prenait le dessus. Le gars s'arrêta de jouer, quelques secondes encore une fois, et me dévisagea. Comme si j'étais une bête de foire. Je déteste quand les mecs font ça. Nous les filles, on a l'impression qu'ils nous jugent, qu'ils nous matent mais genre bien en détail. Ou bien je suis parano. Et ça a toujours tendance à me mettre mal à l'aise, comme pas possible. C'est pour ça que je ne le regardais pas. Je n'osais pas croiser ses yeux. Pourquoi ? J'en sais rien. Les gens me prennent souvent pour une fille qui aime bien jouer avec des garçons. C'est vrai que dans le feu de l'action, je fais pas trop gaffe, mais quand tout devient plus sérieux, j'aime pas jouer à la conne avec eux. D'ailleurs, j'me trouve souvent stupide de mes réactions après coup. J'ai l'impression d'être une chauffeuse. Comme toutes ces couillonnes qui se la pètent et qui rient comme des poufiasses, sans oublier la mini-jupe. Pour qu'on voie leur culotte. Belle image, hein ? Tu comprendras que des fois, je me trouve horrible et monstrueuse. Je me hais par moments. Enfin bref. Je décidai de m’asseoir au moment où il commença à me poser des questions.

    Il y a une musique ou un groupe que tu préfère ?

Je pris place confortablement à côté de lui, sans oser le toucher. Les gars et leur espace perso, c'est fou ça. Et puis, il était plus vieux et il avait l'air genre ... sérieux. Peut-être même pervers, qui sait ? Bref. Les noms de groupes et de musiques défilèrent dans ma tête. Am stram gram. Choisi. En fait, j'avais choisi depuis longtemps déjà. Depuis environ cinq ans. Concernant le groupe. En ce qui concerne le titre, j'hésitais encore. Il fallait bien choisir. Le hasard passa par là.

    Comme des Frères, de Kyo. Mais si tu comptes la jouer à l'acoustique, good luck. Tu connais Kyo au moins ?

Cette chanson avait un effet thérapeutique sur moi. Beaucoup plus efficace qu'un psy. Beaucoup moins chiant aussi. Trop cool quoi. Et puis, je ne pouvais pas me passer des paroles de Kyo. Tu sais, y a des choses que tu choisis, et d'autres qui te viennent toutes seules. Kyo était venu à moi, et j'avais aimé. Suraimé. Sans jamais comprendre. Mais en même temps, ça me suffisait. Savoir, ça aurait été gâcher toute la magie du truc, tu vois. Y a des moments où vaut mieux ignorer. Expérieuce personne. Je sais de quoi je parle. Je ne pensais à rien de particulier. Je n'avais rien à dire. Et j'avais même carrément envie de me barrer. Pourquoi je m'étais assise là ? Sûrement parce que je le voyais un peu comme moi, ce mec bizarre. Habillé en noir. Déprimant. Dire que d'habitude, c'est moi qui m'acharne à m'habiller en noir et à sourire tout le temps, de gré ou de force, pour prouver à tout le monde que c'est pas parce qu'on est habillé en noir qu'on veut forcément se suicider. Mais là, j'étais aps trop en état de me battre pour mes convictions. Je me laissais écraser par la violence de la vie. Sa cruauté. Etcétéra. J'étais un peu perdue dans mes pensées, je ne faisais aps trop gaffe à ce qui se passait en fait. Mais avec lui, je ne me sentais aps obligée de sourire. Il ne me connaissait pas. Il n'avait pas besoin de savoir si j'allais bien ou mal. Alors je pouvais faire ce que je voulais, être libre de mes émotions. Je sortis, sans trop savoir pourquoi :

    T'as jamais pensé à devenir ... T'sais, les gars qui imitent les voix des autres. Je sais plus comment ça s'appelle. J'ai plus le mot. 'Fin bref, t'as jamais pensé à faire ça ? J'suis sûre que tu pourrais te faire du fric, voire pas mal de fric.

Peut-être même être milliardaire ? Non, je crois pas. En tout cas, perso, j'aurais adoré pouvoir imiter les gens comme lui le faisait. Bon, s'il voulait se donner en spectacle, fallait encore qu'il change sa gestuelle, mais rien que la voix qui change était un truc démentiel. J'attendis bien sagement la réponse. Je repensai à mon mot oublié. Il m'arrive de temps en temps de galérer pour communiquer. Mais en même temps, je ne prétextais pas avoir oublié le mot. C'était vrai. En même temps, tu me diras, j'ai déjà oublié le mot Fourchette. Alors j'ai décrit ça comme "un peigne pour bouffer". Je pensais ne pas trop mal m'en sortir sur ce coup-là pour me faire comprendre.


Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Un ptit air de musique? [P.V. Miko T.CHASE]   Mer 15 Juin - 8:13


Il n’était qu’à moitié étonné du fait qu’elle ne connaisse pas la musique qu’il venait juste de jouer. Après tout, il ne joue pas souvent de chansons connues ; qui sont rarement à son gout. Il préfère de loin les petits artistes, un peu comme lui –sans vouloir se vanter. Bien qu’il ne se considère pas comme un artiste, il n’a jamais écrit des paroles de lui-même, se contentant de recopier les œuvres des autres. Parfois, il expérimentait, faisait des tests, comme ces savants fous qu’on voit dans les films d’horreur. Et souvent, cela prenait la même tournure qu’eux ; ses vagabondages musicaux s’avéraient être très souvent des flops. On ne peut pas dire qu’il a l’habitude de chanter devant un auditoire non plus, mais il est quand même apte, à l’oreille, de dire si ce qu’il fait est réussit ou non. Il n’a pas encore le « truc » qui fait les artistes, il n’arrive pas bien à accorder voix et instruments. En même temps, avec un panel de voix aussi complet. On pourrait croire à un don, un pouvoir bénéfique. Mais il s’avère qu’il s’approche parfois plus du calvaire qu’autre chose. Trouver la bonne voix, l’interpréter correctement. Ce n’est pas si facile que l’on peut le croire. C’est un peu comme avec les magiciens, ce n’est que plus beau et plus impressionnant quand on ne connait pas le tour et tout le système qui se cache derrière. Mais ici, tout le monde est doté d’un pouvoir, ce qui fait que tout le monde doute, tout le monde se méfie. Un univers paranoïaque ou tout le monde est sur le qui vive et épie le moindre geste, ou on ne peut s’enlever une idée de la tête. Heureusement, on peut dire que Hikaru est plutôt « cool » à ce sujet, il ne s’en inquiète pas trop. Sans vivre dans le monde merveilleux ou tout le monde est beau, gentil, intelligent et sent bon la rose à toute heure de la journée, il ne stresse pas beaucoup sur ce point. Dans ses pensées, il ne jouait plus depuis quelques temps. A vrai dire, on pouvait presque dire que cette jeune fille gâchait son plaisir, lui étant venu à la base pour jouer, il se retrouve à papoter, en quelque sorte.

Il fut tout aussi surpris qu’elle accepte son invitation implicite à s’asseoir. Cela signifiait aussi qu’elle allait sans doute rester un peu plus longtemps que prévu. Ce n’est pas plus mal, en soi. Ca lui fait de la compagnie, lui qui à plutôt tendance à rester seul faute de gens assez intéressant avec qui parler, échanger, communiquer simplement. Il ne la connaissait pas assez –comment ça, pas du tout ? Pour dire si elle était sympa ou non. Elle était plus à caser dans la catégorie des « neutres », les personnes qui ne font pas chier mais ce qui ne veut pas dire qu’elles sont très intéressantes. Bizarrement, il avait quand même envie de creuser un peu pour voir ce que pouvait bien contenir le cœur et la tête de la jeune fille. Ce qu’elle aime, ce qu’elle pense, son caractère, ses opinions. Des choses qui peuvent être utile somme toute. Ca fait assez salaud, certes, mais ce n’est pas vraiment son attention ; la solitude commencerait presque à peser sur ses épaules. A vrai dire, il fait de moins en moins de conneries. En quoi c’est drôle si on a personne pour les voir, les remarquer, ou même personne avec qui les faire ? Alors oui, on peut aussi faire son intéressant, mais Hikaru a justement horreur de ces gens la. Cruel dilemme, non ? Ne vous en faites pas, c’est habituel, son caractère est lui-même est remplis de contradictions diverses et variées. Ne cherchez aucune logique. Elle l’interrompit dans ses pensées.


Comme des Frères, de Kyo. Mais si tu comptes la jouer à l'acoustique, good luck. Tu connais Kyo au moins ?

" Huuum… Il réfléchit plutôt longuement " Non, je ne connais pas ce groupe. J’en connais pourtant pas mal. Je suis plus branché sur les musiques Américaines, pas mal de Japonaises, mais très peu d’Européennes. Enfin, vu que je n’ai jamais entendu parler d’eux, je me permets de dire ça. "

Il est pourtant plutôt doué, connaissait plusieurs groupes, avait les voix de nombreux chanteurs dans son répertoire, mais il n’avait jamais entendu parler de ce groupe. En même temps, il n’a eut la chance que de fouler les terres Asiatiques, avec le Japon, et Américaines. Il ne s’est encore jamais aventuré en Europe. Ce qui est maintenant assez difficile à réaliser, vous l’accorderez. Mais il ne se laissait pas démonter, il espérait pouvoir y aller un jour. La fille avec lui semblait avoir perdu de sa bonne humeur et de sa superbe. Oui, il a souvent cet effet somnifère/ chiant sur les gens, et à tendances à les faire déprimer. Peut-être le look ? En même temps, c’est toujours l’attitude qu’il adopte en premier chez les étrangers, pour trouver, peut-être, des gens lui ressemblant. Au moment où il se disait qu’elle n’était pas plus bavarde que ça, elle se remit à parler…Et pas qu’un peu.

T'as jamais pensé à devenir ... T'sais, les gars qui imitent les voix des autres. Je sais plus comment ça s'appelle. J'ai plus le mot. 'Fin bref, t'as jamais pensé à faire ça ? J'suis sûre que tu pourrais te faire du fric, voire pas mal de fric.

" Une sorte d’imitateur donc ? Je ne vais pas te cacher que je n’y ait jamais pensé. Et à vrai dire, l’argent ne m’intéresse que moyennement. Il a beau diriger notre monde, je n’ai jamais pensé qu’il pouvait être si important que ça. Je ne fais pas ça pour l’argent. De plus, ça reste difficile quand tout le monde sait qu’il y a un truc derrière. "

Il n’aimait pas parler de son pouvoir de façon directe et frontale. Même si tout le monde en a un ici et que c’est loin d’être tabou, bien au contraire, nombreux sont ceux qui s’en vantent. A vrai dire, cela ne le dérange que moyennement, car certains pouvoirs sont parfois bien drôles ou très intéressants. S’il devait faire une échelle des pouvoirs, lui se situerait vers le bas. Ce n’est pas vraiment le genre de pouvoir que tout le monde voudrait, qui le rendrait omniscient, super fort ou irrésistible. Quand on y repense, au final, son pouvoir lui va très bien. Le temps commençait à se couvrir un peu plus. Incroyable comme le temps est variable au Japon. Et puis, il ne jouait plus depuis un moment, alors ça ne peut pas être de sa faute –non, pas taper !. Et puis, elle ne lui à pas non plus montré le sien, pourquoi lui devrait faire une révélation ? Bien qu’il n’aime pas utiliser son pouvoir contre les gens, son attitude colérique et parfois capricieuse le force à l’utiliser. Comme avec la femme de tout à l’heure. Il se mit à regarder son bracelet de force pour une raison quelconque et secoua son bras. Ce look, cette attitude…C’était la raison pour laquelle peu de gens venaient le voir. Mais bon, il finirait par frapper au moins plus de la moitié d’entre eux, alors ce n’est peut-être pas plus mal ! Cette bonne femme s’en est bien sortie, sans coups ni blessure ! Ce qui est plutôt rare quand on le provoque ou qu’on le gène. Rancunier, lui ? Non. En tout cas, il est vrai qu’il est peu bavard, mais il ne va pas se mettre à parler à cette jeune femme de façon naturelle, lui demander son nom, son numéro, et ce qu’elle fait ce soir comme si il se connaissaient depuis tout ce temps, ce serait strictement ridicule ! Quoique ?

Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Un ptit air de musique? [P.V. Miko T.CHASE]   Jeu 16 Juin - 14:14


    Non, je ne connais pas ce groupe. J’en connais pourtant pas mal. Je suis plus branché sur les musiques Américaines, pas mal de Japonaises, mais très peu d’Européennes. Enfin, vu que je n’ai jamais entendu parler d’eux, je me permets de dire ça.

Merde. Petit détail que j'avais oublié. C'était pas tout le monde qui était né en Angleterre, puis qui avait voyagé en France. Et que donc, pas tout le monde ne connaissait les coutumes des gens de là bas. Ni la nourriture. Ni les gugus bizarres et psychopathes qu'on peut trouver dans les rues. Ni ... tout plein de choses carrément inutiles d'ailleurs. J’avais tiré un trait sur la plupart de ce que j'avais vécu avec ma "famille", mais Kyo avait une des choses que j'avais gardées bien profondément en moi. Une de ces choses qui me sont importantes. Je pensais à utiliser mon pouvoir, histoire de lui faire voir ce que c'était. Mais si je le faisais, il fallait que ça vienne naturellement. Et surtout, il ne fallait pas que ça merde. Je ne maîtrisais pas forcément mon don à la perfection. Il arrivait que le son soit trop fort, ou au contraire, pas assez. Mais ma principale difficulté était de concentrer mon attention sur une seule ou plusieurs personnes pour ne pas que tout le monde autour, sur un rayon d'environ 10 mètres, n'ait la chanson en tête. Parce que ça arrivait tout le temps. Les gens entendent une chanson et certains ne peuvent s'empêcher de la fredonner, même s'ils ne la connaissent pas. Bref. J'hésitais donc profondément. Et puis finalement, non. Je ne voyais pas pourquoi je devais utiliser mon pouvoir. Ce mec était un parfait inconnu, et il ne m'avait pas montré ce de quoi il était capable. A mes yeux en tout cas. Mais j'étais bien loin de la vérité. Comme toujours. Petite ignorante et naïve que je suis. Le gars répondit à la deuxième question que je lui avais posée.

    Une sorte d’imitateur donc ? Je ne vais pas te cacher que je n’y ait jamais pensé. Et à vrai dire, l’argent ne m’intéresse que moyennement. Il a beau diriger notre monde, je n’ai jamais pensé qu’il pouvait être si important que ça. Je ne fais pas ça pour l’argent. De plus, ça reste difficile quand tout le monde sait qu’il y a un truc derrière.

Une phrase fit tilt dans ma tête. La dernière. Mais, ça voulait dire que ... Couillonne de moi. Toujours à l'Ouest, jamais là où il faut, quand il le faut. Sans imaginer toutes les possibilités. Comme toujours, je n'avais pas assez creusé. Je n'avais pas assez cherché, et j'avais tiré des conclusions trop rapidement. Les autres paroles de l'inconnu me marquèrent aussi, dans un certain sens. Enfin quelqu'un d'accord avec moi. Au sujet du fric. Les gens sont vicieux, avides et radins. Moi même je le suis. Mais je ne peux pas faire autrement. Quand on te dit que tu dois travailler, presque te tuer à la tâche pour ramener du fric et pouvoir te payer un loyer ... Voilà quoi. Ça laisse à penser. Mais j'étais d'accord avec lui. Toujours est-il que je ne lui dis pas forcément ce que je pensais. Tout le monde ment. Parfois par nécessité, parfois pour s'amuser. Parfois, pour cacher des choses qui peuvent te tuer. Et d'autres fois, comme celle-ci, juste histoire de cacher ton opinion pour ne pas que les autres ne te posent trop de questions. En plus, moins quelqu'un en sait sur toi, mieux c'est.

    Hm. Personne ne se fout du fric. T'es juste un mec mort si t'en a pas. Un clochard qui crève au premier hiver.

La violence. Encore présent. Dans mes mots. Dans mon ton. Mon regard se perdit dans le vague. J'étais presque absente. Je pensais à un jour de mon enfance. J'étais avec ma mère, on sortait du supermarché du coin. Un SDF est venu et m'a attrapée par le bras en me demandant si je n'avais pas de sous. J'étais petite, et sa misère m'a ... traumatisée. En plus, il était différent. Cette image me revenait donc en tête, et je voyais encore sa crasse, je sentais encore son odeur. Je pouvais presque voir la Mort, cachée dans son ombre. Tapie. Prête à saisir sa proie au premier vacillement. Belle vie. Flash back terminé. Je revins à la réalité. Détresse. SOS. La vision m'avait stressée. Je fis quand même comme si de rien n'était et repris.

    Et pour l'imitation, qui te dit que les gens savent forcément qu'y a un "truc derrière" ?

Je lui souris, histoire de lui faire comprendre qu'il pouvait quand même ramasser de la thune sans que personne ne se doute de rien grâce à son pouvoir. Involontairement, une musique me vint à l'esprit et commença à se jouer automatiquement dans ma tête. Et comme d'habitude, les gens allaient commencer à l'entendre, eux aussi. J'étais tellement ailleurs, absorbée par des pensées sombres et à moitié attentive au gars que je ne me doutais de rien. En même temps, un milliard de chansons me passe par la tête chaque jour. Alors à force, je ne fais plus gaffe. J'ai levé la tête, pour regarder le ciel. Des nuages épais et noirs se tenaient maintenant au dessus de nous. La pluie n'allait purement pas tarder à tomber. Mais je m'en foutais. Dans ma tête bouillonnaient des milliards de choses aussi sombres que le temps. Et l'orage n'allait pas non plus tarder à éclater.


Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Un ptit air de musique? [P.V. Miko T.CHASE]   Ven 17 Juin - 2:57


Dans un sens, il n’était pas vraiment d’accord quand elle disait personne se foutait du fric. La preuve est qu’il s’en fou lui-même, pour dire. Mais d’un autre côté, il est vrai que sans argent, nous ne sommes plus qu’une loque, un moins que rien. Dans tous les pays et états qu’il a pu voir, il a eut l’occasion de voir, limite de côtoyer ces personnes sans le sou, dans le besoin. Cela le désolait au plus haut point. Mais cela le faisait aussi réfléchir à sa propre condition, comment allait faire pour vivre après ses études? Il ne va pas rester dans la chambre de l’académie pour l’éternité. Être près de ses sous, radins et avare est malheureusement une qualité essentielle dans notre monde. La désapprobation de Hikaru à quand même du se voir sur son visage, car il avait fait une moue bien marquée. Une de ses rares expressions faciales, d’ailleurs. Alors ça, la désapprobation, il le fait très bien, et c’est tout un art après tout.

La seule chose qui avait cette fois gêné Hikaru était la rudesse des propos de l’adolescente. Certes, il n’est pas beaucoup plus vieux qu’elle, mais ce n’était quand même pas elle qui allait lui apprendre la vie. Le problème était qu'il semblait apprécier de plus en plus la jeune fille. Elle avait un esprit assez contradictoire, pas trop introvertie, puisqu'elle ne se gêne pas pour parler à des inconnus. Et ça lui plaisait assez. Enfin, c'est une évidence, de nombreuses personnes ici sont plutôt traumatisées par ce qu'il a put se passer avant, par leur histoire. Pour lui, cela ne voulait pas dire qu'il devait se morfondre dans le mutisme. Lui même à vu ses parents morts et a été séparé de son frère, et il n'est pas vraiment asocial. Il a changé aussi, certes, il est tout de même moins joyeux et toujours enclin à faire les pires conneries, mais cela se limite à ça.


Et pour l'imitation, qui te dit que les gens savent forcément qu'y a un "truc derrière" ?

" Et bien, ici, ce qui pourrait être un des plus grands dons jamais alloués à l'humanité n'est en fait qu'un simple pouvoir, et un pouvoir, tout le monde en possède un, ici, on ne peut pas dire que ce soit unique. J'pense que ça rompt le charme, en quelques sorte. Les gens sont toujours méfiants, et pour une personne comme moi... Il prit la voix de son interlocutrice pour finir sa phrase " On pourrait presque se dire que c'est trop beau pour être vrai, une personne pouvant imiter tout le monde à la quasi-perfection. "

Il s'était permit de jouer un peu avec elle, si on peut dire. Il ne sait pas vraiment comment elle allait l'interpréter. En rire ? Se sentir vexée, insultée ? Après tout, ce n'était pas son problème, même si vu le sourire qu'elle affichait, il doutait qu'elle le prenne mal. Lui même assez colérique, surtout pour un rien, il aurait sans doutes poussé une belle gueulante. Pour vous dire, il à déjà renversé une table avec tout ce qu'il y avait dessus juste car il ne retrouvait plus la télécommande, qu'il cherchait depuis 5 minutes. C'est limite triste, mais il est comme il est, on le changera pas. Un léger blanc s'installa, ce qui le mit légèrement mal à l'aise. D'un côté, il est assez tranquille pour pouvoir vagabonder dans ses pensées. Il avait déjà pensé à arrêter les études, ou il n'est pas très doué, pour vivre de son talent, de son don...Non, je déconne, il vivrais plutôt de son pouvoir, il en abuserait. Après, plus que pour les autres, ce serait pour lui que le charme serait rompu. Il reste cependant réaliste et ne pense plus des masses à cette opportunité. Il préfère finir ses études, quitte à ne pas trouver un super métier, mais qui lui permettrait de vivre. Il ne tient pas à pratiquer sa musique dans les couloirs du métro japonais, vivre dans un carton et patauger dans la pauvreté comme un canard patauge dans sa mare. Il se décida à parler, mais il changea tout à fait de sujet.

" Au fait, je ne crois pas qu'on se soit présentés. Je m'appelle Hikaru, j'suis en dernière année ici. "

Il se permettait plusieurs chose, comme de ne pas dire son nom -après tout, qu'est ce qu'on en a à faire ? Et de ne pas demander le prénom de la fille, bien que ce soit pourtant une convention internationale ; quand on se présente, on s'attend à ce que la personne en face se nous en fasse tout autant, et parfois on le demande même, avec le classique "Et toi ?". On peut considérer ça comme une sorte de test, soit elle ne dit rien et elle était venue à lui juste histoire de dire « Tu joues bien, c'est cool, l'argent c'est bien, pourquoi tu t'en fais pas ? Si tu t'en fais, on partage ? », et si elle se présente à son tour, c'est qu'elle est déjà un peu plus franche, ce qu'il préférerait tout de même. Mieux vaut être seul que mal accompagné, mais elle ne semble pas être de mauvaise compagnie tout de même. Alors que le temps changeait radicalement -les nuages envahissaient le ciel et l'atmosphère était pesant, signe d'orage, les gens amusaient Hikaru. Alors qu'ils faisaient les fiers à rester quand le temps commençaient à se couvrir, une fois qu'il se trouve menaçant, ils cèdent tous et partent à l'abri. Quelques personnes étaient tout de même restées, sous le préau ou sous des arbres, tout ce qui pouvait fournir une protection décente en faite. Ils étaient que tous les deux, assis sur un banc, à la merci d'une averse soudaine ou d'un éclair farceur.

Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Un ptit air de musique? [P.V. Miko T.CHASE]   Sam 18 Juin - 4:44


    Et bien, ici, ce qui pourrait être un des plus grands dons jamais alloués à l'humanité n'est en fait qu'un simple pouvoir, et un pouvoir, tout le monde en possède un, ici, on ne peut pas dire que ce soit unique. J'pense que ça rompt le charme, en quelques sorte. Les gens sont toujours méfiants, et pour une personne comme moi... On pourrait presque se dire que c'est trop beau pour être vrai, une personne pouvant imiter tout le monde à la quasi-perfection.

Sa dernière phrase. J'avais eu l'impression de la dire. Ca faisait bizarre. Ca faisait flipper même. Comme si quelqu'un prenait ton identité. Te volait ta vie. Ton passé. Ton présent. Ton futur. Comme si tes sentiments et tes pensées ne t'appartenaient plus. Comme si tu avait été doublé par un fantôme, pathétiquement, sans l'avoir vu venir. Non, je ne l'avais pas vu venir. Mais je suis quelqu'un d'insensé. Qui ne fait pas toujours ce qu'il faut. Qui ne dit pas toujours ce qu'elle pense. Faux-cul ? Sûrement. Mais j'avais passé ma vie à mentir. A mes parents, pour ne pas qu'ils ne me prennent la tête. A me samis, pour ne pas qu'ils s'inquiètent. A mes professeurs, parce qu'ils me croyaient douée, alros que la seule chose que je savais faite était des bonnes antisèches. Je m'étais mentie à moi-même aussi. Des milliards de fois. Bien plus qu'au reste du monde. Je me créais mes propres illusions. Je m'imaginais des films. Et cela n'a pas changé, même si j'étais arrivée à Nakunaru. Alors je décidai de cacher ce que je ressentais vraiment. A savoir ma peur de cet individu qui m'était devenu si étrange, en une fraction de seconde seulement. Je ris. Je ris comme s'il avait lancé une bonne blague, bien drôle.

    Wha, je pensais pas que ma voix était comme ça. C'est cool ton truc, parce que ça déforme pas les sons, comme quand tu t'enregistres par exemple.

Voilà. Phrase magnifiquement utile, comme d'habitude. Toujours avec une légère pointe de gaieté. Petit air sympathique. Etcétéra.Je ne voyais pas quoi dire d'autre. A part ... Aide-moi ? Non. Je ne voulais pas qu'on m'aide à me sentir mieux. A cause de ma fierté, de mon égoïsme. Et surtout, je ne voulais pas qu'un inconnu ne m'aide. Un inconnu à l'air déprimé. Parce qu'au final, lui me déprimait plus qu'autre chose. Je trouvais cette situation carrément pathétique. Nulle. Pourrie. J'avais mal choisi ma compagnie. Je n'aurais pas dû m'arrêter et écouter. Même s'il avait un don cool, quoique vachement flippant. J'aurais peut-être même du rester enfermée dans ma chambre, qui sait ? Mais bon, autant "vivre le moment présent", comme je le répétais si souvent. Profiter de chaque instant. Mon cul ouais. Je ne voulais pas blesser le mec en me barrant sans rien dire. C'est vrai quoi. J'arrive, je squatte et j'me barre sans rien dire. A ses yeux, ça aurait été ça. Après un petit blanc devenu gênant, aussi bien pour lui que pour moi, il prit à nouveau la parole.

    Au fait, je ne crois pas qu'on se soit présentés. Je m'appelle Hikaru, j'suis en dernière année ici.

    Miko, j'suis arrivée cette année.

Wouh, attention, ça devenait sérieux. Je connaissais son prénom. Si ça continuait comme ça, j'aurais son numéro dans 3 ans. Alors hein, pas de bêtises. Les nuages s'accumulaient au dessus de nos deux têtes. Comme si le temps était contre nous. Comme si le monde entier s'acharnait à me rendre encore plus malheureuse, triste et abattue. Les gens s'étaient tous planqués sous des abris potentiels. Et le peu qui restaient et qui n'étaient pas à l'abri tournaient autour d'endroits où ils auraient pu être sauvés de l'averse. Courageux.

    En fait, laisse tomber pour l'imitation. C'est toi qui as raison. Ici, personne ne succombera au charme.

Vraiment ? Et pourtant, moi, j'étais tombée dans le panneau. J'avais succombé au charme ... Au charme. De qui ? De quoi ? D'Hikaru ou de son pouvoir. Des deux ? Je n'en savais rien, et je ne voulais pas le savoir. Cette situation était ironique. J'étais venue ici pour me changer les idées et j'avais aimé son côté sombre et triste. Curieux, n'est-ce pas ? Mais en même temps, c'est pas parce qu'on aime certaines choses chez une personne qu'on l'aime tout court. D'ailleurs, je ne crois pas en l'Amour. Pas tant qu'on est jeune en tout cas. Les adolescents sont incapables d'aimer. Ils se font des illusions encore pires que les miennes. Ils se disent "Je t'aime", puis quand vient la rupture, c'est toujours la même phrase qui sort "De toute façon, je l'aimais pas vraiment". Sans compter les insultes. C'est pourquoi, à chaque fois qu'on garçon me demande de sortir avec lui, j'accepte, et je le plaque à la seconde où il me dit je t'aime. C'est le principe tu vois. Pourquoi est-ce que j'étais en train de penser à ça au fait ? Bref. Mais si Hikaru faisait des imitations ailleurs, les gens ne verraient pas la différence entre un pouvoir et un don naturel du corps humain. Il aurait pu rivaliser avec les plus grands imitateurs, devenir le maître du monde et peut-être même chanter avec les plus grands. Dommage pour lui. Il aurait pu avoir une belle vie. Une goutte vint s'écraser sur ma main. Le déluge commençait. En quelques secondes, une grosse pluie chaude nous avait noyés. Je me levai, regardai Hikaru une dernière fois et lui lançai un petit :

    Faut que j'y aille. Salut.

Je me suis retournée, sans demander mon reste. La pluie était un prétexte. Pour partir. Pour fuir. Je marchais lentement. En fait, je n'avais pas en tête l'idée de m'abriter des gouttes, mais de partir encore plus loin, en dehors de l'Académie, histoire de trouver un endroit où personne, je dis bien PERSONNE n'aurait pu me déranger. Il fallait que je sois seule. Il fallait que je réfléchisse. Au sens de ma vie, à ce qui me poussait à faire ce que je fais. Ou bien, tout simplement, me morfondre avec ma musique, en badant, seule, mouillée et fatiguée. Je ne voulais pas qu'on ne voie dans cete état. Pitoyable. Et c'est comme ça, la tête baissée, que je me suis éloignée de ce mec en qui vivait le Diable.


Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Un ptit air de musique? [P.V. Miko T.CHASE]   Lun 20 Juin - 2:56


Elle avait rit. Et plutôt de bon cœur. Cela en était presque flippant. Au début, il avait plutôt l'effet inverse, somnifère et chiant. Cela n'avait sans doutes aucun rapport avec lui. Et cela ne l'étonnait qu'à moitié. Elle semblait flippante, à la fois pensive et joyeuse, et avait l'air très lunatique. Avec sa chance, une des premières personnes avec qui il parle depuis son arrivée est complètement folle. Youpi...

Wha, je pensais pas que ma voix était comme ça. C'est cool ton truc, parce que ça déforme pas les sons, comme quand tu t'enregistres par exemple.

" On peut pas vraiment qualifier ça de cool a mon avis, mais je sais que c'est bien pratique pour faire flipper les gens, et aussi pour faire tout un tas de conneries...Mais c'est qu'à côté de moi, un enregistreur, c'est de la merde. "

En même temps, un enregistreur c'est bien pratique...On peut pas avoir un Hikaru de poche, de toutes manières. La plupart du temps, les gens qui ont des enregistreurs font des notes vocales de leur vie, de ce qu'ils font. C'est pathétique. On peut presque comparer ça à une forme de schizophrénie. Il se mit à rire tout seul en imaginant un gars marcher dans la rue et parler dans son enregistreur en disant " 3 juin, 15H30 : Hier, j'ai mangé une pomme, et c'était bon ". Ouais, il avait raison, c'est pathétique.

Miko, j'suis arrivée cette année.

Bon, c'était déjà ça, il avait son prénom. Il n'avait plus à penser en disant  "adolescente", "jeune fille" ou "jeune femme", il pouvait enfin poser un prénom dans ses pensées. Elle avait même dit depuis quand elle était la. Lui même ne savait pas pourquoi il s'était présenté ainsi. On s'en fou un peu depuis quand on est la, en quelle année on est. L'impulsion ? Peut-être, en voulant trop bien faire, cela lui arrive souvent d'en faire des masses. Il ne retiendra sans doutes jamais le fait qu'elle vienne d'arriver. Enfin, il est aussi fortement probable qu'il ne se souvienne pas de son prénom d'ici quelques jours, surtout si ils ne se recroisent pas avant un moment. Cela lui arrive souvent. Quelqu'un l'interpelle en l'appelant par son prénom, commence à engager la conversation. Naturellement, dans ces cas la, il enchaîne deux conneries : il continue la conversation comme si de rien était, avant d’enchaîner sur la deuxième connerie, un magnifique "Non mais t'es qui, et tu t'appelles comment en fait ?". Souvent, il a le droit a des violences verbales, mais parfois physiques. On ne peut quand même pas dire qu'il ne les mérite pas. Voir qu'il les cherche. Il a aussi un autre don, celui de se fourrer dans les ennuis.

En fait, laisse tomber pour l'imitation. C'est toi qui as raison. Ici, personne ne succombera au charme.

" Sympa de m'encourager, ça fait toujours plaisir. "

Ouais, la il était un peu ironique, mais gardait un ton un peu moqueur et plutôt sympa. En même temps, elle le confortait surtout dans son idée ; ça ne pouvait pas vraiment marcher dans l'enceinte de cet établissement. Dehors, pas de problème, tout le monde reconnaîtrait son « talent ». Faudrait qu'il sorte, un jour. Juste pour voir comment c'est, la bas. Enfin, il le sait, aussi, faut pas déconner. Mais ça à, il paraît, beaucoup changé. Il retournerait bien en Amérique. Cela risque d'être difficile. Et d'un coup, comme s'il s'y attendait pas, la pluie tomba d'un coup, et fortement. Une bonne pluie, revigorante pour lui, quoique plutôt chaude. Il mit rapidement son instrument à l'abri sous le banc. A vrai dire, il ne savait pas s'il allait rester ou pas. Il avait toujours aimé la pluie, elle l'inspirait toujours un peu, bien que cela le déprime beaucoup trop, bien plus qu'il l'est parfois dans ses mauvais jours. Visiblement, il allait en tout cas rester seul, car la fille se leva bien avant que lui ait bougé ne serais-ce que le petit doigt.

Faut que j'y aille. Salut.

Et elle se barra, de suite, sans plus de cérémonie. Après tout, cela ne le dérangeait pas, il n'en attendait pas moins d'elle. Mais d'un côté, son ego en avait prit un petit coup. Évidement, il n'eut même pas la décence de lui répondre. Facilement irrité, il ne pu s'empêcher de se mordre légèrement l'intérieur de sa joue pour se calmer un peu. Il aurait aussi bien pu la suivre, la choper, et s'énerver contre elle avec des arguments bidons et quasi inexistants. Mais il essaie de contrôler cette facette de cette personnalité. Alors qu'il se demandait s'il allait rester encore un peu, un mouvement lui attira l’œil. Un personne qu'il reconnut facilement, la femme qu'il avait envoyé bouler tout à l'heure. Elle le pointa du doigt. Elle parlait avec une espèce de vigile/surveillant plutôt louche. Il était bien bâti, le bougre. De l'autre côté du parc, il avançait vers Hikaru. Il l'interpella avec un joli « Eh, toi la bas, sur ton banc ! ». De ce fait, il marchait un peu plus vite. Ni une ni deux, il ramassa sa guitare et commença à courir. Il entendait les pas assez loin derrière lui. Si il courait après lui, il pourrait bien s'amuser. Dans sa course, il recroisa Miko. Toujours en courant, il lui fit une petite frappe sur la tête -sans vraiment savoir pourquoi, encore une pulsion à la con, et une fois passé devant elle, il tourna légèrement la tête et parla à son intention. Oui, il était vexé tout à l'heure. Je vous avait dit qu'il était assez contradictoire, non? Même la personne se comportant de la pire des manières avec lui peut-être un ami potentiel. Ou un vrai blaireau, qu'il finirait par frapper un jour ou l'autre sous le poids de la colère.

" Au plaisir de te revoir ! "

Et il continua de courir, même si il savait pertinemment qu'il lui ferait rien, tout au plus un petit sermon, c'était toujours plus drôle de cavaler à pleines jambes.

Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité


Message Sujet: Re: Un ptit air de musique? [P.V. Miko T.CHASE]   Mer 22 Juin - 11:37


Il t'es déjà arrivé de faire un truc totalement fou ? Carrément insensé ? Un truc qui te reste en mémoire, et dont tu te souviendras sûrement la moitié de ta vie ? Personnellement, oui. Je fais des tonnes de chose insensées aux yeux des autres, mais qui sont logiques pour moi. Mais là, ça ne relevait pas de la folie, de l'incohérence. C'était une de ces chose qu'on fait sans réfléchir comme ça, sur un coup de tête. Un truc rare, mais qui marque. Un truc qui te fait battre le coeur, qui fait monter l'adrénaline. Que tu fais tout en sachant qu'il vaudrait mieux renoncer. Définitivement. Tu sais aussi que t'y risques quelque chose de précieux. Ton cerveau te dit d'abandonner, tout ton corps cherche à résister, mais non. Tu le fais quand même. Là, c'était le cas. J'ai entendu un bruit qui venait de derrière moi. J'ai bien dit entendre, pas écouter. Parce que la différence entre les deux est infime, mais elle existe. Pour moi, écouter veut dire qu'on fait attention. A ce qui se passe autour. Mais entendre, c'est rester passif devant le bruit. Quelques secondes s'étaient écoulées, et le bruit se rapprochait. Un bruit. Un son. Quelque chose de vague. Qui venait me troubler. Perturber le cours de mes pensées. Un bruit parasite. J'ai senti quelque chose me toucher l'arrière de la tête. Toucher ... Tapoter. C'était pas taper non plus. Doux. Délicat. Mais brusque en même temps. J'ai vu Hikaru me dépasser, sous la pluie, courant comme un attardé. Lui, courir ? Impossible. Et pourtant ... Mode coup de vent. En fait, pour tout dire, j'ai mis quelques secondes à capter que c'était lui. Surprise. Pourquoi est-ce qu'il courait comme ça ? Non. Pourquoi est-ce qu'il courait tout court ? La réponse n'a pas tardé à venir. Mais avant, j'ai pu entendre, venant de lui, un petit :

    Au plaisir de te revoir !

En plus, il s'était légèrement tourné vers moi pour me le dire. J'allais lui répondre. Quoi ? J'en sais trop rien. L'inspiration vient sur le moment. Comme toujours. Là aussi, elle serait venue. J'aurais su quoi dire. Mais avant que je n'aie eu le temps de faire quoi que ce soit, un autre mec m'a dépassé, lui aussi en courant. Un grand baraqué. Mais à l'air louche. Pourquoi est-ce qu'il le coursait ? Honnêtement, ça ne m'étonnait pas tant que ça. Je savais ; j'avais senti que le beau gars était le genre de mec qui aime s'attirer des ennuis. Qui aime la baston. Pas une de ces pédales qui se défilent dès que le ton commence à monter. Enfin. Hikaru était en train de se barrer. Donc si ça se trouve, il faisait partie de ces personnes que je hais. Alors, pour en être sure, j'ai fait ce que j'ai décrit plus haut. Le truc fou. J'ai attendu quelques secondes. Quelques petites, minuscules secondes, et j'ai couru. J'ai suivi le gros lard. Mode discretos. Je ne tenais pas spécialement à ce qu'il me voie, croie que je cherche aussi la merde et s'acharne contre moi. Mais on ne sait jamais. Et puis, ça me permettrait de me défouler. J'aime me dépenser. Courir comme une tarée jusqu'à en crever. Parce que putin, qu'est-ce que ça fait du bien. Et c'est donc comme ça que j'ai suivi les deux gars. On a couru comme ça, à la queue leu leu pendant combien de temps ? J'en sais rien. Mais c'était marrant. j'avais envie de me marrer en courant. J'ai toujours envie de me marrer quand je cours. Je sais pas pourquoi. Faut pas chercher. Je ne voyais plus Hikaru, mais le gugus devant moi commençait à fatiguer. Je pouvais l'entendre haleter comme un dingue. Crève. Crève. Crève. Ouais, ça m'arrive souvent de souhaiter que les gens meurent. Je ne suivais pas Hikaru, du coup, étant donné que je ne savais même pas où il était. Mais je suivais juste le grand costaud. Si ça se trouve, il avait déjà compris que je le suivais et il m'attirais dans un piège ... Comme dans les films. Non, faut pas regarder autant la télé. On se fait des films après. Genre ... comme maintenant. Tout ça était palpitant. Je n'avais jamais, jusqu'à maintenant, suivi un mec qui faisait deux fois ma taille, en hauteur comme en largeur, dans l'intention de tenter d'aider un pote en cas de problème. Un pote ... Un mec quoi. Une connaissance. Quelqu'un que j'avais croisé, et à qui j'avais parlé. Pour moi, c'était une raison suffisante de l'aider. Au cas où, hein. Je dis pas que j'étais nécessaire à quoi que ce soit. On courait sur la route. Pas grande, mais pas petite non plus. La ville était à quelques pas de là. D'ailleurs, la route sur laquelle on courait nous y menait. C'était sinueux. Entre deux rangées d'arbres. Dans un petit bois en fait. Le gros s'est mis à marcher. Il avait sûrement abandonné. Ou bien ... Depuis le début, il avait prévu son coup et voulait chopper Hikaru à revers. Connard. Enfoiré. Je me suis arrêtée et j'ai fait genre que je rattachais mes lacets, puis j'ai relevé la tête et le gars marchait toujours. Mais il regardait autour de lui. Comme s'il savait ce qu'il faisait. Alors, deuxième action complètement incalculée en dix minutes, j'ai pris une pierre proche de moi et je l'ai lancée. Sue le mec. Bien-sûr, j'ai gueulé un gentil petit mot à son attention :

    CONNARD !

Et là, je me suis barrée sans demander mon reste. Mode petit cheval fougueux. En fait, plutôt mode zèbre qui veut pas se faire bouffer. Direction les rues. Elles étaient à quelques mètres à peine. Une centaine tout au plus. En ville, je pourrais me planquer facilement. Mais mon but était d'éloigner le bourrin de là. Parce que s'il avait perdu Hika', ça voulait dire que le jeune homme se trouvait dans les parages. Je me suis retournée pour vois si mon plan avait bien marché et ... malheureusement, ouais. Le mec gueulait comme un porc et courait vers moi en faisant des grands gestes. J'allais mourir. Amen.


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé



Message Sujet: Re: Un ptit air de musique? [P.V. Miko T.CHASE]   Aujourd'hui à 1:26




Revenir en haut Aller en bas
 

Un ptit air de musique? [P.V. Miko T.CHASE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nakunaru Academy :: 
Archives
Archives
 ::  Bye Bye... :: RPs
-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit